Trois questions à M. Jabeur Ben Attouch, président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages (FTAV): «Des sociétés non agréées pullulent sur les réseaux sociaux et opèrent de manière illégale»    Observatoire Tunisien de l'Eau ( O.T.E): Dématérialiser les échanges dans le secteur agricole    Dissimulation d'une correspondance adressée par le parlement libyen, l'ARP précise    Covid-19 : Zéro cas de contamination depuis plus de 41 jours à Bizerte    Coronavirus : Les joueurs de l'Etoile du Sahel testés    Par Maher Ben Ghachem : France pays ami    Le tribut du combat sexuel    Succès majeur des forces gouvernementales face à Haftar    Manifestations en Cisjordanie occupée    Orange Ventures lance un challenge et met un paquet de 500 000 euros    Tunisair appelle les passagers à se présenter 4h avant le vol    Les «soldats en blouses blanches» haussent le ton !    Attayar dénonce «une trahison» !    Les devoirs de Chiraz Latiri    La ministre des affaires culturelles: "Nous avons retiré du parlement le projet de loi sur l'artiste pour supprimer les chapitres à caractère répressif"    13ème prix Ibn Khaldoun-Senghor: les candidatures prolongées jusqu'au 31 juillet 2020    Tunisie – Trois enfants noyés dans le canal de Medjerda à Sidi Hassine    Tunisie – Le syndicat de la garde nationale demande une enquête sur l'attaque terroriste de Ben Guerdene    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 06 juin à 11H00    Corruption et Mauvaise gestion à la RNTA génèrent 136 millions de dinars de dettes    Le cinéma s'invite chez vous avec la Smart TV LG de 139 cm    #JournéeOlympique2020 : #Lancement de l'Album numérique des Olympiens    De faux comptes Facebook ont fédéré 3,8 millions d'internautes en Tunisie    Tunisie: Rached Ghannouchi accusé d'avoir dissimulé une correspondance du Parlement libyen à Tobrouk    Football : un match du championnat grec reporté en raison du coronavirus    REMERCIEMENTS ET FARK : Youssef (Mahmoud) Bassoum    Tunisie: L'Ordre des avocats rejette toute intervention étrangères en Libye    Riadh Zghal: Croire en la démocratie pour sortir de la crise    Alaa avoue souffrir d'une grave maladie    La signature du «Pacte de stabilité et de solidarité gouvernementales» renvoyée aux calendes grecques pour la seconde fois : Ennahdha a-t-il décidé de faire imploser la coalition gouvernementale ?    Industrie pharmaceutique : Le ministère veut porter les exportations à 40%    Zarzis : Les bacs Ajim Boughrara opérationnels    Volleyball | Equipes nationales : Reprise des activités    JSK : Ce n'est pas la joie !    EST | L'équipe première a repris du service : Les priorités définies    « We Are One Festival : A Global Film Festival » en ligne : Le cinéma du monde en un clic    Stade Tunisien : 31 joueurs convoqués pour reprendre les entraînements    140 jours de réserve en devises    Météo : Températures en légère hausse    La vente aux enchères du patrimoine beylical officiellement suspendue    Libye: Les forces du gouvernement en Libye prennent le contrôle du dernier bastion de Haftar à l'Ouest    L'épidémie est sous contrôle en France    Nidhal Chamekh, artiste, à La Presse : Questions de culture    Raoult a finalement raison… The lancet retire son article sur la chloroquine    Chiraz Laatiri : « Nous avons retiré du parlement le projet de loi sur l'artiste … »    L'UE mobilise un fonds d'urgence dans la course aux vaccins    Tunisie – Musées: guide des procédures sanitaires de prévention contre la Covid-19    Libye: Haftar a perdu la bataille de Tripoli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Renégats de Barbarie: Histoires de corsaires et de convertis… Siciliens de Tunisie et Tunisiens de Sicile
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 02 - 2020

Au XVe siècle, les rapports entre la Sicile et la Tunisie, celle-ci occupée par l'empire ottoman, n'étaient pas toujours des meilleurs. En effet, la Sicile était devenue une terre de frontière dans une Méditerranée qui a vu la présence de l'Empire ottoman s'accroître de plus en plus.
