Fathi Slaouti : On fermera les établissements avec un taux élevé de contamination au Coronavirus    Sommet Chine-Afrique : Jerandi aura-t-il sa part de l'énorme gâteau chinois?    L'IACE organise la 35e édition des Journées de l'Entreprise du 9 au 11 décembre    Parachutisme : Près de 500 tunisiens ont participé à l'événement SKYS dans le désert de Tozeur    Un vol exceptionnel de l'aéroport de Tunis-Carthage vers le Maroc    Bourse de Tunis : Lancement d'un Guide de reporting environnemental, social et de gouvernance    Change devises en dinar tunisien : Cours du 29 Novembre 2021    Iles Kerkennah : Pour un tourisme vert et écoresponsable    Migration clandestine : 461 migrants sauvés au large de Ben Guerdane    NBA : Les Lakers et LeBron en équilibre, Golden State et Curry déroulent    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 Novembre 2021 à 11H00    SE Shinsuke SHIMIZU, ambassadeur du Japon en Tunisie, à La Presse : « La Tunisie peut être une porte d'entrée pour les investisseurs japonais vers l'Afrique »    Sidi Bouzid : le directeur du lycée 9 avril tabassé par un parent    Le film égyptien FEATHERS, Tanit d'or des JCC au cinéma dès le 1 décembre (B.A. & Synopsis)    Les indiscrétions d'Elyssa    L'équipe de Tunisie entame demain la coupe arabe des nations | Billet : A quoi servira la Coupe arabe ?    Coupe de la CAF | Tour de recadrage aller – Tusker FC-CSS (0-0) : Le CSS assure l'essentiel    Une JSK poussive devant mais solide derrière : Le réalisme aghlabide    Tribune | A défaut de relance économique, dépénalisons la migration extralégale    Tribune | Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien : Le message d'António Guterres *    Sejnane : Reboisement de 5400 arbres plantés malgré les conditions météorologiques difficiles    Vidéo du jour: Une école pieds dans l'eau    UA : la Libye appuiera la candidature du Maroc, pas celle de la Tunisie    Le syndicat indépendant des réalisateurs et producteurs (SIRP) : Arrêter le formatage narratif des films tunisiens    Evénement artistique à XYZ et hors les murs à La Marsa : Je suis la grenade    Ahlem Gzara: Des personnes complètement vaccinées parmi les admis dans les services de réanimation    Le fonctionnaire tunisien est le moins payé de la Méditerranée, selon Ajbouni    Abdellatif Mekki évoque les conditions d'un dialogue    Béja: Les agents du développement Sylvo-Pastoral en sit-in ouvert [vidéo]    Ahlem Gzara : Le pass vaccinal tunisien bientôt reconnu en Europe    Près de 4 000 litres d'huile végétale subventionnée pour le marché de Tozeur    Météo : Temps pluvieux et chutes de neige et de grêle    Ali Laârayedh parle d'amour    Tunisie : Noureddine Tabboubi menacé de mort    Sfax-Crise de déchets: Une grève générale sera annoncée    Tunisie-Coronavirus: Zéro décès et 95 cas en une journée    Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton n'est plus    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La BCT clarifie les choses
Gel du remboursement de la dette extérieure de la Tunisie
Publié dans Le Temps le 26 - 03 - 2013

Le taux d'endettement total de l'Etat devrait atteindre environ 46,8% du PIB en 2013
Le service de la dette globale pour toute l'année 2013 s'élèverait à 3.448 MDT
pour représenter 8,2% des recettes courantes prévues contre 4.075 MDT et 10,5% en 2012
Les appels pour le gel du remboursement de la dette extérieure de la Tunisie ne s'arrêtent pas, sous prétexte que ces dettes n'ont profité que pour un ancien régime dictatorial.
Plus encore, on commence surtout à avancer des chiffres- surréalistes- concernant le taux de l'endettement. Certains qui se prennent pour des experts en la matière situent le taux de l'endettement au-delà de 100%. Du populisme ou encore de la surenchère politique ? Quoi qu'il en soit, nul ne peut ignorer que le taux d'endettement du pays a connu une augmentation ces deux dernières années. Ce recours à l'endettement extérieur se justifie côté officiel, par un manque des ressources de l'Etat face aux défis auxquels le gouvernement de Jebali était confronté. Il en est de même pour ce nouveau gouvernement qui continue les négociations avec le Fonds Monétaire International (FMI) pour l'octroie d'un crédit stand-by d'une valeur de 2,5 milliards de dinars. Selon des sources proches du dossier, le résultat de ces négociations sera transmis au Conseil d'Administration du FMI d'ici la fin de ce mois. La réponse du FMI est à priori favorable pour l'octroie de ce crédit stand-by.
