Bulletin de la bourse: Déboussolée par le reconfinement, le marché sombre dans l'incertitude    CAF : le Camerounais Issa Hayatou, président d'honneur    Nissaf Ben Alaya: Confinement ciblé à partir de lundi prochain    Tunisie – Trois changements de dernière minute dans la formation proposée par Mechichi    Coronavirus : La situation épidémiologique à Gabès    Coronavirus-Kairouan: Les services de réanimation ont atteint leur capacité d'accueil maximale    Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MEMOIRE    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Guterres tente de nommer un émissaire    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Limogeage de Walid ZIDI, ministre de la culture: L'Etat a horreur du lyrisme
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 10 - 2020

Walid Zidi a certainement d'autres qualités, mais il lui manquait l'étoffe et, surtout, les nerfs d'un homme d'Etat...
Il fallait s'y attendre ! Voilà, en moins de vingt-quatre heures, le ministre de la Culture, Walid Zidi, limogé. Il fallait s'y attendre aussi parce qu'on savait dès le début que ce ministre n'était pas à sa place et que le président de la République lui-même l'a imposé au chef du gouvernement. On savait aussi que la personne en question se laisse aller à ses humeurs et à ses ardeurs qui lui ont joué des tours dès le début. Et voici que ce lundi après-midi et suite à la manifestation des gens de la culture à la Cité Chedly-Klibi, il lâche le discours de trop où il mentionne : «Le ministère de la Culture n'est pas là pour exécuter les décisions du gouvernement»... Pas fin du tout ! Du lyrisme... Pour ne pas dire du non-professionnel sur le plan politique quand on appartient à un gouvernement. Se sentait-il protégé par une instance supérieure au chef du gouvernement ? Walid Zidi a certainement d'autres qualités, mais il lui manquait l'étoffe et, surtout, les nerfs d'un homme d'Etat... Une très mauvaise expérience... Pour ce ministre «furtif», rappelons que depuis le 14 janvier 2011, neuf ministres se sont succédé à la tête de cette institution, la moyenne de vie d'un ministre de la Culture est d'une année...
Dans son intervention sur Shems FM, le lendemain de son limogeage, Walid Zidi a tenu bon et a même exprimé avec amertume le fait qu'il n'a pas été invité au Conseil des ministres qui a pris cette décision. La culture est considérée comme la cinquième roue de la charrette ? Mais il le savait déjà quand il avait accepté ce poste non ? Walid Zidi, dans cette interview, a abusé aussi de la diarrhée linguistique et littéraire pour dire qu'un «communiqué» n'est pas une «décision». La rhétorique doit être au service de l'idée et ne pas couvrir l'absence d'idées. Encore une fois, cela nous rappelle les alambics linguistiques du Chef de l'Etat… mais cela n'est pas notre propos.
Bon, voilà, c'est dit ! Le secteur de la culture n'est pas un secteur économique comme les autres qui fait vivre ses actants ! Interdire les spectacles à cause du Covid-19 en laissant les autres secteurs de l'économie fonctionnels le prouve non ? Sinon, il faut vous le dire comment ?! Les cafés et les restaurants sont-ils moins contaminants que les théâtres ? L'habileté de la part d'un ministre de la Culture, dans ces conditions, aurait été, avant de se laisser aller à ses envolées lyriques, de discuter d'abord avec son chef du gouvernement et essayer de lui «arracher» des marges pour les artistes ou encore de proposer des dédommagements rapides cette fois. Bref, trouver des solutions et au pire démissionner si toutes les portes, pour sauver les artistes, lui ont été fermées… Une sortie par la grande porte et une révérence méritée de la part des gens de la culture. Hichem Mechichi ne pouvait pas faire autrement, c'est compréhensible et même louable... Mais c'est également inquiétant ! Pourquoi ? Parce que cela prouve que les symboles de l'Etat s'effritent... Et parce que désormais le choix des ministres de la Culture se fait à l'aveuglette... C'est vous dire le sort réservé aux gens de la culture...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.