La Sicile était pour le «Barbareschi», c'est-à-dire les habitants de la Barbarie, ce qu'aujourd'hui correspond approximativement à l'aire côtière du Maghreb actuel, une source inépuisable d'approvisionnement. Toute la Méditerranée était exposée aux raids des pirates. Au même temps, les chrétiens de Sicile, comme les Barbaresques musulmans, continuaient à attaquer les côtes tunisiennes et siciliennes à la recherche de marchandises et d'esclaves.
Il n'est pas étonnant que l'horizon de la côte sicilienne mais aussi tunisienne grouillait de navires de toutes sortes et de toutes nationalités qui pratiquaient la piraterie.
Aux Pisans, aux Provençaux, aux Génois, aux Vénitiens, aux Catalans, aux Majorquins, aux Grecs et aux Valenciens, aux Musulmans, s'ajoutaient les insulaires, comme les habitants de Messine et de Trapani en particulier, «pas moins qualifiés que les autres».
Ce commerce d'esclaves s'est pratiqué donc dans les deux sens, du nord vers le sud et du sud vers le nord entre le XVe et le XIXe siècle. L'histoire des corsaires barbaresques est en grande partie l'histoire des renégats en provenance de tous les pays de la Méditerranée ; Vénitiens, Sardes, Napolitains, Espagnols… qui, une fois capturés, confluaient vers les côtes tunisiennes.
Ces renégats, des chrétiens réduits en esclavage en Afrique du Nord par les Barbaresques pendant leurs opérations de piraterie, poussés par le désir d'adoucir une condition particulièrement pénible, ou d'échapper à un châtiment, se convertirent à l'islam et devinrent des «renégats».
Ces renégats, une fois convertis, pouvaient aspirer à devenir des raïs des navires corsaires ou même des hauts fonctionnaires des Etats barbaresques et souvent les vrais protagonistes de la guerre, constituant ainsi l'élément principal de ce flux continu des relations entre mondes opposés. Dans mes recherches en Sicile, j'ai pu apprendre des nouvelles sur les «Siciliens islamisés». Nombreux d'entre eux accoururent pour différentes raisons à Tunis. Certains furent capturés et donc conduits de force sur la côte nord-africaine, d'autres, à la recherche de fortune, se convertirent à la foi musulmane et firent de la Tunisie leur seconde patrie. Pour ces derniers, la conversion à l'Islam était primordiale pour pouvoir accéder aux positions de pouvoir et de richesse que jamais ils n'auraient pu avoir chez eux, là où un système social assez discriminatoire existait et qui ne leur permettait pas de progresser dans l'échelle sociale. Il faut dire, en effet, que la plupart des renégats siciliens étaient des esclaves en Sicile et que la conversion à la religion musulmane représentait pour eux une façon d' échapper à leurs souffrances.
Il m'a été difficile de pouvoir quantifier le nombre d'esclaves et de renégats siciliens en Barbarie. A la fin du XVIe siècle— quand les guerres corsaires étaient plus intenses—, il y avait à Alger entre 20 et 25 mille esclaves chrétiens et environ 6 mille renégats avec leurs propres familles ( peut -être même 60.000 personnes). A Tunis par contre, on estime à 4.000 renégats hommes et entre 6.000 et 7.000 renégats femmes. Le nombre d'enfants était aussi élevé.
A Tripoli, les renégats étaient seulement une centaine.
Ce qui peut apparaître curieux est le fait que les renégats continuaient à entretenir des rapports avec leur terre, la Sicile, renforçant les rapports avec le monde chrétien, leur famille, et surtout avec leur ville natale. Une fois devenus musulmans, ils essayaient de faire fortune avec les guerres corsaires et le commerce d'esclaves, exploitant ainsi leurs connaissances et leurs contacts avec la patrie d'origine.
Aux renégats, fut aussi confiée la gestion des sommes d'argent relatives à la vente des esclaves en provenance de Sicile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.