Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mourad Bechikh, réalisateur de «Awled El Ghoul», à La Presse : «Ce que j'imagine se nourrit de la réalité du terrain»
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 03 - 2021

«Awled El Ghoul» est le nouveau feuilleton programmé pour le mois de Ramadan. Un feuilleton inspiré d'un drame familial. Sur le tournage, nous avons eu cet entretien avec son réalisateur Mourad Bechikh.
Avec «Awled El Ghoul» vous reprenez les feuilletons, même si vous avez vécu de mauvaises expériences avec les producteurs autrefois ?
Je ne me suis pas éloigné des feuilletons, mais il y a des opportunités à saisir. Il m'est arrivé de refuser des projets. Je ne suis pas du genre à courir pour être présent sur la place. Il me faut un grand projet.
Et qu'est-ce qui vous a attiré dans ce projet ?
Il y a quelque chose d'éternel dans ce sujet. Depuis l'Antiquité, le drame familial est une constante du récit humain. Les oppositions à l'intérieur d'une même famille sont toujours très aiguës. Les enjeux sont immédiats et clairs, ce qui en fait des drames exemplaires. Le schéma d'une famille et ses relations internes ou externes sont reconnaissables par le public. Dans toutes les familles, il y a des drames et des secrets. Dévoiler les squelettes cachés dans les armoires permet au public d'avoir un écho de son propre vécu.
On constate que le sujet du père est de plus en plus traité par le cinéma tunisien, notamment avec «Weldi» de Mohamed Ben Attia et «Fatwa» de Mahmoud Ben Mahmoud et même par la télévision... Pourquoi selon vous ?
Contrairement à beaucoup qui disent que c'est une fausse révolution ...Moi je crois que c'est une vraie révolution. Ce qui en fait une révolution, c'est que pour la première fois on a fait tomber l'image du père de son piédestal. C'est le seul pays arabe où ça a marché ! En cassant cette image que représentait Bourguiba et qu'a voulu représenter en moins bien Ben Ali, on a ouvert des portes dans le domaine politique et social et on interroge cette image du père de l'omniscient qui gouverne et oriente. On l'interroge aussi du point de vue narratif et c'est ça qui est intéressant. C'est une vague qui arrive de loin et dont on voit la crête en ce moment.
img data-attachment-id="89345" data-orig-file="https://lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-2.jpg" data-orig-size="850,491" data-comments-opened="1" data-image-meta="{"aperture":"0","credit":"","camera":"","caption":"","created_timestamp":"0","copyright":"","focal_length":"0","iso":"0","shutter_speed":"0","title":"","orientation":"0"}" data-image-title="Awled-el-ghoul-2" data-image-description data-medium-file="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-2.jpg?fit=300%2C173&ssl=1" data-large-file="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-2.jpg?fit=850%2C491&ssl=1" src="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-2.jpg?w=421&h=421&crop=1&ssl=1" width="421" height="421" data-original-width="421" data-original-height="421" itemprop="http://schema.org/image" title="Awled-el-ghoul-2" alt="Photos du tournage du feuilleton «Awled El Ghoul»" style="width: 421px; height: 421px;" data-lazy-src="https://i0.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-2.jpg?w=421&is-pending-load=1#038;h=421&crop=1&ssl=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7" class=" jetpack-lazy-image"
Photos du tournage du feuilleton «Awled El Ghoul»
img data-attachment-id="89344" data-orig-file="https://lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-1.jpg" data-orig-size="850,491" data-comments-opened="1" data-image-meta="{"aperture":"0","credit":"","camera":"","caption":"","created_timestamp":"0","copyright":"","focal_length":"0","iso":"0","shutter_speed":"0","title":"","orientation":"0"}" data-image-title="Awled-el-ghoul-1" data-image-description data-medium-file="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-1.jpg?fit=300%2C173&ssl=1" data-large-file="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-1.jpg?fit=850%2C491&ssl=1" src="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-1.jpg?w=421&h=421&crop=1&ssl=1" width="421" height="421" data-original-width="421" data-original-height="421" itemprop="http://schema.org/image" title="Awled-el-ghoul-1" alt="Photos du tournage du feuilleton «Awled El Ghoul»" style="width: 421px; height: 421px;" data-lazy-src="https://i1.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/03/Awled-el-ghoul-1.jpg?w=421&is-pending-load=1#038;h=421&crop=1&ssl=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7" class=" jetpack-lazy-image"
Photos du tournage du feuilleton «Awled El Ghoul»
Quels sont vos choix pour la réalisation de ce scénario ?
Ce qui m'a interpellé dans ce scénario c'est cette éternelle question de la famille, du père et du drame familial et, à ce niveau, j'ai trouvé des motifs de rêver. Un bon scénario est un scénario qui inspire, qui me donne à imaginer des trajectoires. Mais une mise en forme définitive n'existe pas. C'est un éternel devenir. Quand on essaie les dialogues avec les acteurs, certains traits se dessinent, sur le décor, les trajectoires se confirment et au beau milieu de la prise quand l'acteur devient le personnage cela consolide cette trajectoire. C'est l'une des opérations les plus exaltantes... Ce que j'imagine se nourrit de la réalité du terrain. Ce voyage qu'on entreprend de l'écriture au montage est l'essence même de mon travail.
Dans vos feuilletons, vous essayez de vous démarquer sur le plan de la réalisation. Allez-vous poursuivre dans le même style dans «Awled El Ghoul» ?
Aucune des séries que j'ai réalisées ne ressemble aux autres. Chaque récit exige son tempo et son image. Le résultat n'est pas dicté par mon approche stylistique seulement, mais d'une manière organique par la nature du récit. Et puis il y a le désir de faire quelque chose de différent.
Allez-vous faire du cinéma avec la télé ?
Je ne sais pas faire de la télévision comme en faisait autrefois. Dès le premier projet que j'ai réalisé, mes orientations étaient cinématographiques et elles continuent à l'être. La qualité et la nature de l'image, l'approche de la représentation sont fondamentales pour que la touche cinématographique existe. C'est un montage avec un style différent, mais c'est surtout des acteurs choisis pour leurs capacités d'interprétation plus proche du cinéma que de la télévision classique. Le casting est fondamental dans ce sens. Je tire mon chapeau bien bas aux acteurs qui travaillent avec moi. Si j'arrive à obtenir un rendu cinématographique, c'est grâce à ces acteurs, mais ce travail exceptionnel des acteurs ne saurait être mis en valeur sans une image qui les soutienne et sans une bande-son qui ne les trahisse. A l'image, il y a Mohamed Maghraoui, au son nous avons un jeune qui fait de plus en plus ses preuves, Ahmed Maalaoui, au montage Anas Saadi, et au décor il y a Ghazi Temimi . C'est l'intervention de chacun de ces professionnels qui fait l'orchestre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.