La dette publique est passée de 25 à 106 milliards de dinars en 2022, selon Mohamed Salah Souilem    Mziou : le président doit interdire par décret les poursuites de civils devant les tribunaux militaires    Entreprises citoyennes et gouvernance locale : Le grand défi de Saïed    Kristalina Georgieva : les négociations avec la Tunisie ont atteint un stade avancé    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    Tunisie-Accidents: 11 morts et 372 blessés en 24h    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Tunisie : Retour à la normale pour les prix de la viande de volaille ?    Manifestation sportive de sensibilisation aux avantages du dépistage précoce du cancer du sein : 20.000 nouveaux cas au cours de l'année 2020-2021    Services de proximité : Séparer le bon grain de l'ivraie    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale, pour la 4e semaine d'affilée    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Ils ont dit…    Contrepoint | Où en sommes-nous ? Où allons-nous ?    27 500 tonnes de blé ukrainien sont en route vers la Tunisie    Législatives en Tunisie: Vers une Assemblée atypique    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Météo du mardi 4 octobre 2022    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'Académie française de médecine    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    DECES : Leïla DEHAIMI    Des héros anonymes    Ambition Africa : renforcer les liens économiques et commerciaux avec l'Afrique    Tunisie Telecom et Huawei : ensemble pour la création de l'avenir    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Tlili Mnasri: L'ISIE est indépendante du pouvoir en place    Ooredoo Tunisie tient son engagement auprès de l'unité d'oncologie pédiatrique de Salah Azaiez    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Jasmin Open Monastir : Sur quelle chaine regarder les matches de Ons Jabeur ?    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers, selon l'OTE    Jean-Pierre Elkabbach reprend la plume    Création "Wahm" de Marwen Errouine avec Le Ballet de l'Opéra de Tunis    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mahfoudh, Belaïd et Bouderbala se sont-ils fait avoir ?
Publié dans Business News le 01 - 07 - 2022

Rédigée pour assurer un avenir meilleur aux Tunisiens sur les quarante ans à venir. C'est ainsi que le président de la République et sa commission consultative nous ont présenté la nouvelle constitution pour une nouvelle république. Publiée dans la soirée de jeudi, la charpente du grand édifice que Kaïs Saïed entend ériger, en cavalier seul ou presque, depuis la colline de Carthage et pour le plus grand bonheur du peuple tunisien en application de sa volonté et sa souveraineté, n'a rien d'économique ou de social dans ses 142 articles. Le bâtonnier Brahim Bouderbala, l'universitaire Amine Mahfoudh et le doyen Sadok Belaïd, se sont-ils fait avoir ?
Durant les deux dernières semaines, Brahim Bouderbala et Amine Mahfoudh ont multiplié les apparitions médiatiques assurant à chaque fois que le projet de la nouvelle constitution serait « économique » par excellence. Disant toute leur confiance en la personne du président de la République et son entreprise juilletiste présumée restaurer la souveraineté du peuple, ces membres phares de la commission consultative n'ont cessé de nous bombarder de « promesses » avant de faire pschitt !
Le 20 juin 2022, avant que Sadok Belaïd ne remette sa synthèse des travaux de la commission consultative au Président, le bâtonnier a fait savoir, dans une intervention sur les ondes d'Expresse FM que le projet de la nouvelle constitution portait sur la libéralisation de l'initiative. « Le principe sera la liberté d'initier. L'exception sera formulée par une loi. Ceci ouvrira de nouveaux horizons aux acteurs économiques et leur évitera la bureaucratie administrative lors de la création de projet… Ceci vise à mettre fin à la monopolisation et à la spéculation », a-t-il expliqué.
Il a assuré, également, que l'Etat aurait un rôle régulateur au niveau de l'économie limité aux secteurs stratégiques notant qu'au niveau social, l'Etat aura pour mission de soutenir les classes fragiles, à travers l'instauration d'une nouvelle instance constitutionnelle : un conseil socio-économique.
Le 22 juin 2022, soit deux jours après que le doyen a présenté le projet au locataire de Carthage, Amine Mahfoudh, a déclaré sur Jawhara FM que la nouvelle constitution serait une bonne surprise pour le peuple soutenant qu'en plus de l'instauration d'une vraie démocratie, le nouveau texte va permettre au pays de s'aligner avec la réalité économique du 21e siècle en encourageant l'entreprenariat, entre autres.
Or, de toutes les propositions économiques que la commission consultative aurait soigneusement peaufinées, le président ne semble avoir retenu que quelques-unes en lien avec l'instauration d'un régime fiscal juste et équitable. Le conseil socio-économique évoqué par Me. Bouderbala est, lui, inexistant. On ne fait mention dans le texte publié dans le Jort que d'une deuxième chambre législative : Conseil national régional et territorial. Dans le chapitre « Dispositions générales », on mentionne, également, que l'Etat doit mettre en place tous les moyens juridiques et matériels pour les chômeurs pour créer des projets de développement. Comment cela sera-t-il élaboré juridiquement ? On n'en sait rien !
Pour le reste, le texte – supposé redynamiser l'économie locale, mettre un terme à l'appauvrissement du peuple et le soutenir dans sa révolution contre « la dictature et la faim » – n'apporte pas de grands changements dans la section des droits et libertés et est, largement, axé sur l'organisation des pouvoirs dans une logique de renforcement des prérogatives du président de la République dans un régime présidentialiste.
La version proposée par la commission qui – vraisemblablement prenait des vessies pour des lanternes – n'a, elle, toujours pas été publiée. Pourtant, c'est ce que les participants à cette pantalonnade nationale avaient promis. Sadok Belaïd s'est, lui-même, engagé à le faire bien avant que la commission ne commence ses travaux. Le 25 mai 2022, invité de l'émission Rendez-vous 9 sur la chaîne Attessia il a martelé : « Je m'engage à révéler aux Tunisiens si le projet publié n'est pas conforme à celui que j'aurais soumis ». Tout porte à croire que cela est bien le cas. Toutefois, aucun des contributeurs ne s'est, jusqu'à l'heure, manifesté, pour le confirmer. Saurons-nous un jour si la commission consultative n'a fait que peigner la girafe ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.