3 nouveaux cas locaux à Sousse    Les représentants de la filière laitière en Tunisie entament une série de mouvements de protestations les 17, 19 et 21 août 2020    Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie met en garde contre l'instabilité politique    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    La commission des litiges résilie le contrat d'un joueur du CSS    Salma Ennaifer réaffirme l'engagement de la Tunisie dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé    Tunisie: Les professionnels du secteur laitier protestent    Tunisie: Le gouvernement décide de rendre obligatoire le port du masque    41 cas de contamination par le coronavirus dont 7 cas locaux    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Bourse de Tunis : Succès de l'augmentation de capital de la SOPAT    Des rencontres au TOP prévues par Hichem Mechichi ce vendredi : 4 anciens Chefs de gouvernement et 2 ex Présidents de la République !    Le groupe Ecobank annonce les finalistes du Concours Fintech 2020    Météo: Prévisions pour vendredi 07 août 2020    Sousse: Le nombre de contaminations locales au coronavirus passe à 16    Tunisie: Démarrage ce vendredi des soldes d'été    Rafaâ Ben Achour: Mes relations avec Béji Caïd Essebsi    Le Fonds de Garantie des Dépôts Bancaires Garant de la stabilité du système financier    ''Ne donnez pas d'argent à notre gouvernement corrompu''    Liban: Dr Imed Halaq s'exprime sur l'état des bléssés [audio]    Ligue 1 – L'Espérance de Tunis proteste contre la retransmission télévisée des matchs    Les 6 gouvernorats les plus touchés par le Coronavirus en Tunisie    Les arbitres de la 18e journée (Photos)    Appel au renforcement des mesures préventives dans les mosquées    La Tunisie quatrième meilleure destination mondiale pour les américains après la Covid-19    Nouveau partenariat entre les Affaires culturelles et la Municipalité de La Marsa    Double explosion à Beyrouth : au moins 113 morts et 4 000 blessés selon un dernier bilan    Ministère de la santé | Mise au point sur l'épidémie de coronavirus : «Vivre avec le Covid-19»    La Tunisie achemine 35 tonnes d'aides médicale et humanitaire urgentes à Beyrouth    CONDOLEANCES    Tunisie : Tebbini propose Mongi Hamdi et Jameleddine Gharbia comme ministres de Mechichi    Football | Encore un président de club interpellé par la justice pour chèques impayés : Quand la passion mène en prison !    «Thneiyaa» de Hamdi Mejdoub au Rio : Slameuses libres    Record de nouveaux cas en Libye    La Tunisie envoie des aides au Liban    Tunisie: Baisse de 56% des revenus touristiques en juillet    CAB | Nouvel entraîneur : Kaïs Yaâcoubi réussira-t-il le pari ?    Webinaire : L'intelligence artificielle, instrument de relance économique en Tunisie ?    Festival de Sfax 2020 et Festival de Sousse 2020 reportés    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    Ahmed Ounaïes: Béji Caïd Essebsi, l'esprit destourien (Album photos)    Lancement de Sundance TV concours de courts métrages au MENA    Rafael Nadal renonce à l'US Open        Concert «Nesmet al-mahabba» avec l'Orchestre philharmonique de Tunis sous la Direction de Chadi Garfi : Un régal !    Coronavirus : L'UEFA annonce une batterie de règles très strictes    Deux fortes explosions à Beyrouth, bilan provisoire: une centaine de morts et 4000 blessés    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rafistolage a ses limites
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 07 - 2020

Les différents gouvernements qui se sont succédé depuis 2011, mais aussi l'actuel, ne se sont jamais réconciliés avec les régions intérieures, notamment le nord-ouest. Ils n'ont jamais compris qu'un nouveau monde est né, que de nouvelles perspectives se dessinent. Ils ne se sont jamais interrogés sur leurs échecs, ni tenté d'en comprendre les ressorts internes, les leviers, la spécificité, les interlocuteurs, l'environnement...
Même si le Chef du gouvernement avait présenté ses excuses aux habitants de Tataouine pour les agressions verbales et physiques enregistrées lors de l'intervention sanitaire, affirmant qu'elle n'était pas destinée à réprimer les manifestations sociales, mais plutôt à protéger les institutions de l'Etat et les installations publiques et privées, l'Union régionale du travail de Tataouine et la coordination du sit-in d'El Kamour ont décrété hier une grève générale ouverte dans les différents établissements publics de la région, sauf dans les hôpitaux et les institutions où se déroulent les examens nationaux, ainsi que l'arrêt de la production dans les différents champs pétroliers.
Les problèmes dans les régions défavorisées s'éternisent et se conservent. Ils prennent de plus en plus de nouvelles formes. Le tableau est sombre et décalé. Pareille singularité régionale n'est-elle pas essentiellement la conséquence des défaillances et des manquements qui perdurent et auxquels on ne semble pas pouvoir trouver de solution ? En tout cas, rares sont les gouvernants qui ont prouvé qu'ils ont vraiment du savoir-faire dans ce domaine.
Le constat s'est progressivement cristallisé ces dernières années : lorsque les régions souffrent et que les décisions attirent la désapprobation publique, c'est toute la politique gouvernementale qui est pointée du doigt. Mais au-delà des constats, il faut se demander s'il existe vraiment une vision réelle du problème. Le développement régional ne peut plus continuer à être géré sur fond de polémiques. Loin des solutions de rafistolage qui ont assurément leurs limites, la gestion du dossier devrait reposer sur un niveau d'exigence au quotidien très élevé. L'image de la Tunisie dépend énormément du statut et du rang qu'occupent ses régions intérieures.
Elyès Fakhfakh est catégorique : le gouvernement n'abandonnera pas les conventions sociales régionales. Plus encore : il renouvelle à chaque fois l'engagement de l'Etat à concrétiser tous les accords que les gouvernements précédents ont conclus, tout particulièrement ceux en rapport direct avec le développement dans les régions.
Toutefois, autant il est permis à l'Etat d'honorer ses engagements, autant il lui est aujourd'hui nécessaire de ne pas ignorer les règles et les exigences, mais aussi et surtout les priorités que devrait imposer la nouvelle approche de développement régional, notamment dans les zones défavorisées.
Les solutions de rafistolage n'ont plus aujourd'hui aucune raison d'être. Quelles que soient les considérations. Quelles que soient les pressions. Ce que le gouvernement veut accomplir dans les régions, notamment dans le centre-ouest, se veut différent des méthodes déjà essayées par ceux qui l'ont précédé. En tout cas différent de ce qu'on avait pris l'habitude de voir depuis 2011. De nouvelles approches ? Un autre environnement ? Un autre monde ? Sait-on jamais.
Il faut dire que ce qui est demandé à ce niveau tourne autour des inégalités régionales, des indicateurs de développement et des investissements, de la répartition des richesses, de la promotion de l'emploi décent. De la discrimination positive, un principe constitutionnel pas encore concrétisé. Cela tourne aussi autour de l'efficacité, de la rigueur et des choix les plus appropriés. L'idée est bien là : le développement régional auquel aspire le gouvernement devrait être abordé avec une stratégie et une vision complètement différentes. L'on pense à la recomposition des priorités. Tout particulièrement dans les choix stratégiques, tels que les investissements générateurs d'emplois.
La réhabilitation des régions défavorisées ne peut émerger du miracle de l'instant. Elle doit être l'expression d'une continuité et d'une rupture entre ce qui précède et ce qui devrait se construire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.