Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Monde-Daily brief du 28 septembre 2022: Guerre en Ukraine : les « référendums » d'annexion contestés par plusieurs pays    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Hatem Meziou : la valeur des importations de parfums et de cosmétiques est d'environ 125 millions de dollars    Le populisme appelle le populisme    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mondial 2022 : L'équipementier danois Hummel tacle le Qatar    Tunisie: Le prix du Zgougou en vrac est à 33 dinars le kilo    OoredooEZ CUP : Plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Al Bawsala: La Tunisie connaît des violations du droit d'accès à l'information    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH BANK : Les Start-up, à l'œuvre    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Ligue 2 : Programme de la 1ère journée    Courant populaire: Une manifestation pour appeler à lever le voile sur les assassinats politiques    5.400 tunisiens dont 200 enfants vivaient avec le VIH en 2021    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Pour vivre décemment en Tunisie, une famille de 4 personnes doit gagner 3448 dinars    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Nabil Ayadi : il n'y a pas de pénurie car il n'y a pas de marchandises    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    L'entreprise autrement: L'impasse ?    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Intègre, mais surtout compétent    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Fuite de gaz sous la mer suite au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Elyes Fakhfakh un gouvernement de la dernière chance
Publié dans Business News le 22 - 01 - 2020

C'est plié. Le président de la République a décidé. Ce sera à Elyes Fakhfakh de composer le nouveau gouvernement. Les défis qui attendent le chef du gouvernement désigné ne sont pas des moindres. Plusieurs étapes le séparent de son installation à la Kasbah et d'ici-là, il en verra des vertes et des pas mûres.

A la surprise des partis concernés par la désignation d'un candidat à la Primature, le chef de l'Etat, Kaïs Saïed a arrêté son choix sur Elyes Fakhfakh. Cadre d'Ettakatol, débouté par les urnes aux législatives et à la présidentielle, le voilà propulsé à la tête de l'un des pôles de l'exécutif.
Elyes Fakhfakh n'a été proposé que par Tahya Tounes, parti présidé par le chef du gouvernement sortant, Youssef Chahed. Cela a créé un certain malaise chez la classe politique qui a commencé à jaser, évoquant une complicité entre Saïed et Chahed qui aurait grandement joué en faveur de son poulain. Certains aussi, accusent Rached Ghannouchi de s'être allié avec Kaïs Saïed et Youssef Chahed contre son camp. Des Nahdhaouis s'attendaient à voir Mongi Marzouk à la Kasbah, sauf qu'ils constatent amèrement qu'ils ont été mis sur la touche. Ennahdha parti vainqueur des dernières législatives et dont la formation du gouvernement lui revenait, a perdu la main. Les récents revers essuyés par le mouvement islamiste ne feront que l'ébranler encore plus. Mais ceci est une autre affaire.

Le député de Tahya Tounes, Mustapha Ben Ahmed a tenté aujourd'hui de démentir cette théorie d'une alliance tripartite. « Il n'y a pas eu d'entente avec Ennahdha sur ce point et si les partis ont concocté cette nomination, le plat est réussi. J'ai même des échos qui contredisent cette rumeur et qui disent qu'Ennahdha a posé son véto sur le nom d'Elyes Fakhfakh ». Cela n'exclut pas le fait que des membres du conseil de la Choura soupçonnent leur chef de leur avoir fait faux bond.
Sur un autre plan, Mustapha Ben Ahmed assure que l'adoption du gouvernement n'ira pas de soi : « Son gouvernement a de fortes chances de passer mais ce n'est pas acquis, deux grands partis peuvent s'entendre pour ne pas lui accorder la confiance. Il doit faire l'effort de présenter une équipe consensuelle ».
Et c'est là que se pose la question. Elyes Fakhfakh réussira-t-il son passage par la case concertations avec les partis ? Selon les sources de Business News, les consultations officielles démarreront ce jeudi. Dar Dhiafa revivra les va-et-vient des personnalités politiques et c'est à Elyes Fakhfakh de jongler avec les aspirations des camps disparates et antagonistes. Le processus qu'il entamera sera celui de la dernière chance. Si son gouvernement ne passe pas, le Parlement risque d'être dissout et des élections anticipées seront organisées. Les actuels parlementaires et les partis représentés à l'ARP ont tout à y perdre, mais ils ne lésineront pas en efforts pour se positionner en réclamant, notamment des portefeuilles. S'assurer le vote de confiance est une chose, toutefois pour y arriver, le chef du gouvernement désigné devra surmonter le défi de contenter tout le monde, ou presque, sans tomber dans les calculs partisans et sans céder au chantage des quotas.

