Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dans l'attente du film du festival
Cannes 2010:
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 05 - 2010

Une semaine déjà que le public cannois, les cinéphiles, la critique internationale et les journalistes de près de 5.000 médias courent d'une salle à l'autre, une centaine en tout — y compris celles du marché du film — afin de voir le maximum d'opus, toutes sections confondues. Mais tous ces gloutons de la pellicule sont toujours‑— du moins concernant la compétition officielle‑— dans l'attente «du film du festival», autrement dit de cette œuvre intelligente et transcendante à couper le souffle et à sécréter toutes sortes de sensations et d'émotions.
Maintenant et jusqu'ici, peu de films ont remporté l'adhésion de la critique internationale. Et en attendant, bien sûr, la projection des films réalisés par d'autres poids lourds du cinéma mondial tels l'Iranien Kiarostami (Copie conforme, avec Juliette Binoche), le Britannique Ken Loach (Route Irish), ou le Russe Nikita Mikhalkov (Exodus), les films qui ont jusqu'ici séduit critiques et journalistes sont dans l'ordre‑: Another Year (Une autre année) du Britannique Mike Leigh, La Princesse Montpensier, du Français Bertrand Tavernier, et Un homme qui crie du Tchadien Mahamet Saleh Haroun.
Pourtant, Another Year signe le retour de Leigh à Cannes, 14 ans après avoir obtenu la Palme d'or avec Secrets et mensonges et marque sa réconciliation avec le festival après un froid de six ans quand, en 2004, son film Vera Drake a été refusé, mais avec lequel il a raflé le Lion d'or de la Mostra de Venise, ainsi que le Prix d'interprétation féminine décerné à Imelda Stauton.
Pourtant, Another Year n'est pas le meilleur de Leigh. Plutôt gentil, son dernier-né peint une galerie de portraits de Britanniques au crépuscule de leur vie‑: Gerri (Ruth Sheen) est psychologue, Tom (Jim Broadbent) est géologue, ils forment un couple heureux, idéal, modèle de générosité et de gentillesse.
Très uni, très complice, passionné de jardinage et de réunions familiales le week-end avec leur fils (Oliver Maltman), autour d'un bon plat.
Leur logis est aussi ouvert aux âmes en peine et en détresse, telle Mary (Leslie Manville), secrétaire dans le même centre médical que Gerri.
Sensible, fragile, dépressive en raison de l'échec de sa vie amoureuse et de la solitude qu'elle vit, Mary sombre dans l'alcoolisme; Ken (Peter Wight) solitaire, ayant perdu son meilleur ami, sombre lui aussi dans l'alcool. Sans compter Ronnie (David Bradley), le frère de Tom endeuillé par la disparition de sa femme. Arrive enfin la fiancée du fils…
Another Year se veut une exploration des sentiments de ce groupe de personnages au fil des quatre saisons, entre printemps et hiver, ou mieux une peinture sociale de la «middle class» (classe moyenne) britannique, soit des individus ordinaires confrontés à la vieillesse, la solitude et la mort.
Ce que l'on pourrait reprocher à Leigh, c'est d'avoir renforcé quelque part le cliché de la femme célibataire vouée à la solitude, l'abandon et la dépression, lui opposant l'image idyllique du couple harmonieux, paisible, généreux, équilibré, ne connaissant aucun problème. N'est-ce pas là une vision manichéenne et clichéique‑? Ça en a, en tout cas, tout l'air.
Justement, lors de la conférence de presse du film, interrogé par une journaliste qui lui demandait les raisons de «sa méchanceté avec le personnage de Mary», le réalisateur britannique n'a pas trouvé mieux que de lui conseiller dans un franc-parler qu'on lui connaît de «consulter un psychologue».
La princesse de Montpensier, de Bertrand Tavernier, lui aussi pèche par un fond et une forme trop conventionnels, ampoulés et bavards.
Nous sommes en 1562 sous le règne de Charles IX, les guerres de religion font rage… Dans ce siècle tourmenté, qui rappelle, à bien des égards, le nôtre, Marie de Montpensier, riche héritière du royaume, aime le jeune Duc de Guise et elle pense qu'il l'aime.
Entre violence guerrière, ambitions politiques, avidité de pouvoir, s'étire ce film qui ne réussit pas, malgré la débauche de moyens, entre décors, costumes et techniques employés, à accrocher, car trop lent, trop ronronnant, récitatif et démonstratif.
Tavernier a, peut-être, voulu prendre exemple sur le sublime Barry London, de Stanley Kubrick, mais il s'est retrouvé à des années lumière. N'est pas Kubrick qui veut.
On n'est donc loin du Tavernier de L'horloger de Saint-Paul, du Juge et l'assassin et de Coup de torchon. La créativité a-t-elle définitivement quitté le réalisateur de Mississipi Blues, on dirait en tout cas.
Autre film de la compétition exécré par l'ensemble de la critique internationale : Outrage, du Japonais Takeshi Kitano, qui nous resserre avec encore plus de violence et de folie meurtrière la guerre ultraviolente froide, implacable et inhumaine entre plusieurs caïds qui à coups de revolvers, de meurtres les uns plus terribles et horribles que les autres, se défient pour monter dans les rangs de l'organisation aux moyens de complots et d'accords morts-nés.
Dans Outrage, Kitano fait un retour aux films yazukas, des gangsters-caïds en vidéo pour filmer et orchestrer encore une fois la violence avec laquelle, dit-il, «il veut que le spectateur ressente la douleur». Or, justement, c'est plutôt le dégoût d'un filmage gratuit de la violence que nous avons ressenti. Car sans trame, sans fil conducteur qu'une harassante guerre entre caïds manipulés par le grand manitou et chef de l'organisation mafieuse qui finira par être, comme on le devine sans surprise, trahi par son second et plus proche collaborateur.
Outrage flirtant avec le racisme‑— la façon dont est appréhendé le personnage du diplomate noir africain le suggère en tout cas‑— aurait pu être intitulé «Différentes manières de tuer ou d'exécuter un être humain». Un vrai mode d'emploi sinistre et morbide. Kitano est lui aussi loin de ses films joyaux tels Doll (2002) ou Zatoichi (2003) qui lui a valu le Lion d'argent à la Mostra de Venise. Attendons donc le film du festival. S.D.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.