Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition « Tourments » de l'artiste Hope Mokded à Nîmes: Exposition engagée
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 11 - 2021

C'est à l'espace Léon Vergnole à Nîmes, en France, qu'a eu lieu le vernissage de l'exposition « Tourments » de l'artiste tunisienne Hope Mokded. L'événement s'est déroulé le 25 novembre 2021, à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.
L'exposition est accessible jusqu'au 29 novembre 2021 par l'association « l'Art en contre » en partenariat avec l'association Amaos. « Les tableaux de l'artiste reflètent l'expression de la douleur, la souffrance, les drames conjugaux, les crimes passionnels, la torture, les cauchemars, la mort, le deuil, l'avortement et la perte», cite le un communiqué. Autrement, toutes sortes de calvaires ou d'épreuves difficiles vécus par les femmes. Hope Mokded exprime les violences visibles et invisibles infligées, mentales et physiques, pousse les visiteurs curieux à agir, en les sensibilisant contre toute forme de torture, et dénonce à travers ses œuvres ces comportements toujours très courants de nos jours, aussi fréquents que les féminicides. L'artiste, à travers son travail engagé, dénonce l'indifférence de la société, gangrénée par le patriarcat.
Hope Mokded prend la parole
« J'ai pris le parti de revenir à la figuration ce qui me permet de confronter le spectateur face à son voyeurisme et lui donner la possibilité d'agir. J'ai donc décidé de représenter des corps fragmentés, disloqués, ce qui m'a permis de faire apparaître des traces de violence tels que les bleus et l'excision comme preuves de cette violence physique, psychique et/ ou morale. La société banalise ces violences par son indifférence du vécu des femmes en privé comme en public générant ainsi tortures et féminicides encore à notre époque.
Mes peintures expriment la passivité de notre société sourde, négligeant les cris des femmes et cautionnant le système patriarcal machiste. Mes peintures représentent l'expression de la douleur, de la souffrance, des drames conjugaux, des crimes passionnels, la torture, les cauchemars, la mort, le deuil, l'avortement et la perte. J'essaye de mettre en scène la victime de violence dans un espace qui correspond à son chagrin, sa sensation de perte, de choc, d'abandon, de défaite et de vertige. Cet espace intérieur représente le lien de la femme avec le privé et l'intime, enfermée dans ces lieux clos, cachée au regard du quidam soulignant de nouveau l'oppression de l'homme sur la femme.
Dès qu'elle revendique le droit de sortir dans l'espace public et d'exprimer à haute voix ses droits, elle est attaquée et traitée de sorcière ou tout simplement marquée dans sa chair par les traces d'une volonté de dominer totalement son corps et son esprit. L'enferment pour elle devient inévitable. Abandonnée par son entourage, chutant dans un gouffre, elle est seule pour réapprendre à vivre, survivre avec ces séquelles et avec ses traumatismes pesants. Parfois même l'ultime peut surgir, la mort comme issue possible. Dans ce gouffre, elle est représentée, les seins sectionnés, ce qui illustre une partie de soi coupé et le regard biaisé sur soi-même, illustrant cette perte de l'estime de soi, la perte de confiance dans la personne qu'on aime, la sensation de culpabilité et de mal-être, le cœur coupé, déchiré.
Je fais appel ici au symbolisme renforçant le sentiment d'évidence du spectateur. Il n'est plus possible pour lui de se dérober. Mon choix de reprendre certaines œuvres connues des artistes tel que (Bacon, Van Gogh) participe aussi à capter le regard du spectateur qui ne peut plus s'échapper : il ne remarque plus que les différences montrant de manière cru le traumatisme sous-jacent. L'artiste agit dans l'air du temps à travers ses peintures engagées.
Focus sur Hope Mokded
Hope Mokded a fait ses études à l'Institut supérieur des Beaux-arts de Tunis — spécialité gravure et a obtenu un master de recherche en arts plastique à Strasbourg dans lequel elle a axé ses réflexions sur la problématique de la violence invisible, qu'on pourrait définir comme une violence sociétale acceptée ainsi que sur comment une artiste et femme peut créer une trace de cette violence afin de la rendre intelligible.
Elle vit et travaille à Paris et a fait ces dernières années des expositions personnelles et collectives. Elle a travaillé dans le cadre du festival « Cineffable » à Paris, du Workshop «c'est quelque part par-là» au Syndicat Potentiel à Strasbourg, a participé dans une exposition au Ceaac nommée « There is no place Iike home». Elle a, à son actif, une Installation photographique « Chaos Echoes » et a enchaîné avec une exposition personnelle à la station Lgbti Alsace «Végétations». Elle fera partie d'une exposition collective au Festival d'art féministe de Strasbourg, le Femfest : « Subjectivité féminine ».
L'artiste tunisienne a également réalisé des films, participant ainsi à de nombreux Festivals et événements tels que Le Festival « Art féministe « Chouftouhonna » en 2016 à Tunis avec son court métrage « Brume », et grâce au film « Le bleu de tes yeux», elle a pu enchaîner le « Festival printemps culturel tunisien à Paris », le « Festival international du film amateur de Kélibia (Fifak)» ainsi que le festival « For the 4th edition of Olhares Mediterrâneo » à Lisbonne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.