A la Maison de la Culture d'Hammam-Sousse : la 23e Commémoration de la mort de l'homme d'éducation et de culture, Cheikh Mohamed El Bahri: Hommage à un bâtisseur    Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Sondages d'opinion: Entre crédibilité et risques de manipulation politique    Interrogations légitimes    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Logements sociaux de la Sprols (El Manar, El Menzah 8, El Romana et la Marsa): Le torchon brûle avec les locataires    Instabilité politique — Marouane Abassi : «Nous avons eu une dizaine de ministres des Finances en 10 ans !»    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    NEWS: Zerdoum passe au CA    Marathon International COMAR Tunis-Carthage: Courons pour l'environnement    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie – Coronavirus: Le passeport vaccinal peut être présenté sur papier ou sur téléchargé sur le téléphone    Office National de la Famille et de la Population — Lancement des premières Journées nationales de la santé sexuelle et reproductive: Le sida, l'autre pandémie    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    On nous écrit: «J'ai fermé mes maisons » de Marianne Catzaras Sur ses collines, Athènes attend    «On a Blade of Grass» de Fares Thabet à Selma Feriani Gallery du 13 décembre 2021 au 5 février 2022: Un environnement rêvé    Exposition de photos: Splendeurs et couleurs de la Médina de Tunis    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Le changement de la date de la fête de la Révolution est « une grande réalisation »    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les chuchotis du mardi │ Libye : des trucs turcs !
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 06 - 2020

Illustration : © Maarten Wolterink (Pays-Bas) / CARTOON MOVEMENT
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Par Abdel Aziz HALI
Après avoir repris la ville de Tarhouna, et par conséquent le contrôle de tout l'Ouest libyen, les forces du gouvernement d'union nationale (GNA) ont dû ralentir leur offensive sur Syrte, la pierre angulaire de l'Est et le portail qui ouvre la voie aux plus importantes installations pétrolières du pays, toujours aux mains du maréchal Khalifa Haftar.
Tout le monde sait que le pays du martyr Omar al-Mokhtar est devenu ces dernières années un terrain d'affrontements militaires pour ne pas dire une guerre par procuration: d'un côté la Russie, les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite et l'Egypte soutiennent l'homme fort de l'Est libyen et dans l'autre camp le Qatar et surtout la Turquie appuient militairement et financièrement les forces loyalistes au gouvernement dirigé par Fayez al-Sarraj.
D'ailleurs, certains experts ne trouvent pas de gêne en attribuant les récents victoires à Ankara, dont l'intervention en Libye serait motivée par trois points cardinaux: géostratégique, économique (BTP, commerce, etc.) et idéologique.

Le gaz, le nerf d'une bataille géostratégique
Tout commence le 27 novembre dernier quand la Turquie avait signé une entente visant à renforcer leur coopération militaire avec le GNA ainsi qu'un protocole d'accord sur la délimitation de ses eaux économiques avec la Libye. Le souci est que, entre les côtes libyennes et turques se trouvent la Grèce, Chypre et l'Egypte. Or, Ankara et Tripoli ont fait comme si ces pays n'existaient pas. Et cette décision a provoqué l'ire de ses voisins, principalement la Grèce et Chypre, qui contestent les droits de forage de la Turquie dans les eaux du bassin oriental de la Méditerranée.
La Turquie est l'un des acteurs régionaux qui entend avoir sa part des gigantesques gisements de gaz naturel — « Zohr », « Leviathan » et « Aphrodite» — respectivement découverts au large de l'Egypte, d'Israël e tde Chypre, en disant vouloir défendre les intérêts de la république turque de Chypre du Nord [RTCN], un Etat uniquement reconnu par Ankara.
« Nous voulons premièrement préserver les droits des Chypriotes turcs et, deuxièmement, protéger nos intérêts sur notre plateau continental », a souligné le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Çavuşoşlu, dans un entretien diffusé dans la chaîne turque 24 TV.
Néanmoins, ces derniers mois, la Turquie a déjà entrepris des forages dans les eaux de la république de Chypre: ce qui a été vivement dénoncé par l'Union européenne et la France.
« Les Turcs ont engagé une action de forage dans les eaux sous souveraineté chypriote. Nous avons décidé de mettre en place un régime- cadre de sanctions si, d'aventure, la Turquie poursuivait ces opérations. Nous allons prévoir une présence militaire dans cette zone », a même déclaré Jean-Yves le Drian, le ministre des Affaires étrangères, lors d'une audition au Sénat.
Puis, aux dernières nouvelles, Ankara devrait commencer à explorer la Méditerranée orientale dans les 3 ou 4 mois à venir. C'est ce qu'a rapporté, récemment, à la presse Fatih Donmez, le ministre turc de l'Energie.
Parallèlement, le Kremlin garde, également, un œil sur ces développements. On oublie que la Russie est aussi impliquée en Egypte, avec Rosneft, ainsi qu'à Chypre, avec laquelle elle affiche une certaine proximité économique et cultuelle, avec l'héritage chrétien-orthodoxe commun. Ce qui explique le soutien implicite de Moscou à Haftar.
Pendant ce temps, Chypre, la Grèce, Israël et l'Italie travaillent au développement d'un gazoduc estimé entre 7 et 9 milliards ayant fait l'objet d'un accord en décembre 2017. Ce projet devrait relier les gisements Aphrodite et Leviathan à l'Europe occidentale, via une connexion avec le gazoduc Poséidon et permettrait, théoriquement, d'exporter jusqu'à 16 milliards de mètres cubes vers l'Union européenne, en passant par la Grèce et l'Italie. Or, selon certains experts, l'accord turco-libyen pourrait entraver ce projet voire le capoter, du moment que le gazoduc devrait traverser la juridiction de la Turquie et de la Libye.
Il est à rappeler que la Méditerranée orientale contient du gaz naturel pour une valeur d'environ 700 milliards de dollars, selon l'U.S. Geological Survey.

