Décès du juge Mongi Chalghoum    Rencontre à Davos entre la cheffe du gouvernement et la directrice générale du FMI    Mission d'hommes d'affaires Tunisiens à Malte : La Conect veut dynamiser l'investissement bilatéral entre les deux pays    Hajer Gueldich: Célébration de la journée mondiale de l'Afrique du 25 mai    Finales Conférence Est NBA : Boston éteint Miami avec fracas dans le Game 4    Mercato : Aïssa Laidouni dans le viseur de ce club français    Météo: Températures élevées, ce mardi    Forum de Davos : Bouden rencontre un certain nombre de dirigeants politique et d'institutions internationales    Monde : Un tribunal ukrainien ordonne l'arrestation de l'ex-président Ianoukovitch pour trahison    Abu Dhabi : Plusieurs blessés dans l'explosion d'une bonbonne de gaz    Tunisie-Djerba [PHOTOS] : Retour du marché italien une pause de deux ans    La nouvelle Skoda Fabia remporte le Red Dot Award    Un Tweet. 41 mots. Deux photos ... et des messages    Le gouverneur de Ben Arous continue d'attirer les regards    La HAICA appelle le gouvernement à garantir des élections libres et équitables    "Time" : Poutine parmi les 100 personnes les plus influentes de 2022    Sfax: La coordination de l'Environnement rejette l'idée de réutiliser les équipements de la SIAPE [Vidéo]    Béja | Une tortue marine relâchée à la plage de Zouaraa    Sommet de la Francophonie en Tunisie...700 journalistes étrangers seront présents    Golf | Finale du championnat de Tunisie : La fête annuelle du golf à Gammarth    L'ancien ministre de la Culture, Ahmed Khaled est décédé    GCF se poursuit en ligne et propose les films de la compétition en streaming gratuit (Programme)    La Tunisie capable d'exporter 2,3 milliards d'euros d'habillement vers l'Europe    L'UGTT: Bientôt, une grève dans le secteur public    En dehors du stade, Ronaldinho n'est pas un bon joueur    Comar d'Or 2022: Liste des écrivains lauréats de la 26e édition récompensés au théâtre municipal de Tunis    Le Salon de la Tunisie à Lyon ouvre ses portes ce week-end : Authenticité et qualité    Pourquoi | Internet et ses problèmes    Enquête | Energies renouvelables : Une porte vers la justice sociale...    Tribune | Festival des fleurs de Namangan 2022 : La ville de Namangan fleurit pendant le printemps    Tourisme | 1.000 postes d'emploi disponibles à Djerba et Zarzis : L'absence de main-d'œuvre se fait sentir    Tribune | Réflexions autour du livre « Prison et Liberté, parcours d'un opposant de gauche de la Tunisie indépendante », de Chérif Ferjani : Quand la prose du narrateur fait trembler les frontières    Expatriés | Maâloul, sauveur d'Al Ahly SC    ESZ : Ça passe ou ça casse !    Noureddine Ben Ayed : je suis le président légitime de l'Utap    Le Courant démocrate boycottera les élections et le référendum    Météo: Températures en hausse, ce lundi    Officiel : Najla Bouden en Suisse...les raisons    Classement WTA : Ons encore 6e, un seul changement dans le Top 10    Commission consultative : Fadhel Moussa mécontent de la démarche de Kaïs Saïed    Inauguration d'une rue au nom de Claudia Cardinale à la Goulette : Un hommage amplement mérité    Coopération Tuniso-Mauritanienne : Renforcement des liens culturels et des projets communs    Claudia Cardinale en Tunisie du 25 au 30 mai courant    Ons Jabeur: Je suis déçue mais...    Palmarès de la 26ème édition du Comar d'Or    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    Mahdia : Sauvetage de 44 migrants clandestins    Un excellent nouveau livre de Hatem M'rad : Les dérives contraires en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'entreprise autrement | Une onzième année de perdue (VI)
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 01 - 2022


O
ui, nous avons encore perdu une année, alors que d'autres peuples ont non seulement gagné une année, mais plusieurs en termes d'accélération du progrès. Pire, perdu toute une décennie, partie en fumée, dans d'interminables conflits idéologiques, politiques, sociaux et autres.
Conflits et autres tiraillements sur fond d'immaturité, d'irresponsabilité, de règlements de comptes, d'opportunisme, de cupidité et d'autres vices. C'est pour cela que nous avons parlé de faillite morale à côté de la faillite, politique, économique, sociale et culturelle qui nous guette.
