Le Chef du gouvernement donnera demain le coup d'envoi de la Consultation nationale autour de la décentralisation    Nouvelle baisse pour les prix du pétrole    Tunisie: Abir Moussi [photos]: "Nous avons signé la pétition pour retirer la confiance de Ghannouchi"    Le chantage, pomme de discorde    Ambiance pourrie    Tunisie : Abdessalem Younsi condamné à 15 ans de prison ferme    4 matches au programme, contre la JSK, le CSHL, l'USM et l'EST    Le verdict final du TAS, attendu cette semaine    Plus de 2 millions de dinars pour aider les personnes porteuses de handicap à créer leurs propres projets    Des médecins de la santé publique appellent à l'amendement du décret gouvernemental relatif aux études médicales.    Tunisie : Baisse des importations du mois de juin de 24,3%    Fakhfakh et les ministres d'Ennahdha : La jurisprudence de Chahed avec ceux d'Afek a-t-elle des chances de fonctionner?    Les mesures du Plan de sauvetage de l'économie tunisienne détaillées    Tunisie – Bac 2020 : Examens Informatiques pour les sections Sciences Exp., Maths,Techniques et Informatique du mardi 14 juillet    Auto-confinement des tunisiens résidant à l'étranger et de retour en Tunisie : Qui doit séjourner obligatoirement à l'hôtel ?    Il y a quarante jours, disparaissait Boubaker Bouzidi : Architecte discret des droits de l'Homme et des libertés    Découvrez la nouvelle version de la chanson "Kelmti Horra" avec 53 artistes de 22 pays (vidéo)    Une pompe d'eau de la SONEDE saccagée à Gabès    FARK : Dr Slim Ridene    Libye: Le Parlement de Tobrouk autorise l'armée égyptienne à intervenir dans le pays    Maison de la marionnette de Siccaveneria : L'intarissable initiative keffoise    Vient de paraître | « Maisons d'hôtes et Hôtels de charme en Tunisie » : Pour rêver de luxe, calme et volupté    EST | Préparation pour la reprise : L'Espérance en bon élève    Lancement du rapport « Perspectives économiques en Afrique du Nord » (édition 2020)    « Perspectives économiques régionales 2020 » : l'Afrique de l'Ouest doit faire le pari de la jeunesse comme main d'œuvre pour accélérer la reprise économique post-Covid-19    Handball | En marge des AGO et AGE de la Fthb : Quand on veut, on peut !    Mini-football | Coupe de Tunisie – Quarts : Spectaculaire !    Tunisie: Retrait ou pas des ministres d'Ennahdha, Samir Dilou annonce une réunion urgente du Conseil de la Choura    Tunisie – Météo : Températures légèrement en baisse    La Covid-19 a fait perdre à Tunisair 400 MDT (Maarouf)    Coopération financière tuniso–allemande : Mieux atténuer l'impact de la crise du COVID-19 avec des réformes.    Tunisie: Vers une baisse des prix des carburants    Ennakl automobile renouvelle sa confiance à Ooredoo    Kais Saied s'entretient avec Patrice Bergamini    S.E. l'Ambassadeur de l'Union européenne en Tunisie Patrice Bergamini fait ses adieux au Président de la République Kais Saïed    Lancement prochainement, d'un appel d'offres pour l'extension de la route Oueslatia/ Haffouz    ARP-Gouvernement : La mesure frontalière S17 au centre des discussions    Tunisie: Le PDL est en tête des intentions de vote    Club Africain : Mohamed Ali Boughdiri, l'unique candidat à la présidence    Djerba au patrimoine mondial : La commission technique lance une large opération participative    Ridha Tlili: A quoi servent les politiques culturelles?    La fille de Nelson Mandela, Zindzi, meurt à 59 ans    Tunisie : La manifestation "les soirées de Hammamet" se déroulera du 25 juillet au 22 août avec 350 spectateurs par spectacle    Les musulmans de Bosnie pleurent leurs morts    A Idleb, les déplacés syriens craignent le pire    «Depuis quand les Nègres sont des artistes ! ?»    Libye: Haftar pose des conditions pour lever le blocus des ports et champs pétroliers    Un avertissement sans frais à Netanyahou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elyes Fakhfakh veut plus de pouvoir et le revendique !
Publié dans Business News le 23 - 03 - 2020

A chaque période de crise en Tunisie, la référence va toujours vers la Constitution. Aujourd'hui, c'est vers l'article 70 qu'on s'oriente. C'est dire que pour faire face à l'épidémie du coronavirus, le gouvernement a pris une batterie de mesures d'accompagnement économique et social. Cependant et pour plus efficacité, Elyes Fakhfakh revendique l'activation de l'article 70, une demande qui ne cesse de susciter la polémique.

