Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cinéma: Quand Netflix écrit des séries pour le monde arabe
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 03 - 2021

Avec environ deux millions d'abonnés dans le monde arabe, Netflix a aujourd'hui un catalogue de 44 films arabes produits par le monde arabe. Mais voici que le géant du divertissement sur le Net a voulu produire pour le monde arabe. Une série qui porte le nom de « Jinn» et qui lui a porté vraiment malédiction.
« Nous voulons qu'un plus grand nombre de personnes dans le monde aient accès à de belles histoires et aient la chance de voir leur vie représentée à l'écran », a déclaré Nuha El-Tayeb, directrice des Acquisitions pour le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et la Turquie chez Netflix. « Nous croyons aussi que les belles histoires viennent de n'importe où et peuvent voyager partout, en établissant des liens avec des publics situés bien au-delà de leur lieu ou de leur langue d'origine », a-t-elle ajouté. « C'est pour nous un honneur de partager ces films classiques et contemporains avec nos abonnés du monde arabe et du monde entier. »
Le leader du divertissement sur Internet a sorti un nouveau catalogue de 44 films de réalisateurs arabes, dont Youssef Chahine, Youssry Nasrallah, Nadine Labaki, Moustapha Akkad, Anne-Marie Jacir, Laïla Marrakchi et bien d'autres. C'est louable, puisque cela met en avant le cinéma arabe. Les histoires proviennent des Emirats arabes unis, du Koweït, d'Egypte, du Liban, de Tunisie, du Maroc, de Syrie, d'Algérie et du Soudan.
Ainsi, ce nouveau catalogue mélange des chefs-d'œuvre cinématographiques et stars contemporaines montantes du monde arabe, et offre par la même occasion aux talents arabes une plateforme pour gagner plus de fans dans le monde. Plusieurs titres sont diffusés à large échelle pour les 183 millions d'abonnés de Netflix . Rappelons que Netflix a déjà réussi à engranger près de deux millions d'abonnés dans la région arabe où certains réseaux locaux de vidéo à la demande en ligne prospèrent. Soit !
Mais voici que le leader du divertissement sur Internet trouve l'idée de produire pour le monde arabe des séries tournées dans le monde arabe !
« Nous sommes extrêmement enthousiastes de lancer cette histoire pour une audience mondiale, célébrant la jeunesse et la culture arabe», avait déclaré Erik Barmack, producteur des séries internationales sur Netflix.
Par « cette histoire », il entend la série « Jinn » produite en 2020. La série fantastique en cinq épisodes met en scène des lycéens jordaniens qui se trouvent confrontés à des êtres et des phénomènes effrayants. Le premier épisode se déroule dans le décor somptueux et mystérieux de Pétra, le site archéologique nabatéen le plus célèbre de Jordanie, où le groupe de jeunes part en excursion. Mais les images de ces adolescents réunis autour du feu buvant de l'alcool, fumant de la marijuana, tout en s'embrassant et parlant en termes jugés indécents ont été considérées comme « pornographiques». Selon le journal Libération, « Le procureur d'Amman a utilisé le terme en portant plainte auprès de l'organisme de la cybercriminalité du Royaume. Il a demandé à la Sécurité générale d'interdire immédiatement la diffusion de la série, « en raison des images pornographiques, contraires à la loi, à la morale et aux usages».
Le mufti de Jordanie, toujours selon les mêmes sources, a publié de son côté un communiqué condamnant la série, tandis que les autorités touristiques de Pétra ont protesté contre les scènes tournées sur le site et qui n'avaient pas obtenu le visa de diffusion requis. Le président de l'Union des artistes jordaniens, Hussein al-Khatib, a souligné que la série « était en opposition avec les valeurs et les habitudes de la majorité des gens». Tout en soulignant son attachement à la liberté d'expression, il a affirmé que celle-ci devait avoir « des limites ». Les dialogues étant écrits en anglais, puis traduits en arabe et mis dans la bouche d'acteurs jordaniens sont trop mièvres. Avec « Jinn », Netflix a raté son entrée dans le marché de la production arabe, mais à notre sens, cela ne tient pas seulement aux histoires d'alcool et aux baisers que le mufti jordanien a critiqués. Si c'est un fiasco, c'est parce que c'est la facture américaine d'écriture des séries, si attachante soit-elle, ne convient pas à la réalité du monde arabe qui, lui aussi, a le droit de produire des séries de genre mais à condition que cela porte un vrai référent culturel et social. C'est aussi une affaire de substrat .... Maintenant, si des cinéastes arabes se mettent à écrire des séries et les proposer pour Netflix ...Est-ce que le producteur américain les prendra pour argent comptant ou se mettra à effectuer des changements et des ratures dans le scénario jusqu'à les américaniser ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.