Que contiendra le nouveau décret de réconciliation pénale que prépare Kaïs Saïed ?    Les revenus de Tunisair augmentent de près de 25%    Mutinerie au Burkina Faso : Renversement de Roch Marc Christian Kaboré ?    Hausse des revenus de City Cars de près de 46%    Ooredoo récompense les supporters Tunisiens : 15000 dinars à gagner ce samedi    NEWS | La chute de la Ligue 1 !    CA | Retour de la passion en attendant la consécration : Ici, tout commence !    Amen Allah Messaâdi : le rythme des contaminations ne régresse pas    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    Kamel Ben Messaoud explique la décision du Tribunal administratif en faveur de Béchir Akremi    Noureddine Ben Abdallah : les revendications des médecins du secteur public ne sont pas prises au sérieux    Kairouan: Les consommateurs en ont ras-le-bol de la hausse des prix [Vidéo]    Seulement 13% des Tunisiens sont diplômés    STEG : -40% en liquidités, 13 milliards de dette…, pourtant les salariés auront leurs primes    Olga Malakhova : Elyssa poupée russe    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Gafsa: Plus de 231 infractions économiques relevées    A Bizerte, 2 400 oliviers seront plantés pour la saison 2021-2022    Daily Brief du 24 janvier 2022: Kaïs Saïed ne semble pas avoir compris qu'il s'est fait remonter les bretelles par Macron !    Youssef Bouzakher : le ministère de la Justice et le pouvoir législatif sont responsables de la situation de l'affaire Akremi    Kasserine: L'UTICA menace d'organiser des journées de colère    Le couvre-feu va-t-il être prolongé ? Précisions de Amen Allah Messadi    Météo : Ciel passagèrement nuageux et températures stationnaires    Météo: Températures en légère hausse, ce lundi    Ettakatol: Saied veut démanteler les institutions de l'Etat    CAN 2021 : Sur quelles chaînes regarder les matches de lundi ?    Coupe de Tunisie : résultats complets des matches du 3ème tour    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Ali Baklouti, fondateur de La Gazette du Sud, est décédé    Tunisie : Le CSM met en garde contre "la diffamation sans précédent de ses membres".    Monde : Le président arménien annonce sa démission    CAN 2021 : la Tunisie, si Forte, si Seule … élimine l'ogre nigérian    Bruits autour de BCE, Ben Ali : Le son de cloche de Baccouche    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rached Ghannouchi, le maître du jeu !
Publié dans Business News le 05 - 02 - 2020

Les rumeurs le disaient amoindri et victime de graves problèmes de santé, il n'en est rien. Rached Ghannouchi se porte bien et il le montre. Dans une interview accordée à Boubaker Ben Akecha et diffusée ce matin sur Mosaïque Fm, le chef du mouvement Ennahdha et président de l'ARP est apparu plus ferme que jamais. Le ton condescendant, il distillait conseils, reproches et conditions au chef de l'Etat et au chef du gouvernement désigné, Elyes Fakhfakh…


Le bras de fer qui oppose Rached Ghannouchi à Kaïs Saïed n'a plus de secret pour personne. Hier, soulevée par le leader de Machroûu Tounes, Mohsen Marzouk, cette lutte pour le pouvoir a un impact direct sur le déroulé des concertations menées par Elyes Fakhfakh en vue de former son gouvernement.

Le chef d'Ennahdha et président du Parlement, Rached Ghannouchi a réitéré ce matin son refus catégorique de l'exclusion de Qalb Tounes des concertations autour de la formation du gouvernement, assurant que son parti lutte contre toute exclusion « par principe ». Principe sur lequel le parti islamiste n'était pas très regardant il y a à peine deux mois quand il s'agissait de former un gouvernement « sans corrompus ». Taxé de parti « macaronis » [à cause des denrées alimentaires distribuées aux nécessiteux lors de la campagne électorale] il y'a quelques semaines par ces mêmes nahdhaouis, Qalb Tounes est aujourd'hui la condition sine qua non pour qu'Ennahdha donne son vote au gouvernement d'Elyes Fakhfakh.
Rached Ghannouchi a expliqué que le gouvernement a besoin d'une large ceinture politique pour achever de mettre en place les réformes nécessaires affirmant que le gouvernement ne passera pas si le chef du gouvernement désigné, Elyes Fakfakh écarte Qalb Tounes. « Si ce gouvernement passe avec 109 voix que fera-t-il quand il aura besoin de 145 voix pour voter des réformes, d'où va-t-il les amener ? » a poursuivi le chef d'Ennahdha, soulignant que le pays a besoin de coalitions dans le cadre de l'union nationale et qu'il n'y a aucun motif pour qu'Elyes Fakhfakh écarte des partis et leur impose de se ranger du côté de l'opposition.

