Tunisie – Les raisons de l'émission du mandat de dépôt à l'encontre de Seifeddine Makhlouf    Tunisie Telecom félicite la position de l'UGTT    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Infos Bourse – L'ATB se hisse en haut du podium    Tunisie : Lilia Bellil appelle Kaïs Saïed à dévoiler les noms de députés qui percevaient de l'argent contre la ratification de lois    Les leaders d'Attayar, Ettakatol, Al Jomhouri et Afek Tounes en réunion à l'UGTT    Yamina Zoghlami : La présidence doit fournir la liste des élus qui ont monnayé leurs services    Salaheddine Jourchi- Kais Saied a déjà commencé à mettre en exécution son plan [Audio]    Les fabricants d'aliments de bétail appelés à renoncer à leurs marges bénéficiaires    Municipalité de Raoued : Le chef de l'Etat doit prendre ses responsabilités face aux profiteurs qui usurpent la révolution    Le Kram: Le plafond d'une salle de classe s'écroule alors que des élèves sont à l'intérieur [vidéo]    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Salon Web Summit 2021: Les startups tunisiennes appelées à participer    AMI Assurances se donne les moyens de ses ambitions et annonce l'augmentation de son capital social    La Commission européenne veut imposer le chargeur universel pour smartphone d'ici 2024    Une manifestation en soutien à la journaliste Arwa Baraket    Football : Programme TV de ce Mardi 21 Septembre 2021    La Ligue des Etats arabes tient sa réunion consultative à New York    Abdellatif Mekki : Kaïs Saïed a officiellement gelé la Constitution !    Iyadh Elloumi: Kais Saied est un danger pour le pays    Bad Buzz: Un centre commercial offre jusqu'à 80% de remise, pour les Lybiens    Tunisie – Coronavirus: une 3ème dose pour les personnes déjà vaccinées par un vaccin non reconnu dans certains pays    Spectacle "Voyage avec la Lumière" à la Cité des Sciences de Tunis    Change devises en dinar tunisien : Cours du 21 septembre 2021    26 septembre : sixième journée portes ouvertes pour la vaccination    Couacs lors du discours de Sidi Bouzid : La présidence n'avait pas prévenu les équipes de la Télévision nationale    Ligue des champions (2e tour préliminaire) : Le programme    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Bientôt un gouvernement et des dispositions transitoires, promet Saïed depuis Sidi Bouzid    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Match FC Barcelona vs Grenade : chaines qui diffusent le match du 20 septembre de la Liga    JCC 2021 : Liste des films tunisiens sélectionnés pour les compétitions officielles    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 20 Septembre 2021 à 11H00    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    UE Med : Il est nécessaire de préserver la démocratie et l'Etat de droit en Tunisie    Ons Jabeur 17ème mondiale    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Tunisie – Une vague sans précédant de migration qui ne manque pas de rappeler les « menaces » de Ghannouchi    Evasions Sonores: Performances artistiques live par Oussama Menchaoui et Dawan    Appel à films pour présenter la candidature de la Tunisie à l'"Oscar du meilleur film international"    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entre agenda et réalité du terrain : Ennahdha choisit déjà ses alliés
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 09 - 2019

Ennahdha revoit ses calculs, réaffirme son soutien inconditionnel à Kaïs Saïed, continue à séduire (sans aucune assurance ou promesse sérieuse de la part du Professeur) son électorat et tire la sonnette d'alarme : «Il n'est pas question que le parti Au Cœur de la Tunisie de Nabil Karoui gagne les législatives, car ce sera l'échec de l'expérience démocratique».
En attendant, le parti mobilise ses jeunes, notamment les mécontents, en développant un nouveau discours selon lequel il s'alliera, cette fois, avec seulement ceux qui ont pour programme la réalisation des objectifs de la révolution
Comment appréhender le remue-ménage sans précédent qui s'est installé, ces derniers jours, au sein d'Ennahdha, à la faveur de la défaite cuisante de son vice-président, Abdelfattah Mourou, lors du premier tour de l'élection présidentielle anticipée, une certaine journée du 15 septembre 2019, qu'il est permis, désormais, de qualifier d'historique puisqu'elle a consacré la chute du système politique post-révolution et la déliquescence du paysage politique imposé depuis maintenant près de 9 ans, en attendant la journée du dimanche 6 octobre prochain qui, peut-être, à travers les résultats auxquels aboutiront les élections législatives tant attendues, la mort définitive du système post-révolution et peut-être aussi la disparition des partis politiques qui dominent la scène nationale, au niveau du pouvoir et de l'opposition, depuis la fameuse journée du 14 janvier 2011 ?
