Par Jawhar Chatty : Le 25 juillet, les Tunisiens vont devoir « trancher »...    Sghaier Zakraoui commente le décret présidentiel paru dans le JORT (Audio)    Tunisie-FMI: Il faut qu'un accord soit conclu, selon l'ambassadeur de l'UE    Démarrage des travaux de FITA 2022 : L'Afrique à l'épreuve des incertitudes    Un message qui compte : "l'UE restera un ami de la Tunisie et de son peuple"    Pourquoi | Encore une...    Jeunes dans les quartiers populaires : Gare à la marginalisation !    Emna Kefi, experte en digital à La Presse : «Voir la RSE adoptée par toutes les entreprises est un rêve»    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    Ligue 1 | 7e journée – Play-off – CSS-ESS (1-0) : Harzi, l'instinct du buteur !    Sousse: La récolte céréalière en deçà des attentes    Express    Le délégué de Boumhel s'explique sur sa sortie nocturne en tricot de peau    Fête des mères: Les bureaux de Poste seront ouverts ce dimanche pour la livraison des bouquets de fleurs    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Un nouveau spectacle de Walid Gharbi : Nouvelle cadence, nouveau pont    4e édition des Journées chorégraphiques de Carthage : Un acquis qui se consolide    USBG : Sans illusions !    CA : Le regard vers l'avenir    Jendouba: Opérations blanches de la Protection civile (Vidéo)    Safouane Ben Aïssa : les négociations avec le FMI s'achèveront après l'été    Ridha Chkoundali: Les 300 M€ débloqués par l'UE ne résout pas les problèmes financiers de la Tunisie (Vidéo)    Le Fonds de Fonds ANAVA souscrit 6 millions d'euros dans son premier fonds sous-jacent, 216 Capital Fund I    BAL 2022 : Les stats qui font de Radhouane Slimane un joueur plus que spécial    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    Je reste à Liverpool, assure Salah    Réactions à la publication du décret présidentiel portant convocation des électeurs pour le référendum du 25 juillet    Météo : Baisse relative des températures    Tunisie...14 élèves hospitalisés : les détails    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Mercato : Ellyes Skhiri sur les tablettes de Benfica !    Finales Conférence Est NBA : Boston mène 3-2 cotre Miami    Officiel - Kais Saïed convoque les électeurs en référendum le 25 juillet, le projet de la nouvelle constitution sera publié le 30 juin    Tunisie-Hatem Mliki [VIDEO] : « Le président de la République n'est pas porteur de projet et de pensée »    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Dr Spiro Ampélas: Mémoires d'un Grec de Sfax    5ème exposition de l'Association Club Photo de Tunis: "Intelligence manuelle" du 04 au 30 juin 2022    France-Affaire Abad : Matignon avoue qu'il savait pour le viol puis rétropédale, ça fait tache    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Neji Jalloul: Il existe une opportunité historique pour la Russie de diriger le monde islamique    LTDH : d'anciens dirigeants appellent à ne pas participer au dialogue national dans sa forme actuelle    La ministre des Affaires culturelles désigne Mariem Boukadida pour la promotion de l'habit traditionnel à l'étranger    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    Officiel : Variole du singe : 3 cas dans un pays très proche    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Renégats de Barbarie: Histoires de corsaires et de convertis… Siciliens de Tunisie et Tunisiens de Sicile
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 02 - 2020

Au XVe siècle, les rapports entre la Sicile et la Tunisie, celle-ci occupée par l'empire ottoman, n'étaient pas toujours des meilleurs. En effet, la Sicile était devenue une terre de frontière dans une Méditerranée qui a vu la présence de l'Empire ottoman s'accroître de plus en plus.
La Sicile était pour le «Barbareschi», c'est-à-dire les habitants de la Barbarie, ce qu'aujourd'hui correspond approximativement à l'aire côtière du Maghreb actuel, une source inépuisable d'approvisionnement. Toute la Méditerranée était exposée aux raids des pirates. Au même temps, les chrétiens de Sicile, comme les Barbaresques musulmans, continuaient à attaquer les côtes tunisiennes et siciliennes à la recherche de marchandises et d'esclaves.
Il n'est pas étonnant que l'horizon de la côte sicilienne mais aussi tunisienne grouillait de navires de toutes sortes et de toutes nationalités qui pratiquaient la piraterie.
Aux Pisans, aux Provençaux, aux Génois, aux Vénitiens, aux Catalans, aux Majorquins, aux Grecs et aux Valenciens, aux Musulmans, s'ajoutaient les insulaires, comme les habitants de Messine et de Trapani en particulier, «pas moins qualifiés que les autres».
Ce commerce d'esclaves s'est pratiqué donc dans les deux sens, du nord vers le sud et du sud vers le nord entre le XVe et le XIXe siècle. L'histoire des corsaires barbaresques est en grande partie l'histoire des renégats en provenance de tous les pays de la Méditerranée ; Vénitiens, Sardes, Napolitains, Espagnols… qui, une fois capturés, confluaient vers les côtes tunisiennes.
Ces renégats, des chrétiens réduits en esclavage en Afrique du Nord par les Barbaresques pendant leurs opérations de piraterie, poussés par le désir d'adoucir une condition particulièrement pénible, ou d'échapper à un châtiment, se convertirent à l'islam et devinrent des «renégats».
Ces renégats, une fois convertis, pouvaient aspirer à devenir des raïs des navires corsaires ou même des hauts fonctionnaires des Etats barbaresques et souvent les vrais protagonistes de la guerre, constituant ainsi l'élément principal de ce flux continu des relations entre mondes opposés. Dans mes recherches en Sicile, j'ai pu apprendre des nouvelles sur les «Siciliens islamisés». Nombreux d'entre eux accoururent pour différentes raisons à Tunis. Certains furent capturés et donc conduits de force sur la côte nord-africaine, d'autres, à la recherche de fortune, se convertirent à la foi musulmane et firent de la Tunisie leur seconde patrie. Pour ces derniers, la conversion à l'Islam était primordiale pour pouvoir accéder aux positions de pouvoir et de richesse que jamais ils n'auraient pu avoir chez eux, là où un système social assez discriminatoire existait et qui ne leur permettait pas de progresser dans l'échelle sociale. Il faut dire, en effet, que la plupart des renégats siciliens étaient des esclaves en Sicile et que la conversion à la religion musulmane représentait pour eux une façon d' échapper à leurs souffrances.
Il m'a été difficile de pouvoir quantifier le nombre d'esclaves et de renégats siciliens en Barbarie. A la fin du XVIe siècle— quand les guerres corsaires étaient plus intenses—, il y avait à Alger entre 20 et 25 mille esclaves chrétiens et environ 6 mille renégats avec leurs propres familles ( peut -être même 60.000 personnes). A Tunis par contre, on estime à 4.000 renégats hommes et entre 6.000 et 7.000 renégats femmes. Le nombre d'enfants était aussi élevé.
A Tripoli, les renégats étaient seulement une centaine.
Ce qui peut apparaître curieux est le fait que les renégats continuaient à entretenir des rapports avec leur terre, la Sicile, renforçant les rapports avec le monde chrétien, leur famille, et surtout avec leur ville natale. Une fois devenus musulmans, ils essayaient de faire fortune avec les guerres corsaires et le commerce d'esclaves, exploitant ainsi leurs connaissances et leurs contacts avec la patrie d'origine.
Aux renégats, fut aussi confiée la gestion des sommes d'argent relatives à la vente des esclaves en provenance de Sicile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.