Rached Ghannouchi est allé jusqu'à dire que la désignation d'Elyes Fakhfakh par le président Kaïs Saïed n'est pas le meilleur choix, nuançant toutefois le propos en précisant qu'Ennahdha n'avait aucun veto sur Fakhfakh « ou n'importe quelle personnalité nationale présentant un programme réformateur ».

Sur la question de ce revirement surprenant, de nombreux observateurs s'accordent à dire que par l'intégration de Qalb Tounes dans le processus, Ennahdha aspire à gagner un allié de taille dans un environnement volatile composé de partenaires en qui il n'a plus confiance depuis l'échec du gouvernement de Habib Jamli. En rejoignant le gouvernement, Qalb Tounes affaiblit l'opposition et allège significativement le poids de partis comme Attayar ou Echaâb qu'Ennahdha a du mal à apprivoiser.

Ennahdha a finalement refusé de signer le document contractuel du gouvernement proposé par Elyes Fakhfakh. Le parti avait réitéré son souhait de voir se constituer un gouvernement d'union nationale. « Notre signature doit être le couronnement de l'accord final autour du soutien politique, de la structure du gouvernement, son programme et sa composition finale », dit Ennahdha.

Faisant abstraction des multiples mises en garde d'Ennahdha, Elyes Fakhfakh a adressé une correspondance aux partis politiques concernés par les négociations les invitant à proposer leurs candidats au gouvernement dans un délai ne dépassant pas le 5 février 2020 à 16h.

Dans cette correspondance, à laquelle Business News a pu accéder, Elyes Fakhfakh a mis l'accent sur la nécessité de respecter l'équilibre entre les personnalités partisanes et indépendantes, soulignant que les départements de la Défense et des Affaires étrangères ne feront pas l'objet de négociations, conformément aux dispositions de la Constitution. Quant aux portefeuilles de la Justice et de l'Intérieur, le chef du gouvernement désigné a indiqué qu'il n'est pas préférable de faire du favoritisme entre les partis. Ainsi, il se chargera, lui-même, de désigner des personnalités politiques indépendantes à ces postes.

Elyes Fakhfakh semble être dans le déni le plus total. Bien que les observateurs s'accordent à dire que si le cheminement reste le même son gouvernement ne passera jamais, le chef du gouvernement joue la clarté, exposant toutes ses cartes devant un adversaire qui cache plus d'un atout dans sa manche. Tel que présenté, le processus engagé par le chef du gouvernement désigné semble être devant une impasse.

Elyes Fakhfakh n'a plus vraiment beaucoup d'options. S'il avance, tout porte à croire qu'il va échouer, s'il démissionne ou s'il rétropédale, il se sera renié, s'il propose un gouvernement apolitique il aura perdu 15 jours pour rien sans être assuré de réussir à le faire voter. Une chose est sûre, devant des "novices" en politique, Rached Ghannouchi mène la danse et s'érige même en donneur de leçons. A Kaïs Saïed il a expliqué que snober Berlin ou Davos ne sert pas les intérêts de la Tunisie et que bouder les grands évènements n'adresse pas un message positif au reste du monde. Dans son interview ce soir sur Hannibal Tv, il n'hésite pas à se présenter comme l'homme d'expérience qui veille à l'intérêt du pays, et n'hésite pas à appeler Kaïs Saïed et Elyes Fakhfakh par leurs prénoms. Jamais cela n'aurait été possible si l'adversaire en face avait été de taille…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.