Comment saisir les messages que Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et candidat à la députation au nom du parti de Montplaisir sur la circonscription de Tunis I, ne cesse de répercuter, appelant d'abord les militants de son propre parti à sauver ce qui peut l'être encore au sein de la maison nahdhaouie, où couve une fronde qui attendra peut-être la soirée de dimanche prochain pour éclater et emporter sur son passage (défaite aux législatives oblige) les légalistes qui refusent toujours d'admettre que l'échiquier politique s'est radicalement transformé avec l'irruption de Kaïs Saïed, l'homme qu'on pourrait qualifier de politicien non identifié ou d'acteur impossible à classer et implorant, ensuite les petits partis, les personnalités et aussi les «indépendants» qui se sentent encore proches des approches nahdhaouies à se mobiliser, à serrer les rangs autour d'Ennahdha et à comprendre que leur avenir dépend de la victoire des candidats nahdhaouis au palais du Bardo dans l'objectif de pouvoir former le prochain gouvernement ou au moins former un bloc parlementaire qui permettra au parti de contracter une alliance honorable avec le parti qui pourrait «créer la surprise et gagner plus de sièges que nous au Parlement», comme le souligne clairement Rached Ghannouchi dans ses différentes apparitions médiatiques.
Et le parti qu'il faut, à tout prix (par les moyens démocratiques bien sûr), empêcher de remporter les législatives, c'est le parti «Qalb Tounès» (Au cœur de la Tunisie), le parti de Nabil Karoui, le parti que les sondages d'opinion interdits de publication sur les médias officiels mais répercutés quotidiennement sur les réseaux sociaux donnent comme celui qui remportera le plus grand nombre de sièges au palais du Bardo et sera, par conséquent, appelé, via son président (au cas où il ne serait pas élu président de la République et qu'il quitterait la prison d'El Mornaguia) à former le prochain gouvernement.
Vendredi 27 septembre, Rached Ghannouchi s'est trouvé dans l'obligation de tenir à ses militants et à ses potentiels électeurs le 6 octobre prochain le langage de la vérité, de la franchise, de la transparence et de la clarté mêlés à la crainte, à la peur, à la méfiance de voir tous les calculs dessinés par le parti tomber à l'eau ou s'écrouler comme un château de cartes, le premier édifice à tomber étant la défaite du candidat nahdhaoui au palais de Carthage.
Rached Ghannouchi a été tranchant lors d'un point de presse: «Il est inacceptable, inadmissible, impensable que l'élection de Kaïs Saïed à la présidence de la République (la victoire de Saïed est acquise à 1000% au sein des rangs nahdhaouis) soit concomitante avec le triomphe du parti «Qalb Tounès» aux législatives, car ce sera tout simplement la fin de la démocratie». En plus clair, les nahdhaouis qui ont perdu leur première bataille, celle de l'échec de Mourou à se qualifier pour le second tour de la présidentielle et gagner ensuite le droit de s'installer au palais de Carthage au cours des cinq prochaines années (les nahdhaouis, disaient Ghannouchi, Harouni et B'hiri, ne participent pas aux élections pour se contenter du premier tour) ne sont pas prêts à accepter que leur parti rate aussi les législatives du 6 octobre, se classe derrière le parti de Nabil Karoui et perde, peut-être, au cas où son bloc parlementaire serait insignifiant, ses certitudes quant à l'élection qu'ils se donnent acquise de leur président à la présidence de la future Assemblée des représentants du peuple.
Les alternatives de sauvetage
Mais que faut-il faire pour éviter que la gifle retentissante reçue par le vice-président du parti le 15 septembre dernier ne se répète pas le 6 octobre prochain et ne touche pas les candidats au palais du Bardo ?
Quel électorat Ennahdha compte-t-elle piocher pour récupérer au moins les 200 mille fidèles nahdhaouis qui ont boudé «l'avocate» et ont accordé leurs voix à Kaïs Saïed et aussi séduire les quelque 400 mille autres votants qui ont choisi Il Professore ?
Sauf qu'en échange du soutien inconditionnel que Ghannouchi offre à Kaïs Saïed lors du second tour de la présidentielle, on ne sait pas encore quelles assurances le parti nahdhaoui a-t-il reçues de la part de Saïed. Plus encore, personne n'est, aujourd'hui, en mesure d'affirmer que Kaïs Saïed maîtrise, domine ou peut orienter ses électeurs, et ce n'est pas la fameuse interview d'Al Watania diffusée jeudi soir qui pourrait éclairer notre lanterne quant à ce que les électeurs de Kaïs Saïed (plus de 600 mille voix) vont décider le 6 octobre prochain, au cas bien sûr où ils participeraient au vote.
Toujours aux côtés des vainqueurs, Ennahdha, le parti fort et garant de la stabilité, comme le souligne son président, répète ses certitudes, refuse d'admettre que la configuration post-6 octobre 2019 pourrait lui être défavorable et continue à miroiter les promesses et à pronostiquer les alliances qu'il conclura avec les vainqueurs, mais «avec les vainqueurs qui réaliseront les objectifs de la révolution».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.