(Idioracy) quand tu nous tiens    Les réservations du Huawei Y7p sont ouvertes du 28 février au 5 mars 2020    Tunisie : La nouvelle composition parlementaire    l'UE prête à travailler avec le nouveau gouvernement de Fakhfakh    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Coronavirus: Le président de la Lombardie se place en quarantaine    Tunisie : Le message de Kais Saïed aux nouveaux ministres    kasserine: l'école qui a perdu 5 institutrices ne suspend pas les cours    Coupe de Tunisie : Les arbitres des 16èmes de finale    Nouveau gouvernement : Prestation du serment par les ministres    Jazz à Carthage 2020 : billetterie et informations sur le 15ème épisode    MEMOIRE : Mohamed Mohsen KAHIA    FTAV : La suspension de la Omra est une mesure de précaution provisoire    Ligue des Champions : l'Espérance au Caire pour mettre un pied dans le dernier carré    En attendant les candidatures : Calendrier pour les élections des membres de la cour constitutionnelle    Prévention contre le coronavirus : Le masque n'est pas nécessaire pour les personnes saines    Fonds Mondial pour la Nature : Appel à aider au bannissement des sacs en plastique    Belle performance au Tournoi de Doha : Ons Jabeur sort la numéro 3 mondiale    Retour sur la visite effectuée par le Président de la République au siège du Ministère de l'Intérieur    Boxe : Les Tunisiennes Khouloud Hlimi et Mariem Homrani qualifiées pour Tokyo-2020    Le Chef du gouvernement sortant Youssef Chahed remet au Président de la République le rapport des activités du gouvernement 2016-2020        Au Théâtre de l'Opéra : La fantaisie zoologique de Saint-Saëns    Nabeul : Des ouvrières blessées dans l'explosion d'une bouteille de gaz à Menzel Bouzelfa    «Les Trois mystiques» de Karim Touwayma au Théâtre des Jeunes : Créateurs Authentique et beau…    RESTART: Economie sociale et micro-entrepreneuriat pour les jeunes de 5 régions tunisiennes    Football : Programme TV de ce jeudi 27 février 2020    Qui est Mohamed Fadhel Kraiem, nommé ministre des TIC et de la Transition numérique ?    La Tunisie achète des avions militaires aux Etats-Unis    Immigration clandestine : L'effet dissuasif du… coronavirus !    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    Le Phare de l'Entrepreneuriat : un concours entrepreneurial en Tunisie par JEY Entrepreneuriat    Le Président du Parlement transmet au Président de la République les résultats du vote de confiance au gouvernement Fakhfakh    Ligue 1 | Classement des buteurs : Okpotu prend le large    Coupe arabe (U20) : programme des quarts de finale    Coupe arabe des nations U20 : La Tunisie vise les demi-finales    Une confiance en sursis    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    La CTA et la CORP s'invitent à Sfax    Météo: Prévisions pour jeudi 27 février 2020    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 27 février à 07H00    Un divan à Tunis : la Tunisie se livre sur ses tourments post-révolutionnaires    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : un Français est mort à Paris    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rentrée littéraire 2019 : Les incontournables de la production africaine
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 08 - 2019

Les premiers titres de la rentrée littéraire de l'automne 2019 ont commencé à faire leur apparition dans les rayons des librairies. L'Afrique est présente dans cette offre foisonnante, avec des oeuvres fortes signées par quelques-unes des plus remarquables auteures du continent.
Il n'y a pas de rentrée littéraire sans l'Afrique. La petite musique africaine qui s'est mise en marche avec l'attribution du prix Goncourt en 1921 au Guyanais René Maran pour son roman Batouala, véritable roman nègre (Albin Michel), a progressivement imposé le continent africain comme une source majeure d'inspiration pour l'imaginaire littéraire français, devenu désormais résolument multiculturel.
Le phénomène se confirme régulièrement. On a pu le constater l'année dernière encore, avec l'extraordinaire succès populaire rencontré par le beau roman du Franco-Sénégalais David Diop sur les tirailleurs. Frère d'âme (Seuil) a révélé un très grand écrivain qui a su magistralement transformer la fiction en un exercice de catharsis national, en faisant monter à la surface les secrets enfouis et douloureux de l'histoire franco-africaine commune.
