Révocation des juges: Le président de l'ATJM dénonce le silence du Conseil provisoire de la magistrature    Inauguration de la première centrale solaire flottante d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient    Le nouvel Opel Mokka disponible en Tunisie chez Stafim à partir de 98.900 dinars    Wimbledon : un succès aisé pour Ons Jabeur contre Bjorklund    « Yalla Jaw », le concert inédit organisé par Orange Tunisie, fait vibrer de joie l'avenue Habib Bourguiba    Lancement de la collection de parfums REPLICA de la marque Maison Margiela en Tunisie    35e édition du festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Laârayedh: Hamadi Jebali doit être hospitalisé à l'hôpital militaire pour une chirurgie urgente    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    UGTT : grève générale au sein de la fonction et du secteur publics    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Tunisie: L'Agence de sécurité informatique met en garde...    Yazid Safir, Directeur de l'agence française de développement en Tunisie à La Presse : «La Tunisie est un partenaire privilégié du groupe AFD»    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    « Espace El Mdina » à Hammamet : Une exposition de peintures géantes et un spectacle scout pour clôturer l'atelier artistique sur la lutte contre les violences économiques faites aux femmes    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Ayachi Zammel présente son mouvement politique « Azimoun »    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    Météo: Températures en hausse, ce lundi    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bassesses et injures, maîtres-mots de la campagne présidentielle !
Publié dans Business News le 19 - 11 - 2014

Dans une démocratie, la campagne électorale est censée s'inscrire dans le débat sur les programmes et la réflexion sur les idées. Toutefois, loin de cette conception, certains politiques se rabattent sur des stratégies électorales d'une bassesse inouïe, plutôt que de mettre en avant leurs visions et programmes. Propos diffamatoires, insultes et discours haineux sont pratiquement le lot quotidien de ces politiques pour tenter de jeter le discrédit sur leurs adversaires! Comment ne pas être saisi de stupeur, ou de dégoût, par de tels comportements électoralistes indignes, à l'approche d'une élection présidentielle autour de laquelle un climat malsain a été véhiculé ?
Les exemples ne manquent pas pour illustrer les agissements contestables de ces responsables politiques, à leur tête, les CPR et leurs acolytes sont indéniablement les plus à même de représenter cette caste bien particulière de diffamateurs et d'insolents. A trois jours de l'élection, il est nécessaire de lever le voile sur la recrudescence des insultes et la montée de la vulgarité dans la scène politique.
Samir Ben Amor, membre dirigeant du parti présidentiel CPR ne ménage pas ses efforts, et ses injures, pour s'attaquer au camp « ennemi », à savoir Nidaa Tounes. Tous les coups bas sont permis, le verbe d'une insolence démesurée n'épargne personne (Voir ici : capture Samir Ben Amor). M. Ben Amor met en cause d'une façon insidieuse l'âge du candidat Béji Caïd Essebsi, nous révélant une facette bien culottée de sa personnalité : « Je ne voterai pas pour un cadavre ambulant », lit-on, « Il faut honorer les morts en les enterrant », ou encore « La chaîne Tunisie 7, le sponsor officiel du cadavre numéro 7 ». Samir Ben Amor use donc des attaques personnelles, les plus mesquines, pour salir l'image de ses opposants ! Il faut dire qu'on s'attendait un peu dans le cadre de la campagne présidentielle, à la mauvaise foi la plus complète et aux attaques les plus basses, après la débâcle du CPR aux législatives, au moins on n'est pas déçus ! Et ce n'est pas fini, M. Ben Amor s'attaque aux journalistes, notamment à Mariem Belkadhi, à coup de diffamation, lui rappelant qu'elle était proche du clan Ben Ali. La raison, la journaliste avait attiré l'attention sur le fait que le cortège du candidat à sa propre succession, Moncef Marzouki comprenait 14 voitures, lors de ses déplacements pour la campagne. La carte « médias de la honte », se rappelle tout de suite au député sortant…
L'autre CPR passé pro des propos diffamatoires, Slim Ben Hamidane assure en public de la grandeur de son candidat, qui a dirigé plusieurs thèses de doctorat, (Voir ici : Slim Ben Hamidane) alors que BCE n'a fait que superviser les tortures, les fraudes et une échoppe de vente d'alcool (sic.). Il nous entraine également dans un délire conspirationniste, dans lequel il compare « les persécutions subies par les forces révolutionnaires » à l'occupation sioniste (Voir ici : Slim Ben Hamidane sioniste)! Les soutiens de Moncef Marzouki déploient tout leur talent, se lâchant et se croyant, autorisés au nom de la campagne, de proférer des grossièretés contre quiconque qui les dérange, alors que Marzouki lui-même assure qu'il a donné la consigne à ses disciples pour s'éloigner de ses pratiques, tout en niant que de tels dépassement aient eu lieu.
