Ligue 1 : Le Club Africain et le CS Sfaxien se neutralisent    Abir Moussi lance la campagne « Défendons le produit tunisien »    Les doctorants sans emploi : « Les mécanismes d'intégration ne sont pas clairs »    Taieb Yousfi : Habib Essid est le commandant de l'épopée de Ben Guerdène    Al-Marrikh du Soudan limoge son technicien tunisien Nasreddine Nabi    Mechichi, Ghannouchi, Saïed, tous coupables, tous responsables    Tunisie – Mechichi : Nous poursuivrons la lutte contre le terrorisme jusqu'à la victoire finale !    Prière de la pluie dans plusieurs régions de la Tunisie    CAN U20 — La Tunisie termine à la quatrième place: Décevant !...    Ligue des champions — Groupe D- 3e journée — Espérance-Zamalek (3-1): Une belle revanche !    REMERCIEMENTS: Dorra Bent Salah ANNABI et Souad KAAK    LIGUE 1 — 16E JOURNEE: Le CA freinera-t-il le CSS ?    Tunisie-Ligue 1 : Classement général avant les matches de ce dimanche    Perspectives: Arrêtons le gaspillage industriel ! Par Chokri GHARBI    Mes odyssées en Méditerranée | Décret de 1932 et naissance des syndicats indépendants: «Revendiquons», le journal des ouvriers en lutte    Hichem Mechichi commémore les évènements du 7-mars à Ben Guerdène    Football : Programme TV de ce dimanche 07 mars 2021    Quand l'origami fait la déco    Tendance coloration 2021: Les couleurs naturelles et chaudes ont le vent en poupe    Peau hypersensible : retrouver le confort cutané    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    Météo | Ciel voilé et températures en légère hausse    Tunisie: Les jeunes, la révolution et les réformes    Tunisie – Pas d'affrontements entre les sécuritaires et des terroristes à Kasserine    Tunisie – Suspension d'un professeur pour suspicion de harcèlement sexuel    Tunisie – Mahdia : Arrestation de trois personnes qui vendaient un enfant d'un an et demi    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Hichem Mechichi inaugure le projet de raccordement de Djerba au gaz naturel    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun et le FMI    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Nouveau volet de sanctions américaines    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    Un pays aux abords de la crise des nerfs !!    Othman Babba dans la ville    Entre le choix et l'obligation    Festival des expressions féminines    Tunisie [Vidéo]: Colère des Agences de publicité et de communication après l'enlèvement des panneaux de publicité par la municipalité de Sfax    Reprise des horaires administratifs ordinaires    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    « Sortilèges d'une jeunesse », mémoires de Abdeljelil Karoui : Un véritable morceau de bravoure !    Par Hadi Sraïeb: La logique du FMI fait partie du problème et pas de la solution !    Pour le 4ème mois de suite, le taux d'inflation reste à 4,9%    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bilan que personne ne veut dresser
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 01 - 2021

Il est de coutume de célébrer les anniversaires ou les dates les plus marquantes dans le parcours historique d'un pays en dressant le bilan de l'année passée, de la quinquennie ou de la décennie qui vient de s'écouler.
Ainsi, jeudi 14 Janvier 2020, les Tunisiens et les Tunisiennes ont fété le 10e anniversaire de leur révolution, la Révolution de la liberté et de la dignité, en se posant la question suivante: avant de dresser le bilan de la décennie-révolution interrogeons-nous: qu'avons-nous fait de notre révolution, qu'est-ce que la révolution a fait de la Tunisie durant ces dix dernières années et, enfin, est-il vrai que les Tunisiens, principalement, ceux qui ont fait la révolution ont été dépossédés de leur révolution et si oui pourquoi ont-ils vu les autres, c'est-à-dire «les anti-révolution», leur confisquer ou voler, à la barbe, leur révolution, tout en réussissant à les convaincre et à les remplir du sentiment d'avoir gagné «le pari démocratique» en choisissant, à trois, voire à quatre reprises, lors des élection de l'ANC le 23 octobre 2011, le 25 octobre 2014, et le 26 octobre 2011 à l'occasion des législatives et le 6 mai 2018 à l'occasion des municipales, sans oublier la présidentielle de 2014 et 2019, une majorité écrasante de candidats qui les ont représentés au Palais du Bardo, de La Kasbah et de Carthage, n'ayant aucun rapport avec leur révolution et se vantant même, au vu et au su du monde entier, de ne pas reconnaître cette même révolution et aussi de considérer ses héros et ses visages marquants, dont en premier lieu Mohamed Bouazizi, comme des comploteurs ou comme des manipulés qui n'ont fait que jouer un certain rôle qui leur était tracé d'avance par les «seigneurs du 14 janvier 2011» qui ont accédé au pouvoir au nez et à la barbe de ceux qui étaient descendus dans la rue, ont risqué leur vie pour congédier Ben Ali et se retrouver sous l'emprise — bien avant que 2011 ne s'écoule, c'est-à-dire le 23 octobre de la même année — d'un gouvernement dont ils ne connaissaient personne et dont les membres récupérés des prisons, des résidences surveillées ou revenus de l'exil ne partageaient aucun des objectifs pour lesquels ils ont défié la police et réussi à «obliger» le président défunt à quitter le pays.
Est-il besoin, aujourd'hui, de parler encore, alors que tous les masques sont tombés, que les Tunisiens ont fait «connaissance» avec tous ceux qui se considéraient empêchés de parler et d'œuvrer avant le 14 janvier et que nous «vivons quotidiennement, sous les prouesses infinies» des compétences, des politiciens et des «personnalités nationales» qui parlent en notre nom, ne prennent jamais les décisions que nous attendons et ne nous livrent même plus les promesses que nous savons qu'ils ne pourront jamais concrétiser.
Aujourd'hui que les Tunisiens sont vaccinés contre la politique, qu'ils ne croient plus à la capacité de l'«élite politique actuelle» de faire sortir le pays du marasme dans lequel il s'est engouffré, l'on se demande s'il est toujours possible d'espérer sortir, un jour, du gouffre où l'on s'est enfoncé, par la grâce de «nos politiciens révolutionnaires» et aussi — il faut avoir le courage de le reconnaître — par notre naïveté et notre crédulité en accordant notre confiance à ceux qui n'ont même pas confiance en leur propre personne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.