Protection des forces de sécurité intérieure et de la douane : La version finale du projet de la loi adoptée en commission    Réunion du conseil des ministres : Le gouvernement dénonce les tiraillements politiques    Vétusté des navires : La flotte marchande tunisienne sur liste noire !    Hausse de l'encours de la dette publique de 4%    Investissement : Bilan des projets déclarés au premier semestre de 2020    La France a un nouveau PM, Jean Castex    Fatah et Hamas «unis», l'exception qui confirme la règle    L'Etoile du Sahel au fond du gouffre    «La grande majorité de mes textes fait la part belle aux femmes»    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juillet à 11H00    Covid-19 | Ouverture des frontières : Pas de tests RT-PCR pour les voyageurs revenant en Tunisie, en cas d'empêchement justifié    MEMOIRE : Abdallah HABIBI    Mohamed Moez Belhassine nommé nouveau Directeur général de l'ONTT    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    DECES : Zohra Bent Mohamed Akrout    CONDOLEANCES    DECATHLON Tunisie : L'enseigne sportive utile...Avant, pendant et après la crise du Covid-19    La famille Huawei s'agrandit avec l'arrivée du nouveau Huawei Y8p    Un nouveau cas de coronavirus à Kébili    Budget : Chute des dépenses de développement de 50%, à fin avril 2020    Webinaire sur l'élaboration d'un Guide sur le Reporting Extra-Financier pour les sociétés cotées en Bourse    Le Royaume-Uni offre la natio­na­lité britan­nique à 3 millions de mani­fes­tants hong­kon­gais    Union des médecins généralistes de la santé publique décide une grève de 3 jours    Jardins d'enfants : La menace de la désobéissance fiscale plane    Programme TV du vendredi 03 juillet    Voiture électrique : Déploiement à grande échelle    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Mini-football | Coupe de Tunisie – Huitièmes de finale : Siliana est tombée    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    Tennis | Tournois nationaux : Un circuit d'été    Fakhfakh songe-t-il à démissionner ?    Alerte météo : Température en hausse avec un vent de sirocco    Transfert : Hamdi Nagguez signe pour 3 ans à l'Espérance de Tunis    17 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Résultats négatifs de 151 tests Covid-19 dans la prison El Dir au Kef    Tunisie: Rapatriement de 113 tunisiens bloqués en Libye via Ras Jedir    Appel à la création d'un observatoire national chargé d'évaluer le discours sur l'image de la femme dans la société    Le ministère de l'Agriculture fixe les prix de vente des moutons de sacrifice    La Ligue des champions en Espagne sera diffusée sur Movistar+ jusqu'en 2024    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biens culturels tunisiens mis en vente aux enchères à Paris : Quelle protection pour les collections privées ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 06 - 2020

Plus de cent pièces du patrimoine tunisien sont proposées à la vente aux enchères à Paris. Selon l'INP, « les pièces exposées n'appartiennent à aucun musée ou dépôt d'œuvres national ». Elles proviennent d'une « collection privée dont la plupart appartenaient à Ahmed Jallouli qui est décédé en 2011 », selon un communiqué de l'INP qui dit ignorer la date à laquelle ces pièces auraient quitté le territoire national, précisant qu'aucune autorisation à ce sujet n'a été délivrée par le ministère des Affaires culturelles (Ndlr : lire la dépêche de la TAP en page Culture pour le descriptif des pièces mises en vente).
Un autre épisode qui vient s'ajouter à une série d'affaires de trafic de pièces du patrimoine dont la majorité demeure non élucidée.
Source importante de revenus, le vol d'antiquités et le trafic du patrimoine sont devenus une pratique répandue en Tunisie. Ce commerce se développe grâce à un climat d'impunité et aux découvertes fortuites non inventoriées par les spécialistes.
Mais cette affaire de vente aux enchères de pièces provenant d'une collection privée d'un dignitaire tunisien après son décès pose la question du devenir de cet héritage culturel inestimable. En effet, on peut tout léguer sauf la passion de l'art et de l'histoire. Pour les collectionneurs, argent et prestige ne sont jamais évoqués. Il n'est question que de passion, d'émotion et de bien d'autres choses encore insalissables. C'est cet amour qui les pousse à vouloir s'unir aux objets et à vivre entourés d'eux. Ils ne s'en séparent que par lors de leur décès. Et c'est là le problème. Quand ces objets historiques tombent dans les mains des ayants droit qui n'ont rien à faire avec l'histoire et le patrimoine… Ainsi naît un nouveau risque majeur qui viendrait du « grand commerce» frauduleux qui a ses réseaux internationaux et ses circuits de vente.
Les objets concernés étant de plus grande taille et d'une valeur marchande nettement supérieure, comme la sculpture, la mosaïque, les monnaies d'or et d'argent ou la céramique, le voyage de ces œuvres ou pièces devient plus facile.
D'autant plus que l'INP n'a malheureusement pas les moyens de contrôler ou de protéger ce patrimoine, dont on ignore même l'existence. C'est là que le danger est tragiquement présent. Il est grand temps de dresser l'inventaire des pièces historiques qui sont en circulation dans les collections privées. Le ministère des Affaires culturelles devrait réfléchir sur la question et prospecter les voies à même d'encourager les collectionneurs à déclarer leurs biens et par conséquent de les protéger. Il est aussi important d'organiser des sessions de formation à destination des douanes et de la police, afin de former le personnel à la lutte contre le trafic de biens culturels anciens et récents.
Le territoire tunisien regorge de trésors archéologiques. Ce sont donc des millénaires d'histoire qui se lisent dans la pierre de sites d'un intérêt sans égal. N'empêche, la situation de ce fabuleux et insoupçonné patrimoine archéologique est fortement menacé. Il subit, par le trafic et les constructions, une déprédation à grande échelle aux nombreux relais. Des objets et des monuments de grande valeur, qui représentent des pans entiers de l'histoire de la Tunisie, disparaissent ou bien se retrouvent dans des collections privées… Les fouilles clandestines donnent aussi forme à un commerce illicite d'antiquités, qui atteint désormais des dimensions préoccupantes. Ce sont surtout des monnaies, des lampes à huile, des céramiques, de petits objets faciles à transporter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.