Elyes Fakhfakh a exprimé, lors de sa désignation, la volonté de composer un gouvernement restreint qui « alliera la compétence et la volonté politique », tout en soulignant qu'il tâchera d'ouvrir la voie « à un large soutien politique, loin de toute exclusion ». Il assure aussi que son gouvernement travaillera en étroite collaboration avec la présidence de la République et refusera d'entrer dans les tiraillements politiques. Le candidat à la Primature exposera plus en détails sa démarche et son programme vendredi, où il prévoit de tenir une conférence de presse. Mais en se basant sur ses propos à chaud, il transparait qu'il chercherait à trouver un certain équilibre en alliant compétences et personnalités politiques. Il se met aussi, si l'on peut dire, sous la protection du président de la République qui aura son mot à dire et lui permettra d'être happé par les exigences des partis.

Si Ennahdha n'est pas très loquace depuis sa désignation, hormis le fait que le mouvement ne s'oppose pas à sa candidature, il en est tout autre pour Qalb Tounes qui a exprimé clairement sa frustration. Commentant la nomination de Fakhfakh, le député Oussma Khelifi a parlé de schizophrénie politique et d'entourloupe : « Pourquoi organiser des élections, pourquoi suivre le code électoral et la constitution, si on se retrouve avec un candidat ‘hors-circuit' ? »
Un autre député Qalb Tounes, Iyadh Elloumi évoque un arrangement entre Kaïs Saïed, Youssef Chahed et Ettakatol. « Des questions se posent, Kaïs Saïed pourrait envisager une coalition avec Ettakatol pour ce qu'on nomme le gouvernement du président ou alors il a un programme caché avec Ettakatol et peut-être Youssef Chahed et ce sont des plans qui sont élaborés dans des chambres obscures ».
Signé Nabil Karoui, un communiqué du parti se disait hier « peu satisfait » de la manière avec laquelle le chef de l'Etat Kaïs Saïed a choisi son candidat « étant donné qu'il ne s'est pas directement entretenu avec les partis vainqueurs aux élections et n'a pas tenu compte des choix proposés par les partis et rassemblant un plus large consensus ». Après avoir grandement contribué à la chute du gouvernement Habib Jamli, manœuvrer pour s'attribuer un positionnement plus solide sur l'échiquier politique, Qalb Tounes se retrouve au final floué. Il comptait sur la désignation de son candidat Fadhel Abdelkefi, également proposé par Ennahdha, et qui était l'un des favoris. Le chef de l'Etat en a décidé autrement.

Pour ce qui est de la Coalition Al Karama, la déception est grande. Seifeddine Makhlouf n'a eu de cesse depuis lundi, de fustiger le choix du président, qui selon lui n'a pas tenu compte des dynamismes de la scène politique. Son camarade Ridha Jaouadi, connu pour son extrémisme, a choisi de s'attaquer au chef du gouvernement désigné sur ses positions progressistes (égalité dans l'héritage, dépénalisation de l'homosexualité et de la consommation du cannabis, etc.). D'après le député, le prochain chef du gouvernement est un laïc « que Dieu nous en garde », sic. !
Du côté d'Attayar, rien à signaler. Le parti de Mohamed Abbou est ravi de cette désignation et estime qu'Elyes Fakhfakh est la bonne personne, au bon moment. Attayar ne l'avait pas proposé au président, d'ailleurs il n'a présenté aucun candidat, mais il l'a soutenu. Seul hic, les réserves de son allié au Parlement, avec lequel il forme le deuxième bloc parlementaire (41 sièges), le mouvement Echaâb. Une réunion est toutefois prévue pour « aligner les positions ».

A partir de demain, Elyes Fakhfakh entamera un marathon dont la première étape sera de se garantir une ceinture politique assez confortable, tout en évitant qu'il n'ait les pieds et les poings liés dans le choix des membres de son équipe. Sa vision, ses aspirations, son programme gouvernemental pourraient être sapés en se confrontant à la réalité du terrain. Cependant, il semblerait que le président de la République soit à l'affut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.