Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dépendance énergétique | Flambée des prix du pétrole : La Tunisie prise au piège
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 03 - 2022

Le pays va devoir redoubler d'efforts pour accélérer sa transition énergétique, mais avant tout, pour faire face, dans l'immédiat, à l'urgence énergétique ravivée par la guerre en Ukraine.
Alors que le monde entier retient son souffle, craignant les conséquences désastreuses de la guerre en Ukraine, le débat sur les enjeux de la sécurité énergétique des pays refait surface. Si on se réfère à la classification des menaces sur la sécurité de l'approvisionnement énergétique adoptée par l'Institut français des relations internationales (Ifri), l'on admet que la flambée des prix des cours du pétrole, que connaît le monde aujourd'hui, constitue réellement une menace pour la sécurité énergétique, plus particulièrement des pays les plus dépendants des importations d'énergie. En effet, l'institut considère que la flambée des prix suite à des événements techniques, météorologiques, ou politiques isolés et non prévisibles comme étant un risque pour la sécurité d'approvisionnement. Il est d'ailleurs fort probable que cette menace perdure, d'autant plus que les analystes prévoient une guerre qui s'inscrit dans la durée. Ils estiment que, malgré la brève accalmie, l'envolée des prix continuera sur sa lancée pour frôler les 175, voire 195 dollars le baril. Une telle perspective « serait dramatique pour l'économie tunisienne et pourrait conduire à un scénario difficile à maîtriser sur le plan économique et social », prévient l'Iace dans une note portant sur les impacts de la guerre en Ukraine.
Une charge additionnelle insoutenable
Il faut rappeler dans ce contexte que la Tunisie est devenue un pays fortement dépendant des importations d'énergie. Quelques chiffres- clés mettent en exergue cette dépendance pétrolière qui nuit à la sécurité énergétique du pays. En effet, le déficit énergétique a été multiplié par 9 en seulement dix ans, passant de 0,65 Mtep en 2010 à 5,8 Mtep en 2019. En termes de pertes, le déficit de la balance énergétique représente à peu près 32% du déficit commercial, et ce, malgré le ralentissement de la consommation en 2021 et en 2020, un ralentissement dû à la crise liée au coronavirus.
Les incidences d'un tel déficit se font de plus en plus sentir sur le budget de l'Etat. Les dépenses de compensation des hydrocarbures n'ont cessé d'augmenter. Alors que les dépenses de compensation de l'énergie se sont établies à près de 4 milliards de dinars en 2021, le gouvernement table sur un montant aux alentours de 2.891 millions de dinars. Une enveloppe bien en deçà de ce qui devrait être alloué pour couvrir les dépenses de compensation, notamment si l'on sait que le budget de l'Etat pour l'exercice 2022 a été établi sur la base d'un prix de baril à 75 dollars et que le prix actuel dépasse désormais les 105 dollars. La charge additionnelle pour la caisse de compensation sera astronomique, étant donné que le subventionnement de 1 dollar sur le prix du baril engendre 128 millions de dinars à supporter par la caisse. Selon l'Iace, elle est estimée à 7 milliards de dinars! « Une telle charge est insoutenable pour le budget de l'Etat qui aura pour conséquence une augmentation inéluctable des prix à la pompe, qui pourrait atteindre 1,2 Dinar le litre environ, tous produits confondus, et jusqu'à 2 Dinars et plus le litre si les prévisions les plus pessimistes sont atteintes. Les deux tiers concernent les carburants routiers et un tiers la consommation industrielle, ce qui va avoir un impact sur le prix de l'électricité et, par conséquent, la compétitivité de nos entreprises. Toutefois, cet impact direct sera en partie compensé par une réduction de la consommation due au ralentissement de l'activité économique », note-t-on dans le document.
En réalité, la guerre en Ukraine n'a fait qu'accentuer et mettre à nu une crise de l'énergie qui se profile à l'horizon et qu'on a essayé de résoudre, après 2010, avec des rustines sans toucher aux racines. Plusieurs raisons ont, en effet, concouru à cette situation de forte dépendance aux importations énergétiques. Tout d'abord, il y a l'effondrement de la production nationale des hydrocarbures, dû au désengagement des investisseurs qui ont fui le pays depuis dix ans, en raison de l'instabilité politique.
Selon l'expert Mustapha Haddad, «l'effondrement de la production nationale d'hydrocarbures est la conséquence du mode de gouvernance publique et de l'instrumentalisation politique du secteur au cours des dix dernières années ». Ensuite, il y a le retard accusé, jusque-là, dans le programme de transition énergétique, censé renforcer la sécurité d'approvisionnement en énergie primaire et l'indépendance énergétique.
Maintenir la dépendance énergétique du pays à un niveau soutenable
C'est dans ce cadre que l'Ites a publié une étude sur la sécurité énergétique de la Tunisie à l'horizon 2030. Réalisée par l'expert Mustapha Haddad , le document esquisse les grands traits des plans d'actions à mettre en œuvre pour garantir la sécurité d'approvisionnement énergétique en Tunisie d'ici à 2030. L'auteur a mis l'accent sur le maintien de la dépendance énergétique du pays à un niveau soutenable, en tant qu'objectif stratégique, parmi d'autres. L'expert a identifié, dans le cadre de cet objectif, sept orientations stratégiques. Il s'agit de : la mise en valeur des ressources nationales d'énergie; la diversification du mix énergétique et du mix électrique; la diversification des fournisseurs du gaz naturel importé; la mise en œuvre des principes de la bonne gouvernance par les institutions et les entreprises publiques; la relance des investissements privés; le rétablissement de la production nationale d'énergie et l'amélioration de l'efficacité énergétique. Une vingtaine de mesures et recommandations ont été élaborées à cet effet. Parmi lesquelles, on cite principalement: la généralisation de l'utilisation du chauffe-eau solaire, l'accélération de l'électrification du parc véhicule; la mise en œuvre du programme de développement des énergies renouvelables à partir de 2022 et l'amendement de l'Article 13 de la Constitution de 2014 dans le sens d'une responsabilisation de l'exécutif.
Au demeurant, il est clair que, dans ce contexte, l'accélération du développement des énergies renouvelables est bien plus qu'un choix, c'est une orientation stratégique pour la Tunisie. C'est d'ailleurs, ce qu' a affirmé, récemment, la cheffe du gouvernement Najla Bouden qui a annoncé que le gouvernement a décidé d'accélérer la réalisation de l'objectif national à l'horizon 2030 en matière de production d'électricité à partir des énergies renouvelables, soulignant que « cette transition énergétique va contribuer à améliorer la sécurité d'approvisionnement face à la volatilité des prix, mais aussi à faire face au déficit énergétique structurel qui a atteint des niveaux inquiétants ».
Espérons que les projets solaires photovoltaïques de capacité 500 mégawatts, récemment approuvés, feront tache d'huile, la Tunisie va devoir redoubler d'efforts pour accélérer sa transition énergétique, mais, avant tout, pour faire face, dans l'immédiat, à l'urgence énergétique ravivée par la guerre en Ukraine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.