Motivations idéologiques
Mais si les gisements de gaz naturel et les tensions autour de la remise en cause des frontières maritimes dans le bassin oriental de la Méditerranée expliquent en grande partie l'engagement militaire d'Ankara en Libye; ces derniers ne sont pas les seuls à être pris en compte par les experts en géostratégie prospective pour comprendre le soutien étendu de la Turquie à GNA.
En effet, le président turc Recep Tayyip Erdoğan espère que le triomphe des forces pro-GNA sur le maréchal Haftar et ses alliés permettra de renforcer un gouvernement à Tripoli qui soit idéologiquement conservateur et en accord avec les desseins du parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie depuis 2002, dont les connexions historiques avec les Frères musulmans sont connues de tous.
On se souvient comment après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Turquie avait mis tout son poids diplomatique pour soutenir les deux bras politiques de la Confrérie des Frères musulmans en Libye: le parti de la justice et de la construction (PJC) de Mohamed Sawane et le parti du « rassemblement National pour la Liberté, la Justice et le Développement (RNLJD) », créé par Ali al-Sallibi.
Ce soutien turc sur fond de connexions idéologiques a fini par irriter les dirigeants des pays arabes, principalement les Emirats arabes unis (EAU), l'Arabie saoudite et l'Egypte qui voient dans l'émergence de partis islamistes une menace pour leur pouvoir.
Ainsi, en défiant l'hégémonie turque dans la région, Abou Dhabi et ses alliés espèrent empêcher l'établissement de régimes islamistes amis d'Ankara et de Doha.
Les Emirats et l'Arabie saoudite ont compris que le printemps arabe pourrait modifier l'équilibre dans la région. Et depuis la destitution en Egypte du président islamiste Mohamed Morsi, ces deux monarchies du Golfe avec le soutien du Caire remuent ciel et terre pour déstabiliser les régimes islamistes dans le monde arabe et barrer la route aux ambitions turques pour un retour d'un empire ottoman.

Business et intérêts commerciaux
Last but not least, pour plusieurs observateurs, l'intervention d'Ankara en Libye est motivée, entre autres, par la volonté de garantir des opportunités de business aux entreprises et des visées économiques turques sur le marché libyen.
Depuis des décades, même à l'époque du colonel Kadhafi, les entreprises turques sont présentes dans les contrées de notre grand voisin, notamment dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP). On parle même d'une centaine d'entreprises de construction turques qui auraient signé des contrats avec l'ancien régime.
Et durant les premiers jours du printemps arabe, Ankara a même négocié avec l'ex-Guide de la Jamahiriya afin de protéger ses intérêts commerciaux ainsi que la sécurité de ses ressortissants, soit plus de 20.000 travailleurs turcs résidant, Kadir Ustun, directeur exécutif de la Fondation SETA, un groupe de réflexion pro-gouvernemental basé à Washington.
Cependant, en raison du conflit libyen, ces entreprises ont dû laisser leurs projets inachevés, ce qui aurait entraîné une perte de 19 milliards de dollars.
Enfin, selon le président du Conseil d'affaires Turquie-Libye au sein du Conseil des relations économiques extérieures (DEIK), Murtaza Karanfil, la Turquie exporte, aujourd'hui, une multitude de produits alimentaires, de mobiliers, de textile ainsi que des produits mécaniques, électriques et électroniques vers la Libye.
« La Turquie peut s'emparer des parts de la Chine et de l'Italie dans le marché libyen (25%), pour augmenter ses exportations à 10 milliards de dollars à moyen terme. La Turquie exporte tout ce dont la Libye a besoin, pays en cours de restructuration. », a-t-il déclaré sur le site de la Radio-Télévision de Turquie (TRT). « La Libye est aussi la porte d'entrée en Afrique. La pandémie (du nouveau coronavirus) a changé les routes commerciales. Il semble que la Libye sera une des routes où le commerce s'intensifiera. si la Turquie considère la Libye comme un point stratégique dans ses exportations vers l'Afrique, elle pourra rapidement atteindre les 10 milliards de dollars (en matière d'exportations). », a-t-il conclu.
Assurément, Louis-Ferdinand Céline n'avait pas tort en disant: « Rien n'est gratuit en ce bas monde. Tout s'expie, le bien comme le mal, se paie tôt ou tard. Le bien c'est beaucoup plus cher forcément. »
Comme quoi, le soutien d'Ankara au GNA n'est que l'arbre qui cache la forêt !
A.A.H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.