La Tunisie est bel et bien passée à la phase 3 de l'épidémie du coronavirus Covid-19. Des clusters sont en train de se former dans les plus grandes villes du pays. La situation se corse et le message alarmant de Nissaf Ben Alaya, aujourd'hui, annonce déjà la couleur de la période à venir.

L'Etat a, déjà, annoncé le confinement général. Le gouvernement est en train de mettre en place tous les dispositifs nécessaires pour l'appliquer, puisqu'il s'avère, d'après les expériences comparées, que le confinement demeure le moyen le plus efficace pour contenir le virus, à condition, qu'il soit strictement respecté. Cette décision de confinement a été accompagnée par une série de mesures économiques et sociales annoncées par le chef du gouvernement, lors d'un discours à l'adresse du peuple tunisien. Cela dit, durant le même discours, Elyes Fakhfakh a appelé, bien qu'à demi-mots, le Parlement à activer l'article 70 de la Constitution pour lui permettre d'agir en urgence et pouvoir répondre avec efficacité aux exigences de la période actuelle.
La question de l'activation de l'article 70 de la Constitution circulait depuis quelques temps et selon les bruits qui courent, elle serait l'un des points de discordes entre le chef du gouvernement, et le président du Parlement Rached Ghannouchi. Mais que dit le 2ème paragraphe de cet article ?
« L'Assemblée des représentants du peuple peut, au trois-cinquième de ses membres, habiliter par une loi, le chef du gouvernement, pour une période ne dépassant pas deux mois et, en vue d'un objectif déterminé, à prendre des décrets lois, dans le domaine relevant de la loi. À l'expiration de cette période, ces décrets lois sont soumis à l'approbation de l'Assemblée. Le régime électoral est excepté du domaine des décrets lois », c'est ce qu'indique, exactement, l'article de cette période. Ainsi, en vertu de cet article de loi, Elyes Fakhfakh n'aura plus recours au Parlement durant deux mois, et pourra gouverner toute cette période avec la promulgation de décrets lois.

Mais les avis et les positions sont mitigés à ce niveau. Aujourd'hui, le ministre d'Etat chargé de la Fonction publique, de la Réforme administrative et la Lutte contre la corruption, Mohamed Abbou, a indiqué que l'activation de l'article 70, est importante durant cette période. « Personne ne peut prédire le développement de la situation. L'Assemblée peut ne plus se réunir durant la période à venir, et même le vote à distance est une mesure controversée et on ne peut vraiment dire si c'est légal ou pas. Certaines mesures nécessitent des lois parlementaires, comme l'amnistie fiscale et le report du paiement des impôts. La situation exige de léguer le pouvoir au gouvernement pour agir avec efficacité face à cette épidémie ».

Cette position en faveur de l'activation de l'article 70 a été partagée par plusieurs parties dont le frère du président de la République, Naoufel Saïed qui a publié plusieurs statuts sur sa page personnelle et même accordé une déclaration au site officiel d'Al Jazeera dans ce sens.

Toutefois, l'activation de cet article ne fait pas l'unanimité. Le député Ennahdha, Sahbi Atig n'était pas en faveur de cette démarche, indiquant qu'elle est refusée puisque, selon lui, il faut préserver le régime politique fixé par la Constitution, tout en évitant la centralisation et le pouvoir individuel. Il a, également, assuré que les députés seront aux premiers rangs pour leurs électeurs et feront les sacrifices nécessaires.

Toujours dans le même contexte, le chef du bloc parlementaire de Qalb Tounes, Oussama Khelifi a estimé que le chef du gouvernement doit présenter les arguments justifiant son appel à l'activation de l'article 70. « Nous allons réagir avec les justifications de Fakhfakh, mais il n'a pas besoin de plus de pouvoir puisqu'il bénéficie de tous les mécanismes lui permettant de mettre en place les mesures qu'il a prises. Il a aussi la confiance du Parlement, pourquoi aurait-il besoin de plus de pouvoir ? ».

Il est clair que la guerre des prérogatives a atteint des niveaux élevés entre les trois présidences. Chacun des trois présidents essaye de tirer un maximum de profit des prérogatives qui lui sont conférées et leurs champs d'action, notamment, durant cette période de crise. Or, il serait très difficile, voire quasi-impossible, que le mouvement Ennahdha puisse céder le pouvoir législatif à Elyes Fakhfakh. La relation entre les deux parties n'étant pas au beau fixe, et on aurait du mal à voir Rached Ghannouchi léguer tout le pouvoir à Elyes Fakhfakh, lui qui a tant bataillé pour la mise en place du régime parlementaire en Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.