Le scandale des vaccins que la présidence veut étouffer    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Saïed : « Les Sommets de la Francophonie et de la TICAD posent de nouveaux défis pour la Tunisie et l'Afrique »    Kaïs Saïed reçoit les Chefs des missions diplomatiques africaines accréditées à Tunis    Carthage : Université Entrepreneuriale    « En cas de détection de nouveaux variants du coronavirus, la Tunisie sera confrontée à une 3e vague de la pandémie »    Ben Ticha : Des nahdhaouis sont venus en avion pour participer à la manifestation    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Abdelkarim Harouni : Kais Saied doit accepter que les nouveaux ministres prêtent serment    Pour 96.74% des chefs d'entreprises, le covid-19 a impacté leurs activités    Le gouvernement doit s'excuser    Championnat du monde d'Aviron en salle : Les rameurs tunisiens raflent 5 médailles    Ensemble, Nouvelle Valeur : Rendre les centres de données plus écologiques et plus respectueux de l'environnement    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    Le SYNAGRI appelle à la mise en service de l'unité de séchage du lait    Tunisie: L'Isie sous la loupe de la Cour des comptes    Blocage politique inédit : Ego, rien que de l'ego !    Les Etrangers pourront bientôt devenir propriétaires sans recours aux autorisations    Hamma Hammami : Je n'ai pas un frère qui s'appelle Rached    Covid-19 | Nabeul : 2 décès et 26 nouvelles contaminations    Les Volants d'Or 2020 de TOTAL : Les meilleures du Secteur automobile en Tunisie à l'honneur !    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Vaccins distribués aux hauts responsables en Tunisie, des députés exigent une enquête    Appel à développer la recherche scientifique sur les maladies rares    Tunisie – Soldes 2021: Les ventes ont chuté en boutiques et prospèrent en ligne    Mechichi inaugure le 2ème centre technologique "Elife" à Béja    Ligue 2 | 5e journée – Groupes A, B ET D : Aouichaoui, bourreau du SG    Tunisie – météo : Brouillard le matin et températures stables    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Sidi Bouzid : Avancement des travaux réaménagement du parc de la cité El Khadra        CAN U20 | Demi-finales – Ouganda-Tunisie (Ce soir A 20h30) : L'histoire s'écrit ce soir !    D'un sport à l'autre    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ministère de l'Intérieur : Un remue-ménage controversé !
Publié dans Business News le 19 - 06 - 2018

Les dernières nominations effectuées dans le corps de la Garde nationale ont fait couler beaucoup d'encre. Des spéculations, des extrapolations, chacun y va du sien dans l'interprétation du vaste mouvement opéré au sein du ministère de l'Intérieur. Retour sur une action qui n'a, certainement, pas laissé indifférents les observateurs de la scène nationale.

Une dizaine de jours s'est à peine écoulée depuis le limogeage de l'ancien ministre de l'Intérieur, Lotfi Brahem, pour qu'un vaste mouvement soit opéré au sein du département, touchant, plus particulièrement, au corps de la Garde nationale.
Près de 100 nouvelles nominations ont été effectuées, concernant des directions clés et importantes. Le remue-ménage a touché, en l'occurrence, à la direction de la sûreté générale, la direction de prévention contre le terrorisme, la brigade des renseignements tactiques au sein de la direction des renseignements, la direction antiterrorisme, ainsi que certains districts et zones frontaliers dans la plupart des cas.

C'est dire que ce mouvement a été consacré en grande partie au pourvoi des postes vacants depuis un bon bout de temps. Des experts affirment qu'il fallait absolument désigner des responsables à la tête de ces postes tenant compte de leur grande importance stratégique à l'instar du district de Hammamet, où il y avait un vide sécuritaire remarquable. D'autre part, ils estiment que le gouvernement se trouvait dans l'obligation d'effectuer un certain nombre de nominations dans le cadre d'une réforme de l'appareil sécuritaire. En effet, à travers l'action entamée par le nouveau ministre par intérim, Ghazi Jeribi, le gouvernement a tenu à rectifier certaines nominations effectuées par l'ancien ministre Lotfi Brahem. Faut-il encore rappeler que le plus vaste mouvement au sein de la Garde nationale fût effectué en 2015, au moment où Lotfi Brahem était le commandant en chef de la Garde nationale. A cette époque, 250 nouvelles nominations ont eu lieu dans le cadre de l'assainissement et le rajeunissement des cadres sécuritaires.

D'ailleurs, Lotfi Brahem avait à relever un désaccord au niveau technique et juridique à propos des nominations de certains sécuritaires et membres du cabinet, lors de la première apparition médiatique suivant son éviction sur Mosaïque Fm. Il avait affirmé son impartialité et son équidistance avec tous les partis politiques, comme le lui ont demandé, lors de sa nomination, le président de la République et le chef du gouvernement. Et d'ajouter qu'il avait une rencontre chaque lundi avec le chef du gouvernement et le ministre de la Défense et qu'il coordonnait tout avec eux. Quant à certaines nominations ou décisions, il a rappelé que son expérience et son expertise, dans l'appareil de l'Etat et au sein du ministère de l'Intérieur, lui permettent de savoir si telle décision ou telle nomination est bonne ou pas.

Si les parties officielles avancent qu'il s'agit d'un mouvement ordinaire et d'une remise de l'ordre dans la demeure incluant, mutation, pourvoi de postes vacants et réformes, les « adeptes » de Lotfi Brahem estiment que cette action n'est qu'un règlement de compte personnel, permettant au gouvernement d'avoir la mainmise sur l'appareil sécuritaire, à travers la prise de contrôle sur des postes clés et des directions déterminantes.

Les tergiversations autour de ce remue-ménage a jeté son dévolu, inéluctablement, sur les syndicats sécuritaires. Ces derniers se sont retrouvés partagés entre les deux positions, chaque partie selon que ses intérêts soient touchés ou non. Cependant, il est clair qu'il n'y a pas eu de véritables contestations pour les nominations en soi. L'appareil sécuritaire en route, depuis un bon moment, dans la reprise de sa forme, semble soudé, affichant une confiance dans la compétence de tous les cadres sécuritaires ainsi que dans leur patriotisme et leur détermination dans la préservation de l'intérêt suprême de la nation.

Toujours au cœur de la même polémique, le député Ennahdha, et président de la commission parlementaire chargée de la sécurité et de la défense au sein de l'Assemblée, Abdellatif Mekki a réagi aux nombreux remaniements dans les organes sécuritaires, qui ont suivi le limogeage de Lotfi Brahem. Il a donc estimé que le nouveau ministre de l'Intérieur par intérim, Ghazi Jribi et même Youssef Chahed, devront être interrogés par la commission parlementaire à ce propos. « La commission permettra à tous de s'exprimer ». Il a, également, considéré que l'ancien ministre, Lotfi Brahem a voulu faire de la politique, chose qui a nui à sa carrière, ainsi qu'à l'intérêt général du pays

En tout état de cause, le limogeage de Lotfi Brahem, ne cesse de créer la polémique dans la mesure où ces retombées alimentent encore le débat. Ce mouvement considéré comme étant une purge pour certains, et d'une remise de l'ordre pour d'autre, semblait être la suite logique à l'éviction de Lotfi Brahem. Toutefois, suite aux bruits qui circulent depuis quelques jours quant à un éventuel remaniement ministériel, tous les regards sont braqués sur ce département, tant convoité, et les ballons d'essai commencent à être lancé. Ainsi, la suite des évènements nous éclairera sur tout le flou qui règne, malgré tout, sur la scène actuelle et donnera un aperçu sur l'équilibre des forces pour l'étape à venir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.