Covid-19 : Ouverture d'un nouveau centre de vaccination au palais des congrès d'une capacité d'accueil de 2000 personnes par jour    Tunisie | Plusieurs marches de soutien au peuple palestinien    Décès de Bahri Jelassi    Ligue des champions : voici le stade qui accueillera la finale    Ligue des champions : l'Espérance pour mettre un pied dans le dernier carré    Photo du jour Les manifestants appellent à la chute d'Ennhahda    Horaires administratifs : Retour à la normale ce lundi    Tunis - Manifestation de soutien à la Palestine    Tunisie-INS: La Tunisie compte plus de 740.000 chômeurs!    Le service de la dette dépasse les flux extérieurs de 252%    Football : Programme TV de ce samedi 15 mai 2021    Le taux de chômage augmente à 17.8% au premier trimestre 2021    Polémique aux USA – Covid-19 : Masque ou pas Masque pour les vaccinés    Mondial 2022 (éliminatoires) : Marquinhos, Lucas Paqueta et Neymar convoqués avec la Seleçao    LC Afrique (Quarts aller): les matches de ce samedi    Endettement : La Tunisie aux portes du club de Paris    Rached Khiari dans la peau d'un petit Ben Ali    Tunisie-Nissaf Ben Alaya: Malgré la baisse du nombre de contaminations, la situation sanitaire demeure alarmante    Les transferts d'argent vers l'Afrique subsaharienne ont plongé de 12,5 % en 2020    Tunisie-Sfax: Journée de colère pour soutenir la Palestine    Le financement social islamique, levier de reprise économique ?    Tunisie-Béja: Les préparatifs de la SRT pour la reprise des déplacements entre les régions [Vidéo]    Covid-19 : le taux de positivité des tests reste élevé et dépasse les 30%    Ammar Mahjoubi: La fin de la République et la création du Principat par Auguste    Ligue 1 : programme de la 26e et dernière journée    Tunisie: Le maire du Kram interdit la commercialisation des produits israéliens    Allocution de Hichem Mechichi lors du sommet virtuel de l'appel de Christcurch    La présidence tunisienne réitère son soutien au peuple palestinien    Bilan Covid-19 : 457 nouveaux cas et 34 décès    Hichem Mechichi prend part au deuxième sommet contre le terrorisme    Un sommet à Paris pour bâtir une nouvelle structure de financement des économies africaines    Mechichi, ce soir avec Macron, la Première ministre de Nouvelle Zélande, Boris Jhonson et Trudeau en sommet virtuel contre le terrorisme    Para Athletics – Grand Prix de Nottwil: Walid Ktila remporte la course des 800m et bat son record d'Afrique    La situation dans les territoires occupés au centre d'un entretien téléphonique entre Ghannouchi et des dirigeants de Hamas    Le Courant populaire appelle à participer massivement à la marche de soutien au peuple palestinien ce samedi    INS : Augmentation des importations du phosphate de 35,1%    Chaos sur les routes de la Tunisie à cause de l'ambiguïté des mesures gouvernementales    La régularité des vols Tunisair dépasse les 94%    Et pourtant...notre pays est riche en compétences !!    Après avoir annoncé le contraire, l'armée israélienne nie être entrée dans Gaza    JO de Tokyo : « Impossible » d'organiser les Jeux, selon un syndicat de médecins japonais    Chedli Klibi : un an déjà    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question religieuse reste fondamentale pour attirer un électorat conservateur : Kaïs Saïed, un islamiste comme les autres ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 04 - 2021

Avec en ligne de mire le prochain scrutin présidentiel, il n'est pas impossible que le probable futur candidat à sa propre succession soit tenté de rééditer son exploit, notamment en attirant dans son giron, encore une fois, un électorat conservateur.
