AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dix ans après: La corruption à tous les étages
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 01 - 2021

«L'affaire du blé pourri, celle des déchets italiens, le marché des masques conclu dans la période de la première phase de la crise sanitaire, les biens confisqués de l'ancien régime, les avoirs spoliés sous Ben Ali, le scandale de la fameuse banque franco-tunisienne, la crise des banques publiques, le rapport falsifié de l'IVD dont la présidente est accusée d'être impliquée..., tous sont des crimes qui menacent la pérennité de l'économie nationale», affirme Badreddine Gammoudi, président de la Commission de la réforme administrative et la lutte contre la corruption à l'ARP.
Dix ans déjà ! Et la révolution tunisienne, aussi inachevée soit-elle, n'a pas encore atteint ses objectifs. A bien des égards, le bilan est peu reluisant. La crise politique a engendré une récession économique, sur fond de tensions sociales exacerbées ayant touché, sans exception, toutes les régions. Nafti Houla, président du Forum tunisien de la souveraineté nationale (Ftsn), a qualifié cette décennie d'injuste et sombre. «Pire, notre décision souveraine a été gravement hypothéquée», a-t-il fustigé, lors d'une conférence de presse tenue au siège du Snjt à Tunis, au cours de laquelle il a fait le point de la situation post-14 janvier 2011.
Qu'est-ce qui a changé, depuis ? «Absolument rien. On touche le fond, en quelque sorte. Aujourd'hui, le pays est surendetté, il est soumis à la pression des lobbies, il frôle l'abîme et il va droit au mur», juge-t-il. Cela nous rappelle, selon lui, la période de vaches maigres durement vécue avant et après l'indépendance de la Tunisie moderne. Et s'il croit en la révolution, l'homme met toutefois en cause la gestion des gouvernements successifs qui n'ont guère porté le germe du changement. «Printemps arabe, dîtes-vous !»
Pour lui, il s'agit plutôt d'une « ère gâchée», vu qu'elle a été «détournée par des forces contre-révolutionnaires et leurs complices étrangers dont notamment des ONG, destouriens et d'autres parties aux idéologies islamistes ». M. Houla aspire encore à un vrai printemps tunisien. Activiste politico-syndicaliste et nationaliste, sa devise est la défense de la souveraineté de la décision nationale.
Les maux d'un Etat
«Pourquoi la révolution n'a-t-elle pas porté ses fruits ?», s'interroge Jameleddine Ouididi, économiste et expert en développement. «Un tel échec est dû, en partie, au fait que les raisons qui ont amené la révolution n'ont pas été suffisamment analysées. Et la suite n'a pas été mieux pensée pour savoir avancer. «Dix ans après, la dignité et l'emploi ne sont qu'un rêve inachevé», déplore-t-il. De même, le modèle social et économique n'a pas été révisé. «On a continué la même démarche, sous la houlette de l'Union européenne qui nous avait promis, lors de la conférence de Deauville en 2011, autant de crédits», rappelle-t-il. Et d'ajouter que la politique monétaire adoptée par la Banque centrale a beaucoup impacté l'économie nationale. Son autonomie financière proclamée a dû causer de l'inflation et des perturbations au niveau de la balance commerciale.
Autre cause et non des moindres, la corruption à tous les étages. Et là, Badreddine Gammoudi, président de la commission parlementaire de la réforme administrative et la lutte contre la corruption, s'est étalé sur plusieurs dossiers suspects qui continuent à ronger l'Etat et saper la marche de la transition démocratique. Et la liste est encore longue. Partant du blé pourri illégalement importé, jusqu'à la récente affaire des déchets venus de l'Italie, le député a pointé du doigt de hauts commis de l'Etat, des magnats et des réseaux mafieux. «Cela nous a édifiés sur la faiblesse de l'administration tunisienne et l'absence d'une volonté politique de réforme », relève-t-il, indiquant qu'il n'y a aucun contrôle fait sur les produits agroalimentaires importés. L'affaire du blé pourri, celle des déchets italiens, le marché des masques conclu dans la période du Covid, les biens confisqués de l'ancien régime, les avoirs spoliés sous Ben Ali, le scandale de la fameuse banque franco-tunisienne, la crise des banques publiques, le rapport falsifié de l'IVD dont la présidente est accusée d'être impliquée..., tous sont des crimes qui menacent la pérennité de l'économie nationale.
L'agriculture n'a pas été aussi épargnée par ces crimes de corruption. Le président du syndicat agricole de Bizerte, Imed Adhour, a soulevé une question aussi importante et sensible que l'autosuffisance agricole. Il est allé jusqu'à demander à redéfinir le statut de l'agriculteur et le rôle qui lui incombe.
En guise de solutions !
Cela étant, la prolifération des intrus et des intermédiaires sur le marché a contribué à la hausse des prix à des niveaux excessifs. Qu'il s'agisse du secteur laitier, de la viande rouge ou celui des fruits et légumes, le coût de revient ne correspond pas à celui de la production. «L'éleveur demeure le maillon faible de la chaîne», se plaint-il. On assiste à une marginalisation systématique de l'agriculteur, du fait de l'amplification du rôle de l'intermédiaire qui domine les différentes activités agricoles. «L'intermédiaire est un produit de l'Etat et il est soutenu par des mafieux corporatistes», dénonce-t-il encore. Et d'ajouter que tout cela vise à étouffer notre rôle en tant que petits éleveurs, alors que ce corps représente 80% du taux de la production nationale. Ces difficultés et ces comportements spéculatifs ont eu certes des retombées sur l'offre et la demande. L'Aleca, accord de libre-échange complet et approfondi, lui, aurait dû porter à l'agriculteur tunisien un véritable coup de grâce, fait-il remarquer, en conclusion.
En guise de solution, Kamel Sakri, membre dudit Forum, a plaidé pour un deuxième mouvement de libération nationale. L'objectif, à l'en croire, est de restituer la souveraineté nationale et donner leur chance aux catégories sociales longtemps exclues, afin de créer et de produire. Bref, le droit des Tunisiens à disposer d'eux-mêmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.