L'Union Européenne accorde une aide de 250 millions d'Euros à la Tunisie pour aider à la lutte contre le coronavirus    Suspension de l'émission « Lkolna Tounes » pendant trois mois    Spéculation : Quand « le crime de guerre » reste impuni.    30 nouveaux cas de Covid-19 en Tunisie    CORONAVIRUS NEWS : Le nombre de cas confirmés grimpe à 257 cas en Tunisie    La BAD place un emprunt obligataire social de 3 Milliards de Dollars    Coronavirus : La présidence de la République appelle à soutenir les Palestiniens    Coronavirus | Le Kef : 3 agents de santé contaminés    En vidéo : Découvrez les coulisses de Désinfection des magasins Monoprix    Pas de cas de contamination au coronavirus dans les centres des femmes victimes de violence, de la protection de l'enfance et des personnes âgées    Coronavirus : bientôt une liste complémentaire des détenus à gracier    Earth Hour : éteignez vos lumières... et vos écrans    Coronavirus : l'Espagne bat un triste record mondial    Monopole au temps du Corona : 30 tonnes de semoule découvertes et saisies    Coronavirus | Mahdia : Deux membres d'une même famille contaminés    Coronavirus : "Je manquais d'air", raconte Dybala    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Coronavirus : Quelle date pour les demi-finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 mars à 11H00    Coronavirus – Tunisie : Bassirou Compaoré parle de la situation des joueurs étrangers pendant le confinement    La Tunisie réceptionne ce samedi une importante aide médicale de la part de l'Union africaine – L'aide est financée par une entreprise chinoise privée.    Covid-19 : L'homme le plus riche au monde fait un appel aux dons en faveur de ses employés    Le Président Kais Saïed entre en contact avec ses homologues du Koweït, de l'Egypte, de la Palestine et du Niger    Coronavirus : Mikel Arteta « complètement guéri »    Décès de l'ancien militant et maire de Sfax, Ahmed Zghal    Télétravail à l'ARP : projet de loi sur la délégation de pouvoir au chef du gouvernement examiné    Météo: Prévisions pour samedi 28 mars 2020    Covid-19: Salvini menace de quitter l'UE    Le torchon brûle toujours !    Gantz ouvre la voie au maintien de Netanyahu    Orange Tunisie lance l'option Bon Plan 25 Go à 10 DT    Hamed Karoui disparait à l'âge de 93 ans    Vous êtes trop petits !    La Tunisie entre l'enclume de la pandémie et le marteau de la finance publique    Billet de banque de 10 DT en hommage aux personnels soignants    La FTF va, incessamment, verser les émoluments des arbitres    La récupération après la levée du couvre-feu et du confinement    Al Ahly saisit la FIFA, mais, au juste, à qui la faute ?    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    Comment oublier Uderzo, Goscinny et leurs héros?    Du drame cinématographique à l'humour théâtral    Coronavirus : 144 nouveaux décès en Iran, bilan total de 2.378 morts    Un navire US dans le détroit de Taiwan    La France retire ses troupes d'Irak    Quand les Chinois sauvent la planète Terre    Découvrez le dernier court-matrage de Tarek Sardi : À tribord, je vomis. – To starboard, I vomit. – يمين البكوش    Le Festival Gabès Cinéma Fen 2020 aura bien lieu du 3 au 11 avril…Online!    Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Futurs enjeux: quand le bassin redevient le cœur battant des pays riverains
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 02 - 2020

A l'horizon 2025, la méditerranée observera une croissance de 4% par an pour les transports maritimes, une augmentation de la production de l'énergie éolienne en offshore et l'explosion de la production du gaz en offshore qui va quintupler entre 2010 et 2030 avec une tension sur la partie est.
Afin d'éviter toute confusion, le concept de l'économie bleue se réfère plutôt à l'économie de la mer, c'est-à-dire toutes les activités économiques en liaison avec la mer. Il est à souligner, à cet égard, qu'un autre concept appelé également économie bleue, ou encore «économie bleue 3.0» est un modèle économique qui a vu le jour au début des années 90 et qui a été conçu par l'entrepreneur belge Gunter Pauli. Par opposition au rouge (économie industrielle) et au vert (développement durable), le concept créé par l'entrepreneur belge repose sur trois principes : «Un, l'utilisation de ce que l'on a de disponible localement. Deux, la création exclusive des plus-values. Trois, la réponse aux besoins de la société, en incluant la résilience, le bonheur et la santé».