Jamais depuis le soulèvement populaire de 2011, la Tunisie n'a été aussi paralysée politiquement. Un gouvernement incapable de mener des réformes ou même d'imposer des décisions, un Parlement qui fonctionne au ralenti et où les crêpages de chignons dament le pion au véritable travail législatif, et un président de la République qui contribue à la vitrification de la vie politique en rendant impossible toute possibilité de sortie de crise. Il est clair que tous les partis politiques, de la majorité comme de l'opposition, ont les yeux rivés sur les prochaines élections au détriment des préoccupations immédiates des Tunisiens, pris en tenailles entre une crise institutionnelle inédite et une crise économique étouffante.
Le locataire de Carthage, le Président Kaïs Saïed, ne déroge pas à la règle. Contrairement à la lecture au premier degré de sa dernière sortie médiatique contre le parti Ennahdha et les islamistes, il faudrait considérer les choses d'un point de vue purement électoraliste. Elu en 2019 avec un score historique, Kaïs Saïed a notamment bénéficié d'une large partie du vote conservateur. Le report des 434.530 voix obtenues par le candidat d'Ennahdha, Abdelfattah Mourou, a beaucoup plus bénéficié au constitutionnaliste qu'à son rival, le sulfureux homme d'affaires Nebil Karoui.
Avec en ligne de mire le prochain scrutin présidentiel, il n'est donc pas impossible que le probable futur candidat à sa propre succession soit tenté de rééditer son exploit, notamment en attirant dans son giron, encore une fois, un électorat conservateur.
Car à y voir de plus prés, Kaïs Saïed n'a jamais été hostile à l'islam politique. Bien au contraire, une grande partie de ses positions a été dictée par une profonde conviction religieuse. Lorsque, sur des questions politiques, c'est la religion qui dicte le chemin à suivre, alors nous sommes en plein dans l'islam politique.
Dans les faits, Kaïs Saïed s'est prononcé contre l'égalité dans l'héritage, favorable au retour de la peine de mort et complètement muet sur des questions sociétales comme la dépénalisation du cannabis. Si l'on ajoute à cela l'ensemble des références religieuses dans les discours, on est en droit de se demander si notre Président de la République n'est pas en fait un islamiste comme les autres.
Il ne s'agit pas là de dire si ses références à la religion ou si ces positions politiques au parfum religieux sont bonnes ou mauvaises, il s'agit, objectivement, de considérer que si la guerre contre le parti islamiste Ennahdha est bien réelle, sa guerre contre l'islam politique, elle, doit être nuancée.
Le 13 août 2020, lors de son discours, le Président Kaïs Saïed a été ferme et très clair sur la question de l'égalité dans l'héritage. Sa référence ? Le texte coranique «clair et suffisant» qui «ne peut être interprété autrement». Pour Kaïs Saïed, il n'est pas question de céder sur la question de l'égalité en héritage.
Contacté par La Presse, la présidente de l'Association tunisienne des femmes démocrates estime que la guerre entre la présidence de la République et le parti Ennahdha est une guerre de formalisme et autour des prérogatives. «Sur les questions fondamentales, les positions du Président de la République s'alignent sur les positions du parti Ennahdha, explique-t-elle. D'ailleurs, le constitutionnaliste qu'il est fait plus référence à l'islam dans ses discours qu'à la Constitution tunisienne».
Sa récente visite en Egypte peut tout aussi être interprétée comme un émerveillement pour un pays à la fois débarrassé des Frères musulmans islamistes, mais toujours aussi attaché aux valeurs de l'Islam, notamment dans la sphère politique.
Dans un article publié en 2018 dans la revue Critique internationale, les chercheurs Stéphane Lacroix et Ahmed Zaghloul Shalata montrent comment le président Egyptien lui-même, Abdelfattah Al-Sissi, s'est appuyé sur « les acteurs islamistes à avoir soutenu le coup d'Etat, la prédication salafiste et son parti Al-Nour, dans le but de les ériger en substitut légitimiste des Frères musulmans ».
Du président d'Ennahdha, en passant par le parti Ettahrir et les satellites du parti de Rached Ghannouchi, la question religieuse reste fondamentale pour attirer un électorat conservateur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.