Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mes odyssées en Méditerranée: Mariano Stinga, un renégat de Tunis
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 12 - 2021

Il n'est pas étonnant que l'horizon des côtes tunisiennes et italiennes, et plus particulièrement celles de l'Italie du Sud, grouillaient de navires de toutes sortes et de toutes nationalités qui pratiquaient la piraterie.
Ce commerce d'esclaves s'est donc pratiqué dans les deux sens, du nord vers le Sud et du Sud vers le Nord entre le XVe et le XIXe siècle. L'histoire des corsaires barbaresques est en grande partie l'histoire des renégats en provenance de tous les pays de la Méditerranée ; Vénitiens, Sardes, Napolitains, Espagnols… qui, une fois capturés, confluaient vers les côtes tunisiennes. Ces renégats étaient des chrétiens réduits en esclavage en Afrique du Nord par les Barbaresques pendant leurs opérations de piraterie, poussés par le désir d'adoucir une condition particulièrement pénible, ou d'échapper à un châtiment, se convertirent à l'Islam, et devinrent des « renégats ».
Ces renégats, une fois convertis, pouvaient aspirer à devenir des raïs de navires corsaires ou même de hauts fonctionnaires des Etats barbaresques et souvent les vrais protagonistes de la guerre, constituant ainsi l'élément principal de ce flux continu des relations entre mondes opposés.
L'un de ces renégats fut Mariano Stinga ou Stinca, habitant le village de Sant'Agnello, sur la côte napolitaine, là où les attaques des pirates maghrébins sévissaient !
Un jour, Sant'Agnello fut pillée par des corsaires en provenance de Tunis et les habitants capturés et réduits en esclavage. Le but des enlèvements était celui de recevoir une rançon, ou vendre les captifs comme esclaves ou bien de les utiliser pour des travaux forcés.
Ce jour-là, parmi les prisonniers, il y avait un certain Mariano Stinga qui, ramené à Tunis, décida de collaborer avec les Tunisiens avec dévouement et obéissance. Il apprit l'arabe et se convertit à l'Islam.
Mariano Stinga était assez débrouillard, travailleur et intelligent. Il fut remarqué par le Bey Hammouda Pacha (1759-1814) qui, très vite, l'installera au Palais du Bardo, devenant son homme de confiance avec rang de ministre.
Mariano commence à avoir une forte influence sur le Bey, et à gérer le commerce des esclaves, ses compatriotes, capturés sur les côtes italiennes, lesquels furent surpris de se retrouver à Tunis avec un haut cadre du Bey italien qui parlait avec un fort accent napolitain.
Un jour, Gaspare De Martino, un armateur italien, lui aussi capturé avec ses navires lors d'un autre raid tunisien sur la côte de Sorrente, fut jeté aux pieds de Mariano qui le reconnaîtra tout de suite. En effet, les deux étaient des amis d'enfance et ce fut ainsi que, quelques jours après, Mariano Stinga décida de libérer Gaspare et de le faire repartir chez lui en Italie. Cette histoire d'amitié ne s'arrêta pas là, étant donné que De Martino reviendra plusieurs fois à Tunis comme homme libre, ramenant en Italie l'argent nécessaire pour payer la rançon des captifs pour les affranchir. Mais cet argent pour payer les affranchis ne provenait pas des familles des captifs, mais plutôt des caisses du Bey et à son insu !
L'activité de Mariano se poursuivra pendant des années sans être perturbée, jusqu'au jour où une conspiration du palais aura lieu et Hammouda Pacha Bey sera empoisonné le 15 septembre 1814.
Les historiens rapportent que c'est peut-être Stinga lui-même qui administra le poison au Bey, le mélangeant avec du tabac dans sa pipe.
C'est à ce moment-là que le frère de Hammouda Pacha, Othman, apparaît dans la scène et menace Mariano de raconter tout au Bey et de le faire condamner à mort. Seule solution possible; faire éliminer Hammouda Bey par Mariano, qui accepta.
Aidé par un médecin vénitien qui avait produit le poison, Mariano assassina le Bey, libérant ainsi la route au trône à Othman (1763-1814), qui devint le nouveau Bey de Tunis pour seulement 3 mois et 5 jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.