Toute une décennie de perdue, mais aussi les deux qui l'avaient précédée et aussi les trois d'avant elle. Résultat, aggravation de notre dépendance à tous les niveaux (alimentaire, économique, technologique, etc.) et régression flagrante dans tous les domaines ou presque. Une dépendance qui est devenue un vrai boulet et qui a pris d'assaut tous les domaines. Y compris celui du culturel, dans le sens où nous sommes devenus des imitateurs bruts.
Chose extrêmement grave qui veut dire que notre identité culturelle est en train d'être détruite par nous-mêmes et que c'est nous-mêmes qui importons des produits étrangers de rechange. Imitateurs culturels bruts, oui, tout comme cette importation anarchique qui a détruit notre tissu industriel, déjà fragile, et notre artisanat qui n'est autre que l'expression économique et technique de notre identité et de notre génie.
Même notre dépendance scientifique qui, à un certain moment de notre histoire, a commencé à devenir de plus en plus faible, est devenue aujourd'hui inquiétante. D'abord en l'absence d'une réelle volonté utile pour le renforcement des moyens, ensuite à cause du manque de moyens financiers, des sommes sont, en effet, dépensées en salaires dans la fonction publique et pour une meilleure sécurité.
Oui, le peuple voulait, en janvier 2011 «provoquer la chute du régime » (un autre fameux slogan) et se libérer d'un pouvoir mafieux, fasciste et policier. Le régime avait, en effet, voulu réprimer dans le sang le soulèvement populaire déclenché en décembre 2010, comme il avait fait pour mater le soulèvement du Bassin minier en 2008.
Un régime qui avait confisqué au peuple tous ses droits, et qui n'avait plus aucune légitimité, ni d'ailleurs aucune légalité (élections bidon). Un régime dictatorial, donc castrateur et violent et parfois sanguinaire, tenu par une bande corrompue jusqu'à la moelle des os.
Ladite bande était à la solde d'«Al ayla al melka» (la famille régnante, ou propriétaire). C'est-à-dire Ben Ali et son clan (sa famille élargie, Trabelsi et autres) qui se sont transformés en une véritable mafia. Celle-ci avait transformé le peuple en sujets et qui considérait le pays comme son propre ranch, et ce, grâce à une administration et des médias pourris, le RCD, parti fasciste au pouvoir et la police. (Voir notre précédente chronique).
Même le tabac, monopole de l'Etat, par excellence, production et commercialisation, est devenu la chasse gardée de la mafia. Le marché était inondé par les cigarettes de contrebande que l'on vendait sans aucun scrupule même devant le siège du ministère de l'Intérieur. Une marchandise encore plus toxique que celle du monopole et qui a coûté des pertes énormes au Trésor public.
Elle avait pour cela, ainsi que pour toutes les activités informelles et /ou illégales créé un dense réseau de contrebandiers et de détaillants et infiltré les forces de sécurité intérieures et les Douanes, l'administration publique, la justice, les médias, et le parti au pouvoir, donc les deux chambres législatives.
Toute décision de l'Etat était ainsi prise de façon à renforcer le pouvoir de ladite mafia, à lui faciliter l'accès aux richesses du pays, et à l'acquisition des parts de l'Etat dans les grandes entreprises. Pire, à lui garantir sa pérennité. La pieuvre œuvrait, en effet, d'arrache-pied, à ce que le chef de l'Etat soit toujours l'un de ses membres.
Lors d'un stage en journalisme économique effectué en 1994, en France, l'un des hommes d'affaires français interviewé, nous avait confié que la plupart de ses confrères évitent de consentir à de vrais investissements en Tunisie, car ils ont eu la certitude que notre pays était rongé par la corruption. Même remarque émise, en 2005 par le représentant d'une entreprise originaire du Golfe.
A cette époque-là, et dans le cadre de nos activités journalistiques, nous avons assisté, dans un hôtel de luxe, à un spectacle révélateur de ladite situation. Une réunion de haut niveau entre les autorités tunisiennes et une délégation de l'un des pays du Golfe.
Notre ministre des Affaires étrangères présidait alors les discussions préliminaires dans un salon en aparté. Entre alors en grande pompe Belhassan Trabelsi, beau-frère de Ben Ali. Toute l'assistance se lève et le ministre lui cède alors la présidence. Affaires étrangères dites-vous ? Affaires, tout court. Une scène qui en dit long sur le business de notre mafia.
Jusqu'à la fin du règne Ben Ali, nous avions été saisi, en tant que journaliste, de plusieurs dossiers de «destruction», par cette terrible mafia, de méga projets, à haute valeur ajoutée. Nous n'avions rien pu faire non sans quelques vaines tentatives. Le chef du régime mafieux a été écarté, mais le régime a, hélas, tenu bon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.