Mourad Jouini : les Tunisiens ne respectent pas la priorité à droite    Déviation partielle de la circulation au niveau de l'intersection "Ben Daha" à "Ezzahrouni"    Inflation : le gouffre entre le ressenti du Tunisien et les chiffres annoncés !    Abdesalem: Abdelli qui a soutenu Saïed, il goutte aujourd'hui au poison qu'il réservait aux adversaires de Saied    Série de limogeages au ministère du Transport    Monde : Daily Brief 08.08.22 l'ONU appelle à stopper toute attaque "suicidaire" contre des centrales nucléaires en Ukraine    Tunisair : Annulation de 3 vols en provenance de Bamako, faute de carburant    Zarzis: Ignorant le public, l'algérien Fayçal Sghaier se retire et refuse de donner le concert ! (Vidéo)    Ghannouchi : Soit la violence… soit le dialogue pour coexister    Recette : Comment trouver une bonne pastèque ?    Tunisie-Référendum: Rejet du recours intenté par Afek Tounès    Lotfi Abdelli: Je suis en danger, et cela peut être c'était mon dernier spectacle (Vidéo)    Tensions entre Lotfi Abdelli et les sécuritaires : ouverture d'une enquête    Boom de la fibre optique en Algérie !    Lutte contre la traite humaine : Il y a encore du chemin à faire    Référendum : le Tribunal administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Ukraine : Poutine aurait la solution, 100 000 soldats nord-coréens surentraînés    La galerie Saladin expose l'artiste-peintre Luigi Maria De Rubeis : Force et délicatesse    Festival international de Hammamet | Concert de Hamza Namira : Précieux moments de musique et de chant    Zouhair Maghzaoui : Ahmed Néjib Chebbi n'est qu'une vitrine pour l'islam politique    Grombalia: Les habitants protestent contre la coupure d'eau depuis plus de 3 mois (Audio)    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie : Trois morts à Bizerte    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    Le Premier ministre japonais effectuera sa 1ere visite en Tunisie et au Maghreb    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    Pourquoi | A propos des horloges    Météo : Le mercure grimpe jusqu'à 42 degrés    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LES CHUCHOTIS DU MARDI | Guerre en Ukraine : Poutine est-il dans une impasse ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 03 - 2022

ANALYSE | Nul doute, après cinq jours d'offensive russe, le sort de l'Ukraine semble compromis vu la supériorité du contingent militaire déployé par le Kremlin.
Toutefois, Vladimir Poutine semble être dans une impasse militaire, pour ne pas dire acculé dans le traquenard ukrainien… et ce malgré l'encerclement, jusqu'à l'écriture de ces lignes de Kiev et de plusieurs villes de l'Est et du Sud.
En effet, les grands desseins du maître du Kremlin misaient sur un «Blitzkrieg» (guerre-éclair) qui devait mettre à genoux les défenses ukrainiennes et précipiter leur capitulation face aux forces de l'infanterie russe et ses unités tactiques.
Poutine voulait également pousser les officiers de l'armée ukrainienne à faire défection et les inciter à s'insurger contre le pouvoir en place, voire renverser le président Volodymyr Zelensky. Mais voilà, les plans du président russe sont tombés à l'eau. Il n'a pour le moment atteint aucun de ses objectifs.
Parallèlement, les forces armées russes ne s'attendaient pas à un tel sursaut d'orgueil des combattants ukrainiens.
La résistance bleu et jaune a surpris tout le monde. Et l'agression russe a fini par raviver la flamme nationaliste et renforcer l'élan patriotique de soldats ukrainiens, bien épaulés (à distance) par les Occidentaux en termes de renseignements (couverture satellitaire, suivi tactique des opérations russes, etc.) et de livraison d'armes modernes et sophistiquées.
Par ailleurs, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a gagné la bataille de la communication sur les réseaux socionumériques (Twitter, Instagram, Telegram, Facebook, etc). Une com' fluide, dynamique et touchante contre une stratégie communicationnelle classique, stéréotypée et ennuyeuse du président russe à partir de sa tour d'ivoire (bureau) au Kremlin via la chaîne de TV étatique de la Fédération russe.
