Météo: Prévisions pour mercredi 27 janvier 2021    Tunisie | Covid-19 : 83 décès supplémentaires et 2026 nouvelles contaminations enregistrés en 24 heures    Tunisie- Une guerre où tout le monde a tort et tout le monde sera perdant !    Bourse de Tunis : Le Tunindex perd 0,53% à la fin de la séance    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Des données privées de 500 millions d'utilisateurs de Facebook mises en vente par un hacker    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard prolonge son engagement en Tunisie pour six années supplémentaires    Ministres - Mode d'emploi : les coulisses de la «Ministre Academy»    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Samia Abbou : Tué avec le lacrymogène, enterré avec le lacrymogène    La réponse de Mechichi à Saïed : "Le populisme clivant, contre l'action bénéfique"    Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels    Polémique autour de la prestation de serment, que dit la constitution ?    A Sousse, des protestataires revendiquent la chute du régime    Le patronat libyen sollicite les compétences et la main-d'œuvre tunisiennes    COVID-19 Sousse, situation au 25 Janvier: 62 nouveaux cas et 8 nouveaux décès    Tunisie [Vidéo]: Coup d'envoi du Match Olympique de Béja contre Espérance Sportive de Tunis    Mechichi : Une carte des centres de vaccination contre le coronavirus a été établie    CONDOLEANCES : Samir MHIRI    CONDOLEANCES : Abdesslem SAAFI    Le FLAGSHIP KILLER MI 10T Pro-5G de XIAOMI débarque enfin en Tunisie    Tunisie-dernière minute: Dégage à l'encontre de Rached Ghannouchi devant le Parlement [vidéo]    Espérance de Tunis : le Ghanéen Khaled Abdelbasset espérantiste jusqu'en 2023    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 26 Janvier 2021 à 11H00    Le premier ministre italien présente sa démission    Attijari bank annonce un PNB de 488 millions de dinars en 2020    Mobilisation tous azimuts en faveur de l'adaptation au changement climatique en Tunisie    Débats houleux à l'ARP, levée de la séance plénière    Tunisie – météo : Poursuite des pluies dans le nord et vent fort sur les côtes    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Volleyball | Coupes d'Afrique des jeunes : Vers l'annulation...    Mini-Football | Super League Elite (3e journée) : Arriadh confirme, La Marsa cale    Stupeur sur fond d'ambiance délétère au CA : Supplice clubiste !    A l'occasion de son 102e anniversaire : «Taraji Pay» voit le jour    Contrepoint | Culture... et interrogations    18e édition du festival des cinémas d'Afrique en ligne : Le numérique comme issue    Tunisie-Ligue 1 (J10): les matches de ce mardi et programme TV    Appel à candidatures pour le projet "Académie des Musiciens créateurs"    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la Garde Beylicale à la Garde présidentielle: Ces hommes qui suivent nos présidents comme leur ombre
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 11 - 2020

L'histoire de la sécurité présidentielle et des personnalités est passionnante et fort enrichissante. Gardée jalousement dans son écrin, elle était inaccessible sauf aux initiés et aux membres de ce corps d'élite. Pour commémorer la cinquième année depuis l'attentat contre un bus de la Garde présidentielle qui a fait douze martyrs, la direction générale de la sécurité du Président de la République et des personnalités officielles a édité une revue consacrée à la sécurité présidentielle.
Ce premier numéro comporte un aperçu historique sur la création de la Garde présidentielle, son évolution, son cadre juridique et les différentes activités menées par ce corps de sécurité. Pour sonder l'univers mystérieux de ce corps, Khaled Yahyaoui, premier conseiller auprès du Président de la République, directeur général de la sécurité du Président de la République et des personnalités publiques, souligne que d'anciens membres de la Garde présidentielle qui avaient assisté à la naissance de cette unité sécuritaire ont contribué à l'enrichissement de cet article par leurs témoignages.
Mais les passionnés et les historiens sont allés au-delà des témoignages vivants pour interroger les archives, les manuscrits et rassembler les pièces du puzzle depuis l'époque aghlabide.
Sous les Aghlabides, les princes étaient entourés de la garde princière. Mais Ibrahim Ibn Al Aghlab, craignant une rébellion des tribus berbères et un possible ralliement de ces gardes aux insurgés, les remplace par des esclaves soudanais.
Sous les Fatimides, on trouve la garde privée du Khalifa et le commandant de ce corps s'appelait « Mouataamn Al Khilafa».
A l'époque ziride, quand le pays a connu des divisions, le prince Badis Ben Mansour a rassemblé les esclaves soudanais dans un seul corps qui dispose de sa confiance pour assurer sa protection.
Du temps des Hafsides, une division militaire prenait le nom de « Brigade Loutanin » qui ne se séparait jamais du Sultan et habitait avec lui dans le Palais de la Kasbah. On trouve aussi le « Mezouar », qui est le commandant général de cette garde princière.
En 1677-1678, Mohamed Tabak, Dey de Tunis, avait sélectionné 400 soldats, appelés « Hanbas », pour servir dans un corps spécial rattaché directement au Dey.
Pour les Mouradites et sous les Husseinites, ce corps a été maintenu et développé. Ainsi, « Bach Hamba », désigne le commandant de ce corps. Cette garde était connue à cette époque sous l'appellation « Assat el Bey » ou les gardes du bey. Cette division de garde rapprochée du Bey fut maintenue sous le Protectorat.
Après l'accord de l'autonomie interne en juin 1955, le ministère de l'Intérieur tunisien fut créé. Ainsi parmi les décrets organisant ce ministère, on trouve celui du 4 octobre 1955 portant création d'un nouvel organisme sécuritaire pour « la protection des personnalités ». C'était un service rattaché à la direction de la sûreté française et supervisé par un commissaire français.
Mais dès que Tahar Ben Ammar a signé le protocole de l'Indépendance tunisienne, le 20 mars 1956, Habib Bourguiba est devenue chef du gouvernement, alors que Taieb Mhiri fut nommé ministre de l'Intérieur. Rapidement, il a remplaça le commissaire Robert Francis par Ismaïl Zouiten à la tête de la direction de la sûreté.
Mais Taïeb Mhiri accordait de l'importance à cette unité chargée de la protection du président de la République. Il voulait mettre un terme à cette équipe de camarades de lutte qui assuraient la protection de Bourguiba à l'instar de Mahjoub Ben Ali, Hassen Ben Abdelaziz, Bechir Zarg Ayoun, Chedly Kallala et Allela Laouiti.
Le 25 juillet 1957, Bourguiba est proclamé président de la République et une garde présidentielle assurait sa sécurité et la protection du palais présidentiel en tenue civile. En 1975, ce service deviendra une direction sectorielle relevant du ministère de l'Intérieur, chargée notamment de la sécurité permanente immédiate et personnelle du Chef de l'Etat et de celle des personnalités officielles.
Et ce n'est qu'à l'arrivée de l'ancien président de la République Zine El Abidine Ben Ali à la magistrature suprême en 1987 que la Garde présidentielle devient un organe relevant de la présidence de la République.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.