High Tech et Innovation    Bourse de Tunis : La BIAT passe le cap du milliard de dinars de PNB    Tunisie : Un nouveau bilan    Nouvelles de Kairouan    Pass vaccinal — Manque de rigueur lors du contrôle d'accès dans les lieux et espaces publics: Une mesure inefficace ?    Chèvre aux pattes amputées sauvagement: Quelle atrocité !    Ukraine: Un soldat tue cinq de ses collègues avant de s'enfuir    Météo: Températures en légère hausse, ce jeudi    Fuite des cerveaux: 39 mille ingénieurs ont quitté la Tunisie    Par Ben Gamra : La Tunisie fait face actuellement à l'une des plus graves crises de liquidités et les réserves en devises chutent de plain-pied    CAN 2021 : Programme complet et définitif des 1/4 de finale    Tunisie-Affaire des déchets d'Italie : Le renvoi des conteneurs de déchets, au cœur d'une séance de travail au ministère des Transports    Ligue 1 Pro : un nouveau bureau directeur nommé dans ce grand club    L'étrange "évasion" d'Abdelkoddous Saâdaoui, qui en plus nargue sa patrie    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    Les salariés de Cactus prod menacent d'escalade    EN : un joueur testé négatif, deux autres encore positifs !!    Côte d'Ivoire vs Egypte : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Match Côte d'Ivoire vs Egypte : Les chaines qui diffusent le match Choc de la CAN 2022 du 26 janvier    Land'Or obtient un nouveau prêt d'environ 4 millions $    La vraie chambre noire, c'est le palais de Carthage !    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Corruption : La Tunisie au 70e rang mondial    Indice de perception de la corruption : la Tunisie classée au 70ème rang mondial    Tunisie Telecom en chiffres    Kasserine: Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur, pour corruption    Moody's évoque la Tunisie    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    L'UGTT veut décréter le 26 janvier une journée nationale    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    AS Soliman : l'Algérien Frifer Boumedyen engagé pour deux ans et demi    Tunisie – Coronavirus: 17 décès et plus de 9000 contaminations selon le dernier bilan    REMERCIEMENTS ET FARK : Mongi BEN AMOR    Entreprises publiques en difficulté | Crises en cascade    Echo Afrique    Groupe Chimique Tunisien à Mdhilla 2: Levée d'une grève entamée depuis 2 ans    CAN 2021 | Huitièmes de finale – Suite et fin – Côte d'Ivoire-Egypte : La guerre des étoiles    CAN 2021 | Une qualification significative : ls ont changé leur destin…    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    Dilou : Saied est en train de démanteler l'Etat Tunisien    Tunisie : Départ des vols depuis l'aéroport d'Istanbul via une seule piste    Le film documentaire "Angle mort" de Lotfi Achour primé au Fipadoc à Biarritz    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La destitution de Mohamed Morsi divise les Tunisiens
Publié dans Business News le 04 - 07 - 2013

Coup d'Etat comme le qualifient les CPR et Ennahdha ou rectification du processus, comme le qualifient les démocrates et les syndicats ? Certains considèrent que ce qui se passe en Egypte est tout à fait légitime, d'autres estiment que c'est totalement contradictoire à l'esprit démocratique. Une chose est sûre, la destitution du président égyptien Mohamed Morsi ne laisse pas les Tunisiens indifférents.
Certains rêvent de voir l'exemple égyptien transposé en Tunisie, d'autres en rient et d'autres en ont peur.
Exit la constitution et ses débats, exit la liberté d'expression et le procès d'Amina, exit la visite d'Etat de François Hollande. Depuis la chute de Mohamed Morsi, les Tunisiens n'ont d'yeux et d'analyses que pour l'Egypte. Cette Egypte, qui a suivi la Tunisie dans sa révolution de 2011, est en train de prendre un grand virage. Un virage dangereux, selon les uns, un virage salvateur pour les autres.
Ennahdha, parti islamiste au pouvoir en Tunisie, a cité six fois le mot légitimité dans son communiqué contestant, en mots assez durs, ce renversement et fait une totale abstraction des manifestations de 17 millions d'Egyptiens. Le parti islamiste parle des manifestations de soutien au gouvernement, par millions, et proteste contre les arrestations des journalistes et proches du pouvoir.
Son dirigeant Rached Ghannouchi déclarera, plus tôt, que la jeunesse tunisienne perd son temps si elle croit qu'elle peut reproduire le scénario égyptien.
