Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Aides exceptionnelles de 300 dinars: Les objections pourront être émises dés la semaine prochaine    Sidi Bouzid : corruption et falsification de documents    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    "La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    BNA : Le Produit ne bancaire en hausse de 27%    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Sfax sans déchèterie, sans eau courante et sans électricité !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Les déclarations contradictoires de Kaïs Saïed à propos de la Ligue arabe    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    La nouvelle ministre de l'Equipement et de l'Habitat veut des logements abordables    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Vers une coopération entre le ministère de la Jeunesse et la Fédération du sport pour tous    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Sopra Banking Summit 1er festival au service du monde financier de demain    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    LC Europe (poules / 3è J) : les matches de ce mercredi    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le danger est entre les mains de Kaïs Saïed
Publié dans Business News le 18 - 02 - 2020

Kaïs Saïed, garant de la Constitution, président de tous les Tunisiens, et chef suprême des forces armées, détient aujourd'hui le sort du pays entre les mains. Mais il ne devrait pas. Pas de cette manière du moins.

Le blocage constitutionnel actuel fait que l'interprétation de la Constitution n'est pas sans danger. Nous avons hérité de la « meilleure constitution du monde » disent ceux qui nous ont laissé une véritable bombe truffée de pièges. Kaïs Saïed prétend que le texte de la Constitution est sans équivoque, que l'article 89 doit être appliqué, face au blocage actuel, et non un autre. Il ajoute ainsi que ceux qui veulent aujourd'hui retirer la confiance au gouvernement de Youssef Chahed outrepasseraient la constitution puisque, selon son interprétation, « un tel gouvernement n'a pas de comptes à rendre à ce parlement puisque ce n'est pas lui qui a accordé sa confiance ». Mais peut-on faire confiance à Kaïs Saïed dans ce point très délicat pour décider de faire dire à la Constitution ce qu'elle pourrait dire différemment ?
Oui car si on ôte à Kaïs Saïed sa cape de super président de la République, en matière de droit constitutionnel, il n'a pas le monopole du savoir. Lui qui est, ne l'oublions pas, professeur-assistant en droit constitutionnel, pourra-t-il faire taire les interprétations contradictoires de ceux qui pourraient le dépasser en crédibilité ?
Le constitutionnaliste Slim Laghmani, pour ne citer que lui, ne voit en effet pas les choses du même œil que Kaïs Saïed. Laghmani explique que le recours aux articles 97 et 98 est possible pour interpréter le flou du fameux article 89. Ainsi, selon son interprétation, non seulement le président de la République n'est pas dans l'obligation de dissoudre le Parlement (ceci reste simplement une option), mais aussi une motion de censure contre le gouvernement Chahed est tout à fait possible, et ce en vertu de l'article 97 et à 109 voix au minimum et « à condition que les promoteurs de la motion de censure présentent, en même temps, un candidat en remplacement du président du Gouvernement objet de la motion de censure. Ainsi, la balle sera alors dans le camp d'Ennahdha ».
Tout est donc sujet à interprétation. Mais la tournure de cette interprétation peut agir sur l'avenir de tout un pays. Cela, Ennahdha l'a bien compris et Rached Ghannouchi n'a pas hésité à consulter l'instance de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi. Toujours en l'absence d'une précieuse et nécessaire cour constitutionnelle.

Rached Ghannouchi n'a toujours pas digéré l'affront qui lui a été fait hier. Au palais de Carthage, il a été rappelé à l'ordre par Kaïs Saïed qui a tenu à l'humilier, le mettant « face à sa responsabilité historique ». Mais est-ce vraiment le chef du parti islamiste qui l'est aujourd'hui ? Dans cette partie, où les jeux sont faussés et pervertis, la balle a changé de camp et se trouve aujourd'hui entre les mains du chef de l'Etat. En fera-t-il bon usage ? Permettez-nous d'en douter.

Kaïs Saïed nous a prouvé, durant ses 100 jours - et des poussières - de prise de pouvoir, qu'il avait la gâchette facile et avait tendance à s'emporter et à ne pas faire preuve de la raison nécessaire à son poste. Ses communiqués tonitruants et irréfléchis l'ont prouvé, à plus d'une occasion. Sa sortie d'hier ôte tout doute possible. Kaïs Saïed appelle Youssef Chahed et Rached Ghannouchi les mettant face à face et s'adresse à Ghannouchi pour lui dire le fonds de sa pensée. Mais au sujet de quoi exactement ? Ennahdha a-t-il parlé, ouvertement et officiellement, de destituer Chahed ? Aucune annonce officielle ou communiqué de presse du parti ou de son chef ne le mentionnent. Des chuchotements qui devraient pourtant être inaudibles pour celui qui représente Carthage et qui est le garant de la Constitution, le président de tous les Tunisiens et le chef suprême des forces armées…

Le garant de la Constitution devra aujourd'hui trancher sur la voie qu'on pourrait donner à un article des plus équivoques mais aussi des plus dangereux. L'absence d'une cour constitutionnelle, seule habilitée à décider en cas de litige, permet de tomber dans ce genre d'aberration. Kaïs Saïed impliqué politiquement dans le choix du chef du gouvernement désigné – qui n'a pas manqué une occasion de se présenter comme étant le Premier ministre obéissant aux desiderata de son maître, sera ainsi juge et partie. Il ne pourra donner aux textes constitutionnels que l'interprétation qui lui sied. Comment pourra-t-il faire autrement ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.