Les rentrées littéraires se suivent et ne se ressemblent pas. L'échéance 2019 qui démarre ne verra peut-être pas émerger un nouveau David Diop car les têtes d'affiche de cette année littéraire africaine sont essentiellement des auteurs installés, dont le principal souci est moins de renouveler que d'approfondir leur sillon. Secrets de famille, mémoire, aspiration à la liberté, tels sont les principaux thèmes au cœur des livres des « quatre femmes puissantes » qui dominent la rentrée littéraire africaine 2019.
Le roman familial de Nathacha Appanah
La Franco-Mauricienne Nathacha Appanah est l'auteure d'une œuvre singulière composée de quelques titres. La romancière poursuit dans son nouveau roman très verlainien, Le ciel par-dessus le toit, son entreprise de destruction du mythe de la famille comme refuge et espace de régénérescence. Ce sixième roman sous la plume de cette auteure talentueuse raconte l'histoire d'une famille dysfonctionnelle, composée d'une mère célibataire et anxieuse, d'un fils qui se retrouve en prison à dix-sept ans et la sœur qui déteste la mère.
Avec son écriture où grâce et ironie cohabitent, Nathacha Appanah trace le chemin escarpé vers une possible réconciliation de ses protagonistes accablés par le poids des émotions contradictoires et des souvenirs des traumatismes anciens. La perte de l'innocence sera le prix à payer pour le jeune Loup dont le monologue narrativisé ouvre ce roman qu'on lit d'une seule traite.
Fatou Diome et Léonora Miano
Les Veilleurs de Sangomar (Albin Michel) de la Franco-Sénégalaise Fatou Diome et Rouge impératrice (Grasset) sous la plume de la Franco-Camerounaise Léonora Miano sont aussi des romans très attendus de cette rentrée littéraire. Les parcours de ces deux auteures qui appartiennent à la même génération et qui ont publié leurs premiers opus à une poignée d'années d'intervalle durant la première moitié de la décennie 2000, illustrent la grande diversité d'inspiration et de sensibilité qui caractérise les lettres africaines contemporaines. Plus proche de Sembene Ousmane, Ahmadou Kourouma et Mongo Beti, Fatou Diome inscrit ses récits dans le social-réalisme à l'africaine, donnant à voir les heurs et malheurs des petites gens aux prises avec les injustices sociales ainsi qu'avec leurs propres démons intérieurs. Cela donne des œuvres poignantes telles que Le Ventre de l'Atlantique (Anne Carrière, 2003) qui a fait connaître cette écrivaine sénégalaise.
Le nouveau roman de Fatou Diome raconte le parcours initiatique de Coumba, jeune veuve qui a perdu son mari dans le naufrage du Joola, en 2000, au large du Sénégal. Celle-ci tente de se reconstruire en se ressourçant dans les traditions de son île, toujours habitée par les esprits des ancêtres. Roman au long cours, Les Veilleurs de Sangomar est une invitation au voyage au cœur d'une Afrique lumineuse et solidaire.
Quant à Léonora Miano, c'est une romancière atypique dans le monde francophone. L'œuvre dense et engagée qu'elle a construite depuis son premier livre L'Intérieur de la nuit (Plon, 2005) est plus proche du corpus littéraire de l'Américaine Toni Morrison, récemment disparue, où la narration procède en déconstruisant les mythes et les préjugés. Les romans de Léonora Miano, exigeants dans leur construction narrative, interrogent l'identité, l'histoire, la mémoire et ses abîmes. Son nouveau roman ne déroge pas à la règle.
Rouge impératrice imagine une Afrique du futur, unifiée et prospère, baptisée Katiopa, et vers laquelle se ruent les réfugiés de la vieille Europe. Renversant les codes de la domination, l'auteure a imaginé cette Afrique qui vient comme un lieu de déploiement de complots politiques et sentimentaux aux enjeux identitaires complexes. Le roman questionne également le devenir humain, c'est une fable afro-futuriste qui s'inspire, au dire de son auteure, de la vitalité imaginative des séries à rebondissements inattendus et de l'inventivité de… Black Panther.
Une fable algérienne par Kaouther Adimi
La liste des femmes puissantes de la rentrée littéraire africaine restera incomplète sans la Franco-Algérienne Kaouther Adimi, qui, en quatre livres, s'est imposée comme une auteure incontournable des lettres africaines contemporaines. Son nouveau roman, Les Petits de Décembre (Seuil), ainsi nommé en référence à la cité du 11-Décembre située à quelques encablures de la capitale algérienne, où se déroule l'action du récit.
