Lors de sa première apparition publique, Ghannouchi appelle à l'union face à l'épidémie    25 Juillet- Bardo: Les manifestant appellent à la dissolution du Parlement    231 décès suplémentaires et 5359 contaminations par le coronavirus recensés le 23 juillet 2021    Météo : Temps chaud !    Le président Saïed: Les dons de vaccins atteindront cinq millions de doses    JO de Tokyo Ayoub Hafnaoui décroche une médaille d'or    Merci Ahmed Hafnaoui pour cette médaille d'or olympique en natation offerte à la Tunisie    25 Juillet: Fermeture des accès et présence sécuritaire intense à l'Avenue Habib-Bourguiba [photos+ vidéo]    JO Tokyo 2020 | Natation (400 m NL) : Médaille d'or pour Ayoub Hafnaoui    JO Tokyo 2020 | Fleuret : Inès Boubakri éliminée en 16e de finale    JO Tokyo 2020 | Tennis : Ons Jabeur éliminée dès le premier tour    Tunisie: Revaloriser les valeurs républicaines    Tunisie [Photos] : Départ du premier train à grande vitesse à Tunis    Béji Caïd Essebsi, l'homme de la République    Tunisie – Testour : Neuf blessés dans la chute d'une voiture de louage dans un fossé    Tunisie – Important don de matériel médical de la part de l'ETAP    Tunisie : "Sans choc salutaire, un défaut sur la dette externe est assez probable" estime le Groupe Crédit Agricole    Fausse pages Facebook usurpant le nom du ministère des finances    Ghassen Ksibi appelle Kaïs Saïed à s'entourer de gens qui comprennent les rouages de la politique    La Tunisie réceptionne des aides sanitaires de la part de Tunisiens résidant en Italie    Lancement du RFR sur la ligne E reliant les gares de Barcelone et Bougatfa    Le Parti Courant populaire appelle à « sortir massivement pour imposer un gouvernement national de transition »    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    La JICA honore les startups tunisiennes lauréates du concours NINJA    La mode tunisienne bientôt au Musée des Arts décoratifs de Paris avec l'appui de Creative Tunisia    Hichem Mechichi "dégagé" au centre de vaccination de Nadhour à Zaghouan    JO Tokyo 2020 : Ayoub Hafnaoui termine à la dernière place de sa série sur 400m NL    Tokyo 2020 Le Tunisien Khalil Jendoubi qualifié en finale de Taekwondo    Biat Capital : Finalisation de l'opération de fusion absorption par la société Tunisie Valeurs    Sommet de la francophonie 2021 : Appel à candidatures pour la "Scène jeunes talents de la francophonie"    Bilan Covid-19 : 5.624 nouveaux cas et 317 décès    Paris SG : Mauricio Pochettino prolonge jusqu'en 2023    Tunisie: La villégiature au temps des beys    BCT : La loi de la relance économique entrave la bonne conduite de la politique monétaire    Mono-drame "Pour les hommes uniquement" de Najwa Miled prévu au FIH 2021    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    "Under The Fig Trees" d'Erige Sehiri parmi six films sélectionnés à Final Cut in Venice 2021    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Décès de l'acteur Kamel Eddine Ghanmi    Par Henda Haouala : Interview avec la tunisienne Nour Belkhiria, une étoile montante dans le cinéma canadien    Le film "Bonne mère" de Hafsia Herzi remporte le Prix d'ensemble de la sélection "Un certain Regard"    A l'occasion de la Journée Nelson Mandela, la Tunisie appelle à la solidarité internationale    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    Cinéma : Un film tunisien primé au Festival de Cannes    Nawel Ben Kraïem présente un nouveau spectacle au festival Off d'Avignon : A la recherche de ses identités    L'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj change de nationalité    Le milliardaire Richard Branson revendique le titre du 1er touriste de l'espace! (vidéo)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Apaisement et solidarité
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 06 - 2021

Une crise sans précédent ébranle le pays. Mais les circonstances exceptionnelles où nous nous trouvons exigent de tout mettre de côté est de se concentrer sur la situation épidémique hautement grave qui secoue au moins quatre gouvernorats. Des vies sont menacées. Des gens meurent dans des conditions effroyables. Les témoignages des citoyens en détresse brisent les cœurs. Les réactions braves et spontanées proviennent des personnes qui ont le cœur sur la main pour porter secours à ces régions sinistrées.
En ces temps de grisaille, c'est l'occasion de faire montre de son amour à sa patrie, sa terre natale. Pour le prouver, il suffit de tendre la main à tous ces Tunisiens qui crient au secours. Leur venir en aide par quelques moyens que ce soit est un acte de patriotisme, de dévouement et d'engagement. C'est aussi une manière de porter haut et fort l'étendard de la nation et une marque d'estime à tous les martyrs qui ont arrosé de leur sang la terre de la patrie.
Car, aimer sa patrie, ce n'est pas uniquement être sous le drapeau, c'est aussi essayer de le conduire à bon port quand il est à la dérive. C'est montrer aux Tunisiens et prouver au monde que la Tunisie est capable de se transformer et que son peuple y est prêt. C'est que ces Tunisiens, qui aiment tant ce petit pays, attendent que leur nation avance dans tous les domaines et pour tous malgré toutes ces embûches et ces menaces qui montent et qui inquiètent, qui s'appellent terrorisme, chômage, érosion du pouvoir d'achat. Cela dit, ce n'est pas en cassant cette marche avec des grèves sauvages, des sit-in à n'en plus finir qu'on va redresser la compétitivité, qu'on va prouver son amour à son pays. Mais c'est en mobilisant tous les leviers économiques pour écarter la stagnation et c'est en impulsant une dynamique dans les régions et en engageant un combat contre les conservatismes — et ils sont nombreux — contre les populismes — et ils sont dangereux, qu'on va sceller ces liens.
A quoi donc sert de brandir son épée à la face de ses propres gardiens, ou de monter sur ses grands chevaux et de croiser le fer avec un Président qui se saigne aux quatre veines pour maintenir en place l'Etat ou un gouvernement déjà aux abois et un Parlement dans la tourmente ? Plus que jamais, notre pays a besoin d'apaisement, de réconciliation, de rassemblement. Certes, on mesure le poids des contraintes auxquelles tous les Tunisiens devraient faire face : une pandémie hors contrôle, une dette massive, une croissance faible, un chômage élevé, une compétitivité dégradée et une sécurité hautement menacée. Partant, les grèves et les contestations sociales, aussi légitimes soient-elles, ne font que lancer ce petit pays dans les ronces inextricables de l'horreur.
Aujourd'hui, aimer ce petit pays, c'est mobiliser pleinement nos forces et nos atouts. Société civile, partis, organisations patronales et syndicales et autres forces vives du pays devraient serrer les coudes pour surmonter cette nouvelle vague du Covid.
Certes, après dix années de calvaire, d'usure et de désespoir, insuffler aux Tunisiens la dose idoine d'adrénaline nécessaire pour leur permettre d'envisager l'avenir avec optimisme et ambition en leur garantissant un surcroît de progrès et de prospérité n'est pas facile. Mais on n'a pas beaucoup d'autres choix que la voie de l'apaisement et de la solidarité pour sauver des vies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.