Le SYNAGRI appelle à la mise en service de l'unité de séchage du lait    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    La Tunisie perd un homme d'exception : Le professeur Fethi Nacef, psychiatre    Tunisie: L'Isie sous la loupe de la Cour des comptes    Blocage politique inédit : Ego, rien que de l'ego !    Hamma Hammami : Je n'ai pas un frère qui s'appelle Rached    Covid-19 | Nabeul : 2 décès et 26 nouvelles contaminations    Le gouvernement doit s'excuser    "Les Volants d'Or 2020" de TOTAL : Les meilleures du secteur automobile en Tunisie à l'honneur !    Tunisie – Vaccin anti covid: la présidence reçoit un don de 1000 doses et l'a réservé à 500 professionnels de la santé    Les indiscrétions d'Elyssa    Ali Kooli: Bientôt des comptes en devises en Tunisie    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Vaccins distribués aux hauts responsables en Tunisie, des députés exigent une enquête    Culture du colza en Tunisie : La création d'une variété locale n'est pas à l'ordre du jour    Moncef Marzouki : kais Saïed fait partie de la contre-révolution    Aménagement des zones industrielles : Pour des espaces modernes et connectés    Campus culture : Un cheminement d'éveil et de découverte    Vaccins distribués aux hauts responsables en Tunisie, des députés exigent une enquête    Appel à développer la recherche scientifique sur les maladies rares    Mechichi inaugure le 2ème centre technologique "Elife" à Béja    Tunisie – Soldes 2021: Les ventes ont chuté en boutiques et prospèrent en ligne    Ligue 2 | 5e journée – Groupes A, B ET D : Aouichaoui, bourreau du SG    Tunisie – météo : Brouillard le matin et températures stables    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Sidi Bouzid : Avancement des travaux réaménagement du parc de la cité El Khadra    CAN U20 | Demi-finales – Ouganda-Tunisie (Ce soir A 20h30) : L'histoire s'écrit ce soir !        D'un sport à l'autre    Un volcan en activité    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    Semaine agitée autour de l'islam en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 01 - 2021

Des interrogations, bien sûr, au sujet des élections américaines. A propos de l'incorrigible Trump, à l'évidence. A propos du trumpisme et du populisme, surtout.
Les phénomènes se rejoignent, aucun doute à présent. Jusqu'il y a dix, quinze années, le populisme était «imputé» aux seuls et rares exemples de pays asiatiques et africains «en devenir». Tout spécialement à la Libye de Gueddafi, théoriquement gouvernée par le «Livre vert» et les «bases populaires», échue en vérité au pouvoir unique du «guide suprême».
La «contagion» a gagné l'Europe et l'Amérique, depuis.
Montée des extrêmes droites en Italie, en Hollande, en Hongrie, au Brésil, mouvement des gilets jaunes en France, élection surprise de Donald Trump en 2016 aux Etats-Unis. Le plus instable, le plus rebelle et le plus anti-système des républicains chapeautait déjà la première démocratie du monde. La contestation du dernier scrutin, l'attaque récente du Capitole, la tendance à l'insurrection, le déni des institutions, ont eu le temps de mûrir. Pourquoi s'en montrer choqué ?
Non, le pire est sans doute ailleurs. Le populisme croît en nombre aujourd'hui. Des partis d'extrême droite gouvernent pratiquement sans partage en Europe. Et c'est le trumpisme dont hérite l'Amérique après l'éviction même de Trump qui ne rassure en rien. La moitié presque de l'Amérique croit encore en Trump, en ses condamnations du système, en ses allégations et ses mises en doute à l'encontre de la démocratie. La nation démocratique par excellence, l'Etat symbole des libertés doit désormais craindre pour ses valeurs, pour ses lois, pour ses institutions. Doit «compter» avec une importante et massive opposition populaire. Ce qui attend Joe Biden désormais.
Ce qui attend les démocraties qui se maintiennent encore de par le monde. Ce qui nous attend probablement, nous autres, aussi, en Tunisie avec le conflit qui se précise entre une présidence clairement populiste et forte d'une majorité de population, et un gouvernement et un Parlement (relativement minoritaires) attachés encore au régime institutionnel classique. Terrible affrontement en vue.
Les politologues et les sociologues expliquent le populisme (et le trumpisme) croissant par un insistant déséquilibre du système libéral. Déséquilibre entre des métropoles toujours plus riches, mieux instruites, plus cultivées, et des pays profonds en manque de moyens, de culture et d'instruction. Entendre : nul génie qui vaille là. Le gaddafisme, hier, comme le populisme plus tard et le trumpisme de nos jours n'ont eu qu'à cueillir ce qui s'offre, en simple conséquence, à eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.