Après ce petit éclaircissement, il est à noter que l'économie bleue (objet de notre dossier) est plutôt un concept adapté au contexte méditerranéen. Pourquoi la Méditerranée? Cette mer, connue pour être le berceau des civilisations, accapare 20% de la production marine dans le monde. Une part très importante, notamment en comparaison avec ce que représente la méditerranée par rapport à la surface océanique mondiale : seulement 1%. Ainsi, cette notion d'économie bleue naquit de l'impératif de protéger l'environnement maritime de la Méditerranée et ses espaces côtiers avec une perspective de croissance «bleue» durable. Partager cette mer équitablement, préserver et protéger ses ressources, désormais, surexploitées et par conséquent vulnérables et cerner les opportunités de croissance tirée par les activités maritimes sont, en effet, les objectifs majeurs de l'économie bleue.
Construire un avenir durable à la Méditerranée
En effet, depuis 1976, année où les pays riverains de la Méditerranée et la communauté européenne ont adopté la convention de Barcelone, qui vise à protéger l'environnement maritime du bassin, il a été convenu «d'appréhender conjointement développement et environnement pour construire un avenir durable à la Méditerranée», comme il a été cité par le Plan Bleu, qui est à la fois un centre d'activités régionales pour la Méditerranée et un observatoire méditerranéen de l'environnement et du développement durable. Ainsi, selon la définition adaptée au contexte méditerranéen, l'économie bleue est «une économie circulaire peu polluante, efficace dans l'utilisation des ressources et basée sur des modes de consommation et de production durables, favorisant le bien-être humain et l'égalité sociale génératrice de valeur économique et d'emplois, réduisant de manière significative les risques environnementaux et les pénuries écologiques».
Un rapport qui a été publié en 2017 par la Fondation World Wide Fund For Nature (WWF) et qui dépeint l'ensemble des richesses de la Méditerranée, évalue «la valeur globale du patrimoine de la Méditerranée à plus de 5,6 millions de dollars. Cette valeur correspond à l'exploitation d'actifs naturels incluant les littoraux productifs, les pêcheries et les herbiers marins. La production économique annuelle estimée de la mer est d'au moins 450 milliards de dollars US». Le tourisme est le secteur qui contribue le plus aux économies locales, représentant 11% du PIB cumulé des pays méditerranéens, révèle le rapport.
Explosion des activités
Cette richesse incommensurable devrait être préservée, protégée et dûment partagée entre les pays riverains. Avec l'accroissement de la population méditerranéenne dans les années à venir, c'est le droit à la mer qui pourrait être compromis, notamment si on ne garantit pas une répartition équitable de l'exploitation de la mer entre les deux rives. Le rapport révèle, en effet, que les tendances de croissance des diverses activités maritimes économiques dans la Méditerranée sont, pour la majorité, à la hausse. Pour l'aquaculture, il est prévu une croissance de 112% à l'horizon 2030 (par rapport à 2017). A l'horizon 2025, l'on a estimé l'aménagement de plus de 5.000 km de littoral artificiel supplémentaire, plus de 500 millions d'arrivées internationales, 4% de croissance par an pour les transports maritimes, un développement accéléré de la pêche de loisir, l'augmentation de la production de l'énergie éolienne en offshore qui peut atteindre, à terme, les 12 GW, le développement accéléré de l'exploitation minière marine et l'explosion de la production du gaz en offshore qui va quintupler entre 2010 et 2030 avec une tension sur la partie est de la Méditerranée. En contrepartie, il est prévu que l'activité de pêche sera revue à la baisse en vue d'enrayer la pêche excessive dans le bassin dans l'objectif de protéger l'environnement marin.
Ces estimations de croissance dans les diverses activités économiques maritimes en Méditerranée donnent des sueurs froides à la fondation WWf qui met en garde les décideurs politiques dans la région contre le tarissement des ressources du bassin et son érosion marine. Ainsi, pour «un avenir durable de la méditerranée», le rapport a fixé 6 priorités, à savoir la mise en œuvre d'une gestion et d'une planification maritimes cohérentes et axées sur les écosystèmes, la mise en place d'une économie bleue durable, aller vers une économie respectueuse du climat et neutre en carbone, le déblocage du potentiel productif du patrimoine naturel à travers des financements publics et privés, la réduction de l'empreinte du tourisme de masse en mettant sur pied des modèles de tourisme plus durables et enfin la promotion d'une pêche durable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.