Tunisie : Saied et Abbes supervisent la cérémonie d'inauguration du nouveau siège de l'Ambassade de Palestine en Tunisie    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    Tunisie-Le Directeur Régional de la Santé à Kairouan [VIDEO] : « Voici la date officielle du lancement des travaux de l'Hôpital Roi Salmane »    Tunisie-Abdellatif Mekki : « Délirant celui qui croit encore en Kais Saied »    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Programme TV du mercredi 08 décembre    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    CONDOLEANCES    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie hypothéquée
Publié dans Business News le 24 - 10 - 2013

La dette publique tunisienne et majoritairement extérieure est au cœur de l'actualité, instances financières internationales, organismes multilatéraux de développement, et économistes s'intéressent de près à son volume hypertrophié par rapport à la capacité réelle de la Tunisie de la rembourser, à sa soutenabilité et surtout à la manière avec laquelle elle a été utilisée durant ces deux dernières années.
Au milieu du dix-neuvième siècle et pour faire face aux dépenses de fonctionnement du Royaume, Sadok Bey contracta de lourds emprunts à l'étranger dans des conditions catastrophiques et doubla l'impôt personnel ce qui provoqua une révolte sévèrement matée. Le chaos financier continua et engendra l'intervention des puissances européennes mettant ainsi, les finances de l'Etat sous la tutelle de la commission financière internationale pour que La Tunisie tombe, finalement, sous le joug de l'occupation.
L'état actuel
D'après les données publiées dans les rapports de la Banque Centrale de Tunisie, l'endettement extérieur de la Tunisie s'élève à fin décembre 2012 à 31,8 Milliards de Dinars et ce, compte tenu des crédits accordés par le Fonds Monétaire International et par La Banque Islamique de Développement destinés par cette dernière au financement de projets «Halal», on se trouve ainsi à un niveau inédit dépassant les normes internationales admises d'emprunts étrangers et qui représente 37,4% du revenu national disponible brut.
La dette extérieure tunisienne a un coût moyen de l'ordre de 4% et est libellée principalement en Euro et en Dollar U.S. Ceci posera certes des difficultés majeures dues au risque de change en augmentation constante lors du remboursement du service de la dette en raison de la baisse vertigineuse et continue du Dinar par rapport aux monnaies en question depuis deux ans. Il ne faut pas aussi négliger le fait qu'une partie des emprunts extérieurs est à marge de taux variables indexés sur l'évolution de la notation souveraine de La Tunisie et qui est périodiquement revue à la baisse notamment à partir de la fin 2011, à un niveau de risque élevé par les principales maisons de rating bientôt proches au seuil critique du défaut de paiement : la banqueroute.
La situation de la Tunisie, aujourd'hui, sous La Troïka se résume au fait que le pays s'endette pour consommer et pas pour investir. Emprunter de l'argent à long terme pour le dépenser à court terme est le pire cas d'endettement, ce choix désastreux de point de vue économique est la cause de l'émergence des principaux risques majeurs monétaires et financiers que nous vivons actuellement et que payeront, hélas, des générations de Tunisiens.
Quid de la capacité de remboursement de la dette extérieure tunisienne
Les données de la note se rapportant aux résultats provisoires de l'exécution du Budget de l'Etat à fin juillet 2013, selon le ministère des finances, indiquent que La Tunisie s'est acquittée du paiement d'un montant global relatif au service de sa dette extérieure, principal et intérêts, de 2,123 Milliards de Dinars, ce montant atteindra 3,448 Milliards de Dinars au terme de l'exercice budgétaire actuel. Ce qui représentera 20,3% des dépenses de gestion de l'Etat. Autre fait qui rendra le paiement plus difficile est que la tranche de la dette extérieure remboursable sur l'intervalle [10,20 et plus ans] est de 81,3% de l'ensemble des crédits contractés à l'étranger.
Ainsi, chaque tunisien, est condamné à rembourser pour la Troïka, aux prix constants, 2.947 Dinars annuellement de dettes qui lui ont été inutiles et injustifiés dont une bonne majorité a été consommée durant, dans un laps de temps assez cours, pour payer essentiellement les frais d'une gouvernance désastreuse des finances publiques.
Mais où est passé l'argent ? La réponse n'est pas difficile : les dettes n'ont pas servi à l'investissement, ni dans l'infrastructure, ni dans la création d'emploi. La dette a été consommée pour résorber, en partie, le déficit commercial et renflouer artificiellement les réserves en devises. Chose intrigante, l'Assemblée Constituante avait approuvé 27 crédits extérieurs, durant 2012, pour une valeur globale de 7,9 Milliards de Dinars : un chiffre jamais vu dans l'histoire de Tunisie indépendante pour que les dépenses de développent et d'investissement ne dépassent selon les données officielles disponibles actuellement le chiffre dérisoire de 1,508 Milliards de Dinars.
La manière avec laquelle a été utilisée la dette extérieure durant l'ère de la troïka est donc une affaire qui pose plusieurs interrogations du point de vue de la gestion financière publique selon les standards couramment acceptées, ce qui nécessitera, impérativement, des comptes à rendre aux tunisiens voire même un examen approfondi de ladite gestion pour que cette dette ne devienne une dette odieuse.
Le recours excessif des gouverneurs actuels, provisoires, du pays à l'endettement extérieur au détriment de la dynamisation de fonds mobilisateurs de l'investissement et de l'exploitation optimale des facteurs de production était néfaste sur tous les plans au point que les institutions financières internationales ont déjà coupé leur concours monétaires à la Tunisie devenue incapable d'engager les réformes recommandées par les instances financières internationales faute de transparence et surtout de compétence.
In fine, l'endettement extérieur des deux dernières années n'a abouti à aucune création de ressources suffisantes pour le rembourser ce qui signifie que la dette tunisienne est tout simplement non soutenable, c'est-à-dire qu'elle est difficilement remboursable. Autres leçons à tirer de cet épisode d'endettement pharaonique : les financements extérieurs accordés n'ont jamais conduit à la «croissance» promise de 4,5 % annuelle, à l'immunisation de notre pays aux chocs internes et externes tels que la dégradation des termes d'échange, la consolidation des institutions notamment financières, la maîtrise des fléaux sociaux ravageurs et surtout la réalisation des objectifs fixés par la «révolution» du 14 janvier 2011 tels que le plein emploi, l'égalité, de la dignité et tant d'autres objectifs assumés par le gouvernement «révolutionnaire» de la Troïka.
Pour l'histoire, La Tunisie a vécu des crises d'endettement dans le passé, la crise actuelle en est la pire depuis son Independence.
Sans empiéter sur le domaine des historiens, espérons tout de même que la crise actuelle, très similaire à celle des années 1860, passe sans aboutir à des conséquences aussi dramatiques !
*Spécialiste en gestion des risques financiers


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.