Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Paris    Interdiction de voyage de Rached Ghannouchi: Maher Medhioub adresse un message à Kais Saïed    Affaire de l'appareil secret: Liste nominative des suspects    Ennahdha : Ghannouchi n'a pas été informé de l'interdiction de voyage émise à son encontre    CONDOLEANCES : Radhia BELAID    Signature d'une convention de partenariat entre HEC Montréal et SMU Tunis [Photos+Vidéo]    Foire internationale de Sousse : «Moubilya Expo», un rendez-vous tant attendu    Signature d'une convention entre Enda Tamweel, Mazars et ASH Technologies : Diversifier les investissements et élargir les horizons    Au forum de Davos comme à la Fita : On ne jure que par la Zlecaf    LdC (Finale) : Liverpool-Real, les compos probables    En photos - Les fortes pluies à l'assaut d'une infrastructure défaillante    Fermeture partielle de l'autoroute A1 Tunis-Sfax    Le ministère de la santé prend des mesures pour éviter une propagation possible de la variole du singe    Pourquoi | Les tribulations d'un citoyen    Nouvelles études de l'American College of Cardiology : 2 ou 3 tasses de café par jour bénéfiques pour le cœur    La Tunisie oeuvre à inscrire « la table de Jugurtha » au patrimoine mondial de l'UNESCO    Ministère des Finances : timbre fiscal sur certaines formules administratives    Volley – Championnat d'Afrique des clubs féminins : Programme des 1/4    Finales Conférence Est NBA : ça sera un Game 7 entre Miami et Boston    BAL 2022 : Où et quand regarder la finale USMO – Petro Luanda samedi ?    Ligue 1 : Plusieurs clubs sanctionnés    Espérance de Tunis : 3 jours de repos pour l'algérien Abdelkader Badrane    L1 | Le CSS se replace L'espoir renaît    L'EST chute à Monastir : L'Espérance ressuscite ses rivaux !    Appareil secret-34 suspects interdits de voyager: Mabrouk Korchid appelle à une enquête claire et transparente    Réunion du conseil de l'Isie : référen''doom''    Fermeture de la Foire de Sousse et de Sidi Bouzid: Le ministère du Commerce explique    Semaine boursière : le Tunindex en bonne posture    Atelier du Meuble Intérieurs : croissance record des ventes à l'export de plus de 324%    INM: Les quantités de pluies enregistrées en millimètres durant les dernières 24 h    Colmater les brèches ou couler    Au 32 bis : L'histoire du quartier    « elle, », recueil de poèmes de Hamma Hanachi : Ecrire le silence de l'Absente    Omar bey le magnifique : J'aurais voulu être un artiste    Limogeage de Lassâad Ben Hassine de la Maison du Roman    Exposition "De Corde en Aiguille" de Samia Mestiri Douik à Elbirou Art Gallery    Tunisie-urgent : Un avocat décède en pleine salle d'audience    Spectacle 'Flagranti' d'Essia Jaibi: Une œuvre Queer marquante lancée par Mawjoudin We Exist    Sénégal : Le ministre de la Santé paye cher l'horrible mort de 11 bébés    Ammar Mahjoubi: Paganisme et croyances    Météo: Températures en baisse, ce vendredi    Etats Unis : un terrorisme «Home made»!    Ukraine : Les redoutables canons français Caesar débarquent en douce    Kevin Spacey inculpé d'agressions sexuelles contre 3 hommes    Le patron de Pfizer donne son avis sur la variole du singe    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 01 - 2022

Immersif à souhait, le long métrage iranien d'Ahmad Bahrami «The Wasteland» déroute surtout par sa maîtrise exceptionnelle de la caméra et par la construction de son scénario. Un ovni iranien que les cinéphiles espèrent voir prochainement sur grand écran.
En version originale, «Dashte Khamosh» est une expérience cinématographique forte d'un langage éloquent nouveau : il parvient à transmettre d'une manière implicite les états d'âme des personnages, les ressentis divers émanant de leurs errances et de leurs échanges, et d'accorder au spectateur une libre interprétation.
Résumer le film, c'est le réduire : l'histoire est construite autour du personnage de Lotfollah, qui est un superviseur d'usine de briques, servant d'intermédiaire entre les ouvriers et le patron. C'est dans cette usine et ses environs que le public est entraîné et fera la connaissance aussi d'un patron, qui, à un moment précis, annonce à ses ouvriers, composés de plusieurs ethnies, la fermeture de l'usine. Une succession d'événements, narrée presque au ralenti, se déroulera. Et pour Lotfollah, garder Sarvar, la femme qu'il aime, indemne, reste primordial.
En noir et blanc, le réalisateur raconte une fiction dystopique d'un réalisme saisissant, tournée dans des décors bruts. Dans un élan de ralenti, l'étau se resserre autour des travailleurs de l'usine et du personnage Lotfollah. La scène centrale du discours du patron s'adressant à différentes foules est récurrente : une manœuvre qui rappelle l'impact de l'événement sur le devenir du récit. La narration est schématisée jusqu'à impliquer Sarvar, la bien-aimée de Lotfollah. Une répétition qui met en relief un aspect socio-philosophique riche, puisqu'en s'adressant à différentes ethnies, ce patron parle à de nombreuses personnes, évoquant ainsi différentes problématiques liées à la superstition, les croyances, les relations extraconjugales, le racisme, les mœurs... Autant de thématiques sociales évoquées simultanément avec la chute de l'usine, et un patron soucieux omniprésent, essayant de trouver des alternatives à cet échec. Mais le personnage de «Lotfallah» reste tragique par excellence : digne et résistant, il garde le cap en pleine spirale. Un homme caractérisé par son sens de la loyauté et du sérieux à côté de Sarvar, un personnage féminin discret, mais intriguant. Le cinéma de Bahrami est fort d'une esthétique nouvelle sur grand écran qui interpelle. Ce film a été présenté à la Mostra de Venise de 2020 et n'est pas encore sorti dans plusieurs pays. Il a été néanmoins projeté pendant les JCC 2021 à Tunis, en présence de son réalisateur. A l'affiche, les deux acteurs Mahdieh Nassaj et Ali Bagheri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.