Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    La FTF en total soutien de Maher Karoui    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Etoile du sahel : Agression de certains policiers sur Maher Karoui    FC Barcelone vs Real Madrid : Liens streaming pour regarder le match    Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Pantin    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Tunisie – La STEG suspend ses services en ligne    COVID 19 : La Russie enregistre une flambée inédite de la situation épidémiologique    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'ancien ministre Abdelbaki Hermassi n'est plus    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Infrastructure : Le stade olympique de Sousse opérationnel dès mars 2022    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    France-Ligue1 : Saint-Etienne, Wahbi Khazri buteur    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce samedi    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Annulation des manifestations culturelles: Zidi démis de ses fonctions, un ministre par intérim et le statu quo
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 10 - 2020

Le départ du ministre de la Culture, Walid Zidi, n'arrange en rien la situation pour laquelle les acteurs culturels se sont réunis lundi matin et leurs voix se sont levées pour dire «Laissez-nous mourir du corona plutôt que mourir de faim et de chômage ! A quoi bon vouloir nous protéger du Covid si vous ne nous laissez pas le droit à une vie digne, mais, cette fois, nous ne mourrons pas en silence».
Il a suffi de quelques heures après la rencontre du ministre de la Culture, Walid Zidi, avec les artistes et intermittents du spectacle en colère à la Cité de la culture pour qu'il soit limogé et remplacé par Habib Ammar, ministre du Tourisme, qui assurera l'intérim. Une décision qui tombe tard dans la nuit du lundi 6 octobre, en réaction directe avec les déclarations de Zidi qui a failli aux règles du fonctionnement gouvernemental qui implique solidarité et discipline, et s'est, en apparence, rangé du côté des protestataires. Ce manquement aux règles n'est peut-être pas une surprise, c'est une occasion en or pour Zidi de «sortir par la grande porte», puisqu'il savait et ne ratait pas une occasion pour le dire qu'il est partant et qu'il ne comptait pas s'attarder à ce poste. Il n'a pas omis de le répéter encore une fois lors de cette rencontre avec les artistes. «Je ne tarderais pas à partir», a-t-il dit, séance tenante.
Le départ du ministre de la Culture, Walid Zidi, n'arrange en rien la situation pour laquelle les acteurs culturels se sont réunis lundi matin. «Les mesures du chef du gouvernement ont été décidées dans un conseil ministériel restreint auquel je n'ai pas été convié», a déclaré Zidi sur les ondes de Shems FM. Ce qui fait que les mesures annoncées par H. Mechichi relatives à l'arrêt des manifestations culturelles sont tombées comme un couperet interrompant une saison culturelle qui commence à peine, des projets qui reprennent, un souffle qui a du mal à reprendre après la léthargie subie depuis mars dernier.
«Laissez-nous mourir du corona plutôt que mourir de faim, de chômage, à quoi bon vouloir nous protéger de la Covid si vous ne nous laissez pas le droit à une vie digne», se sont lancées les voix des artistes. Personne ne semble se préoccuper du l'avenir du secteur qui est devenu totalement paralysé, personne ne se soucie de quoi vivent ces 30 mille acteurs culturels si la vie culturelle s'arrête.
Si les autres secteurs, comme les commerces et les cafés, ont pu négocier le maintien de leur activité, quelle alternative avait préparé le ministère de la Culture et quel plan d'action a-t-il mis en place et proposé au gouvernement pour protéger le secteur des conséquences de la Covid-19 ? Aucune, d'où l'indignation des artistes et intermittents.
Pourtant, les espaces culturels ont bien préparé leur saison. Le respect du protocole sanitaire est réellement de rigueur, et ce, bien avant le discours de Mechichi ; la distanciation est respectée, et l'ouverture de la semaine du théâtre qui a eu lieu à la Cité de la culture vendredi dernier en est un parfait exemple. Une liste de présence à l'entrée, un quota ne dépassant pas les 30% de la capacité de la salle, masque et gel désinfectant obligatoires, un parcours Covid bien tracé et la désinfection des lieux avant et après les représentations. Ces mesures sont faciles à appliquer dans tous les lieux de la culture, entre salles de spectacle, de cinéma, galeries, bibliothèques, etc.
Maintenant que le ministre est limogé pour non-respect des décisions du chef du gouvernement, le secteur culturel est revenu au point zéro, car les manifestations et les activités culturelles resteront suspendues, la visibilité est nulle, et les perspectives obscures tant qu'il n'y aura pas un discours et un positionnement forts et précis qui mettraient en évidence la sensibilité du secteur sur un pied d'égalité que les autres. Et au lieu d'applaudir les discours désespérés de ceux qui sont sous sa tutelle quand ils annoncent une grève de la faim pour protester contre leur condition, comme l'a bien fait M.Zidi, à la place des théâtres, il aurait fallu poursuivre le travail entamé avec la mutuelle des artistes et des intermittents du spectacle sur le dossier de la Cnam et de la Cnss et, surtout, le statut de l'artiste qui, nous ne le répèterons pas assez, est d'une urgence cruciale.
Encore une fois, le secteur se retrouve au point de départ, appelant tous les ministres de la Culture, l'actuel et les prochains, de ne jamais perdre de vue la dignité de l'artiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.