Si Ennahdha s'est gardé de prononcer le mot Armée et de qualifier la destitution de Mohamed Morsi par coup d'Etat, il n'en est pas de même pour son acolyte CPR. Le parti du président de la République condamne ce coup d'Etat contre la marche démocratique considérant l'action des dirigeants militaires comme une défaite de la révolution égyptienne et une tentative de rétablir l'ancien régime, indique un communiqué du parti. C'est pourtant ce même CPR qui crie depuis des mois le mot révolution et volonté du peuple. 17 millions de manifestants ne figurent pas dans le peuple, si l'on suit le raisonnement du CPR.
Chez l'opposition tunisienne, les échos sont totalement différents. A Nidaa Tounes, principale force politique tunisienne actuellement, on applaudit cette rectification du processus qui a permis au peuple égyptien d'affirmer sa position dans un esprit pacifique et de récupérer sa révolution. Béji Caïd Essebsi rappelle les principales raisons qui ont motivé ce peuple égyptien à descendre dans la rue, à savoir que les revendications de la révolution (emploi, dignité, liberté) n'ont pas été respectées. «Il n'y a plus de dialogue et le consensus national est devenu impossible, a indiqué BCE. La révolution s'est transformée en recherche de l'identité, violence et terrorisme. »
Quant à la légitimité électorale, elle perd tout son sens aux yeux de M. Caïd Essebsi, dès lors que le pouvoir dévie de ce pour quoi il a été élu et ne peut plus assurer le consensus.
C'est le même son de cloche que l'on trouve chez l'UGTT, principale force syndicale en Tunisie.
Houcine Abassi félicite le peuple égyptien qui a « su imposer sa légitimité et sa volonté, par son union. Il a rappelé que c'est lui qui accorde la légitimité et c'est lui qui la retire chaque fois que le dirigeant oublie les revendications de la révolution et les promesses électorales ».
Dans la rue, on observera les mêmes divisions avec des opinions radicalement différentes. Aussitôt après l'annonce de l'éjection de Mohamed Morsi, des Tunisiens sont allés applaudir devant l'ambassade d'Egypte à Tunis.
En revanche, d'autres appelaient à organiser dès le lendemain (soit ce matin) une manifestation de soutien au pouvoir islamiste déchu.
Sur les réseaux sociaux, les Islamistes et proches du CPR n'ont pas de mots assez durs pour qualifier cette destitution et s'en prennent allégrement à l'armée, aux laïcs et aux démocrates de la gauche, aussi bien en Tunisie qu'en Egypte. Parmi eux, on retrouve même des personnalités politiques et des groupes proches du parti au pouvoir (voir notre article à ce sujet).
Pour ce qui est de l'argumentation, les différends ne sont pas prêts à être résolus pour bientôt. C'est un véritable langage de sourds.
Pour les uns, la légitimité des urnes ne compte pas devant la légitimité de la rue. On rappelle ce qui s'est passé en Belgique, en Grèce ou en Espagne où les dirigeants de ces pays, démocratiquement élus, ont dû quitter le pouvoir face à la pression de la rue. Les cas de la France ont été souvent cités avec Charles de Gaulle en 1969 et Jacques Chirac en 1997.
A ceux qui parlent de coup d'Etat, on leur oppose le 14-janvier qui pourrait être assimilé à un coup d'Etat également. Mais si l'on accepte l'idée que le 14-janvier était une révolution du peuple, il faudrait alors accepter que c'est la même chose qui a eu lieu en Egypte cette semaine.
Ils rappellent que Morsi n'a pas été destitué de suite et qu'on lui a lancé plusieurs avertissements préalables pour rectifier le tir.
Dans l'autre camp, proche du pouvoir, on rejette en bloc cette argumentation pour ne retenir que la question de la légitimité des urnes et qu'il est hors de question que ce qui s'est passé en Egypte soit importé en Tunisie.
Ce à quoi les sympathisants de l'opposition répondent que la légitimité des urnes en Egypte peut, à la limite, être discutée, mais pas celle en Tunisie puisque le pouvoir actuel a perdu la sienne depuis le 23 octobre 2012 et qu'il a largement dépassé ses prérogatives et ce pour quoi il a été élu.
Comment voit-on l'avenir ? Certains « révolutionnaires » appellent à serrer la vis devant les « ennemis de la légitimité » en mettant hors circuit les médias, les magistrats et ceux qui ont collaboré avec Ben Ali. D'autres disent qu'il faut savoir maintenant calmer le jeu et ne pas pousser trop loin le bouchon. La loi d'immunisation de la révolution devrait ainsi passer aux oubliettes, pronostiquent quelques observateurs.
Chez les démocrates et les laïcs, la joie est à son comble et on commence à rêver sérieusement de voir l'armée tunisienne prendre le chemin de son homologue égyptienne.
Raouf Ben Hédi
Crédit photo : www.lefigaro.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.