En réaction aux commentaires des politiciens et même des économistes, la Banque Centrale de Tunisie (BCT), vient de publier des chiffres relatifs à la dette extérieure de la Tunisie. Des chiffres qui indiquent que le service de la dette globale pour toute l'année 2013 s'élèverait à 3.448 MDT pour représenter 8,2% des recettes courantes prévues contre 4.075 MDT et 10,5% en 2012. Ce taux demeure selon les commentaires de la BCT à un niveau soutenable. Toujours, selon la BCT, le service de la dette devrait connaître un allégement en l'absence de remboursements, au cours de cette période, du principal d'autres emprunts obligataires, d'ici 2017 (, date d'échéance du placement privé qatari conclu en 2012 pour un montant de 500 MUSD). On avance également que le service de la dette rapporté aux recettes courantes devrait se maintenir à un niveau inférieur à 10%.
Pour l'année en cours, les statistiques de la BCT laissent dégager une légère baisse du taux d'endettement extérieur à moyen et long termes prévu pour l'année 2013, par rapport à l'année dernière, soit 39,7% du Revenu National Disponible Brut, contre 39,8% en 2012. Pour l'année en cours, l'endettement extérieur du pays devrait atteindre 22 440 millions de dinars, soit 28,5% du Revenu National Disponible Brut. Il devrait aussi représenter 71,9% de l'endettement extérieur global estimé à 31.196 MDT. Pour cette même année (2013), les prévisions de la BCT indiquent que le taux d'endettement total de l'Etat qui englobe la dette extérieure et intérieure, devrait atteindre environ 46,8% du PIB contre 46,1% à la fin de l'année 2012. A moyen terme ce taux devrait se maintenir en dessous de 50%.
Zied DABBAR

3 questions à Moez Laabidi, Professeur Universitaire et Expert en finance internationale
« Pour un petit pays à économie ouverte, privé de ressources naturelles, la seul solution pour briser le cercle vicieux de l'endettement, est de retrouver un taux de croissance largement sup au taux d'intérêt de l'emprunt »
Le Temps : quelles sont les conséquences du gel du remboursement de la dette extérieure du pays ?
Moez Laabidi : de prime abord, je tiens à préciser que si cette décision émane du pays, elle devient financièrement coûteuse. Car, le gel du remboursement de la dette extérieure du pays, va fort probablement aboutir à la dégradation de la note de la Tunisie. Le coût de l'emprunt devient par conséquent plus élevé. La Tunisie pourrait également risquer une exclusion et il est ainsi probable qu'elle ne trouve pas de bailleurs de fonds. Pis encore, cette décision, est économiquement contre productive, car elle aura un effet d'annonce négatif sur les investissements directs étrangers (IDE). Les investisseurs peuvent bouder la Tunisie qui devient un pays à risque. Les investisseurs peuvent penser que la Tunisie pourrait prendre des décisions pour leur interdire de rapatrier leurs bénéfices ou même nationaliser leurs investissements.
Mais, les pays qui ont annulé le paiement de leurs dettes ont-ils subi ces risques ?
La Tunisie n'est pas comparable à l'Argentine et l'Equateur (les deux pays qui ont pris la décision de geler le paiement de leurs dettes). L'Equateur est un pays pétrolier qui dispose d'une rente pétrolière et qui peut satisfaire ses besoins en devises en augmentant sa production de pétrole. La Tunisie ne dispose pas de ressources pétrolières et il est ainsi impossible de la comparer à l'Equateur.
L'Argentine est le deuxième exportateur de Soja et il est le premier fournisseur de l'Europe en cette denrée. Et malgré ces ressources naturelles, l'Argentine a connu une crise politique à cause de cette décision. Il faut juste se rappeler qu'à partir de décembre 2001 (date de prise de cette décision) à janvier 2012, l'Argentine a connu une crise politique qui s'est traduite par l'arrivée au pouvoir de 4 présidents en dix ans. Plus encore, ce pays a connu la circulation de 20 types de monnaies locales à cause de la perte de confiance en sa monnaie nationale. La Tunisie ne pourra pas supporter cette incertitude politique. Raison pour laquelle, je dirai bien que pour un petit pays a économie ouverte privé de ressources naturelles, la seul solution pour briser le cercle vicieux de l'endettement c'est de retrouver un taux de croissance largement sup au taux d'intérêt de l'emprunt.
Et la solution dans tout cela ?
La société civile tunisienne pourrait jouer un rôle assez important. Elle pourrait à travers ces réseaux de société civile de nos créanciers exercer une pression auprès des gouvernements des pays bailleurs de fonds pour supprimer ou geler le remboursement de la dette. Cela n'est évident que pour les dettes qui proviennent de la coopération bilatérale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.