L'un des plus grossiers d'entre tous est Yassine Ayari. Le bloggeur controversé fait partie de l'équipe de campagne de Moncef Marzouki. Et pour bien faire les choses, il semble avoir perdu le sens de la mesure et d'un certain savoir-vivre. Sa signature : Ne pas voter pour les « couches », en référence à l'âge avancé de Béji Caïd Essebsi et aux fuites et autres désagréments nécessitant la protection de couches pour adultes (Voir ici : capture Yassine Ayari ). Ces propos contenus dans ses posts Facebook sont tout simplement inadmissibles ! En plus de la teneur scandaleuse de ses attaques à l'encontre d'un candidat à la présidentielle, M. Ayari publie des photos montrant des soient-disant manifestations de soutien à BCE, où les participants portent… des couches ! Les sous-entendus insinués sont, le moins qu'on puisse dire grossiers et déplacés.
En période de campagne, les camps adverses peuvent, au nom de la polémique électorale, se lancer des attaques, cela fait partie du jeu. Cependant, rien ne pourrait excuser ou justifier ce qui s'apparente ici à une médiocrité innommable ! Le député sortant du CPR, Béchir Nefzi n'est pas en reste, qualifiant le candidat de Nidaa Tounes de « momie ». La question de l'âge de BCE est un leitmotiv qui alimente les injures de ses détracteurs (Voir ici : capture Bechir Nefzi). Par ailleurs, il tourne en dérision les sympathisants de Nidaa et se positionne en gardien de l'éthique : « Vous les orphelins de l'esclavage, votre maître nous promet un strip-tease. Honte à vous ! », les harangue-t-il. M. Nefzi s'attaque également au directeur de campagne de BCE, Mohsen Marzouk le traitant de lâche et d'apprenti de la momie !
Le frère du président provisoire, Mokhlès Marzouki participe activement à la campagne de dénigrement. Ainsi, il s'attaque au candidat du Front populaire, Hamma Hammami insinuant que le leader de gauche est soutenu par l'argent politique corrompu, tout en comparant la campagne de Hammami à celle, modeste, de son frère (Voir ici : capture Mokhlès Marzouki). Il n'épargne pas non plus de ses invectives, les médias dits de la honte, notamment Business News et son directeur: « Le chiffon odieux de tous les mensonges et manipulations : le Bahloulisme toute une école de vilenies et de veuleries », nous a-t-il gratifié. Passons ! Un dernier exemple, parmi la multitude de bassesse, est celui de Radhouane Masmoudi qui, après avoir publié des résultats de sondages d'opinion et que Business News l'ait épinglé à juste titre, pour dépassement de la loi électorale, a commencé à nier tout en bloc, prenant bien soin d'effacer toute trace du méfait. Après que le pot-au-vin ait été découvert, M. Masmoudi se met à parler de police de Facebook et à diaboliser les médias tunisiens, selon lui pro Nidaa Tounes (Voir ici : capture Radhouane Masmoudi). La même rengaine !
Les plus indisciplinés et irrévérencieux lors de cette campagne présidentielle semblent être les CPR. Mais pourquoi tant de haine ? Cela cacherait-il autre chose derrière ? Les débats sérieux, de fonds sont relégués aux oubliettes ! On élève un écran de fumée dans le but de détourner l'attention du public des questions gênantes… Les Tunisiens ont beau espérer une campagne digne, mais depuis un moment les insultes n'ont eu de cesse d'entraver le débat. Le candidat du Courant de l'amour, Hechmi Hamdi au cours de sa tournée a fait aujourd'hui, un discours incitant à la haine entre classes. Sa technique de manipulation, user explicitement d'un populisme poussé à son extrême. Le candidat se fait même appeler « émir », mettant ainsi ses interlocuteurs dans une position de faiblesse, en leur rappelant leur détresse financière et s'érige au final, en tant que sauveur. Hechmi Hamdi va par moments dans la sensiblerie et s'arrache quelques larmes pour émouvoir la présence. Chacun son terrain de jeu en somme ! Un autre fait enregistré aujourd'hui, le communiqué publié par Nidaa Tounes, sommant ses sympathisants de ne plus s'attaquer à la députée d'Al-Massar, Karima Souid. C'est que les aficionados de Nidaa n'apprécient pas la critique, surtout quand celle-ci touche à leur leader Béji Caïd Essebsi ! L'ire des sympathisants contre Mme. Souid, qui a pris position contre BCE, s'est manifestée en insultes racistes et grossièretés sexistes en tous genres, amenant la députée à faire savoir qu'elle portera plainte…
On est en droit d'évoquer une dérive ordurière de la campagne présidentielle. Injures et diffamations, fréquentes et banalisées, et dirigées contre des personnes et non contre des idées, nous amènent à réfléchir sur tout le fonctionnement de la vie politique. La campagne est pourtant un espace-temps crucial pour débattre sur les programmes des candidats. Pendant que les camps se déchirent le débat d'idée est malheureusement relégué au second plan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.