Manifestement, Poutine et ses généraux ont, non seulement, sous-estimé le charisme oratoire galvaniseur de foules et le magnétisme d'un ex-comédien et humoriste — star du petit écran —, mais aussi les capacités défensives de l'armée ukrainienne.
Face à une farouche résistance des forces armées ukrainiennes, notamment aux portes de Kiev et Kharkiv, le maître du Kremlin a fini par changer son fusil d'épaule en ayant concentré depuis, hier, ses «opérations spéciales» sur les villes de l'Est et du Sud ukrainien.
Après avoir conquis Marioupol (ville portuaire et principalement centre industriel du pays) et Melitopol, actuellement, les bombardements russes ciblent, principalement, Kharkiv (2e plus grande ville de l'Ukraine), Odessa (la 3e plus grande ville d'Ukraine et l'une des plus riches du pays) et Tchernihiv (une ville située sur la rive droite de la Desna, à 131 km au nord de Kiev), tandis que la chute des villes assiégées dans le Sud, notamment Berdiansk et Kherson (un important port de la mer Noire et du fleuve Dniepr ainsi que le siège de chantiers de construction navales), entre les mains des forces armées de Poutine semble inéluctable.
Il est à signaler que la conquête des trois villes du Sud — Marioupol, Melitopol et Berdiansk — représente un double enjeu stratégique pour Moscou: primo, faire la jonction entre le Donbass (les républiques séparatistes de Donetsk et Louhansk) et la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014. Secundo, priver, surtout, Kiev de son poumon industriel, Marioupol.
Illustration : La situation en Ukraine au 28 février 2022 à 7 heures. (Crédit: Alice Clair / Julien Guillot /©️ Libération)
En revanche, la chute de la ville de Kharkiv — un des plus importants centres industriels, culturels, scientifiques et universitaires d'Ukraine — serait un coup dur pour le pouvoir ukrainien. À l'image de Stalingrad lors de la Seconde guerre mondiale, Kharkiv est la clef de voûte de cette guerre et la pierre angulaire de l'offensive russe pour asseoir sa suprématie sur l'Est ukrainien.
Assurément, Poutine veut désormais scinder l'Ukraine en deux en suivant la frontière naturelle tracée par le Dniepr:
– Une rive Est sous contrôle/influence russe.
– Une rive Ouest sous l'étendard ukrainien.
Aux dernières nouvelles, l'armée russe a reconnu, avant-hier, pour la première fois enregistrer des pertes humaines au cours de ses opérations militaires sur le territoire ukrainien, sans pour autant donner des chiffres.
Dans le camp adverse, l'armée de l'Ukraine parle de plus de 4.300 soldats russes tués contre des dizaines de militaires ukrainiens.
Et pour ne pas conclure, devant l'avalanche de sanctions économiques/financières (l'exclusion de plusieurs banques russes du système interbancaire Swift et le gel des avoirs de la Banque centrale russe) et le tsunami des annonces de fermeture de l'espace aérien (européen et canadien) aux jets (privés) & compagnies aériennes russes, Poutine a annoncé avant-hier mettre en alerte la «force de dissuasion» de l'armée russe.
Malgré la tenue de pourparlers entre Russes et Ukrainiens, près de la centrale nucléaire de Tchernobyl, à la frontière ukraino-biélorusse, le «coup de bluff» du président russe (recours à la menace nucléaire) montre à quel point ce dernier est aujourd'hui isolé sur la scène internationale, pour ne pas dire dos au mur.
Certes la puissance militaire de Moscou est indiscutable, mais pour contrôler le deuxième plus grand pays d'Europe en termes de superficie (603.548 km2), le régime russe est bien parti pour s'enliser dans le bourbier ukrainien.
Et tout porte à croire que l'étau qui devait se resserrer autour de Volodymyr Zelensky s'est retourné contre Poutine : c'est l'effet boomerang dans un conflit qui est bien parti pour durer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.