Le livre met en scène une population de banlieusards aux prises avec le pouvoir militaire, tout-puissant et corrompu. L'enjeu est local. Il tourne autour d'un terrain de football convoité par les généraux en quête de terrain pour leurs villas de rêve, mais la portée de la fable sous-jacente dépasse le fait divers pour embrasser l'histoire de l'Algérie indépendante. À travers un récit construit comme une farce au premier plan, la romancière développe avec maestria une critique en règle du régime politique algérien. Subversif et jouissif.
L'autofiction d'Abdourahman Waberi
Si les femmes occupent le terrain, les hommes ne sont pas totalement absents de ce festival de l'imaginaire qu'est la rentrée littéraire. Est au rendez-vous, le grand Abdourahman Waberi, auteur du Pays sans ombre (Le Serpent à Plumes), Cahier nomade (Le Serpent à Plumes) et Balbala (Le Serpent à Plumes), qui ont fait la réputation de ce conteur hors pair de la dérive africaine. Le Franco-Djiboutien signe avec Pourquoi tu danses quand tu marches, un récit intimiste, qui relève de l'autofiction. A mille lieues des écrits habituels de Waberi, mais c'est un livre très réussi.
Le romancier a raconté que le titre de son nouveau livre lui a été soufflé par sa petite-fille. Inquiète de voir son papa ne pas marcher comme les autres papas, celle-ci a pris un jour son courage à deux mains et lui a posé la question fatidique : «Pourquoi tu boîtes, mon papa ?» Le papa ne se dérobera pas et le livre, structuré comme une adresse à sa fille, sera sa réponse.
Une réponse honnête et touchante qui remonte à l'origine du mal, à l'enfance, à Djibouti, à la colonisation, au désert, à la mer Rouge, à la plage de la Siesta. Enfin évidemment, à la polio qui a affaibli sa jambe à l'âge de sept ans. Depuis, papa ne peut plus faire de vélo, ni ne peut s'aventurer sur un skateboard, au grand désespoir de son enfant. Pourquoi tu danses quand tu marches est un formidable récit sur la résilience, la volonté et l'amour de nos proches qui nous donnent la force de gravir des montagnes malgré nos handicaps.
Jean-François Samlong, primo-romanciers et romans traduits
Autre poids lourd de cette année, le Réunionnais Jean-François Samlong. Le Soleil en exil est le treizième roman de ce mastodonte des lettres africaines, entré en littérature depuis plus de trente ans. Poète et romancier, Samlong a construit une œuvre puissante et engagée, puisant son inspiration dans les drames et les violences qui secouent régulièrement son île. Son nouveau roman raconte la tragédie que les Réunionnais ont vécue dans leur chair en découvrant, il y a quelques années, le scandale des mineurs de l'île envoyés en exil forcé vers la métropole, entre 1964 et 1982. Des exilés du soleil, mais aussi de la vie car certains de ces jeunes se sont suicidés pour venir à bout de leurs traumatismes, alors que d'autres restent encore enfermés dans des hôpitaux psychiatriques. C'est sous la forme de témoignage des victimes que le romancier a entrepris de raconter le drame de ceux qu'on appelle à la Réunion «les enfants de la Creuse».
Enfin, parmi les autres romans attendus de cette rentrée, signalons Tous les enfant sont dispersés (Autrement) de Béati Umbuyé-Mairesse ou encore Boy Diola de Yancouba Diémé. Les deux sont des primo-romanciers. Ils se sont respectivement saisis du thème du génocide rwandais et de la migration africaine. Les deux sont des écrivains talentueux. Parions que leurs romans ne passeront pas inaperçus.
Last but not least, l'Afrique anglophone d'où proviennent les deux romans en traduction de cette rentrée littéraire africaine 2019. Le premier a pour titre Kintu (Métailié), sous la plume de l'Ougandaise Jennifer Nansubuga Makumbi. C'est une saga épique qui raconte sous le mode de la fiction l'histoire de l'Ouganda précolonial et son entrée dans la modernité. Quant à Ayesha Harruna Attah, l'auteure du second titre traduit de l'anglais est ghanéenne. Son roman Les cent puits de Salaga (Gaïa) entraîne le lecteur dans le Ghana du XVIIIe siècle, plus précisément à Salaga, la ville aux cent puits et haut lieu du commerce d'esclaves. Les protagonistes portent le nom de reines guerrières. Leur récit de résistance contre l'esclavage et la domination se lit comme une leçon de courage et de liberté. Aminah et Wurche étaient des femmes puissantes avant la lettre, en guerre contre leur société patriarcale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.