Tunisie Telecom finalise le projet de couverture des zones blanches    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Le comité de défense de Hamadi Jebali monte au créneau    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Covid-19 : un décès à Bizerte    Convoqué par un groupe de 26 avocats Brahim Bouderbala crie au complot    Tribune | Hommage à l'Armée nationale à l'occasion de son 66e anniversaire (II)    Menaces sérieuses contre le président Kaïs Saïed : Qui veut semer le chaos dans le pays ?    Bizerte : Saisie de 1,15 t de farine subventionnée    Pourquoi | Le bac, et après ?    Youssef Zied Elhechmi, Professeur agrégé en Médecine Intensive Réanimation et co-fondateur de la start-up HOPE HORIZON, à La Presse : «La solution d'ordonnance médicale SmartCare sera gratuite pour les patients, les médecins et les pharmaciens...»    Commentaire | Une étincelle dans la grisaille    Diplômés en technologie, ingénierie et mathématiques : La Tunisie, 2e pays au monde par le nombre    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Exposition «Khémaïs Khayati, la passion de la photo» à la Cinémathèque Tunisienne : Du cœur avec beaucoup d'argentique    Classement CAF: Le Top 10 des meilleurs championnats africains    ESS – CA : pas de huis clos, mais avec 5000 tickets de plus pour le public étoilé    Météo de ce samedi    Sousse: Prix au marché municipal de Msaken [Vidéo]    Le titulaire de la meilleure moyenne à Gabès: Je contribuerai au développement de mon pays [Vidéo]    L'UGTT commémore le 55ème anniversaire du décès de Ahmed Tlili [Vidéo]    Rached Ghannouchi solidaire avec Hammadi Jebali    JORT: Mourad Saïdane, nouveau directeur général de la sûreté nationale    Huawei Tunisie obtient le ICT Industry and talent development Award    Point de vue | Limite incontrôlable !    CSS : Objectif à moitié atteint    L'EST prend option sur le titre : Le flegme «sang et or»    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Ons Jabeur rassure son public    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Série de grèves sectorielles : Est-ce le bon moment ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 03 - 2022

On s'interroge sur ce que cache cette pléthore de grèves sectorielles décrétées ces derniers jours, sans prendre en considération les conséquences qu'elles provoquent auprès des citoyens, notamment celles appartenant aux catégories vulnérables
Les revendications des agents de la Steg, de la poste ou des municipalités ainsi que des stations de distribution des bouteilles de gaz domestique peuvent paraître légitimes sauf que lorsqu'elles sont exprimées, en l'étape actuelle, elles ne font que raviver les tensions sociales
En attendant la probable rencontre que les nouveaux membres du bureau exécutif de l'Ugtt conduits par le secrétaire général, Noureddine Taboubi, auront avec le Président de la République, Kaïs Saïed, dans les prochains jours ou dans les prochaines semaines, comme l'a annoncé Sami Tahri, secrétaire général adjoint, chargé de la communication, sans que la présidence de la République ne confirme ou n'infirme officiellement l'information et dans la perspective de la rencontre que le SG de la centrale ouvrière aura demain, vendredi 25 mars, avec une délégation du Fonds monétaire international dont les membres vont sonder, comme le laissent entendre certaines indiscrétions médiatiques répandues par ceux qui se disent au parfum de tout, si l'Ugtt soutient effectivement les programmes que le gouvernement propose au Fonds et lui demande de les financer, a-t-on le droit de se poser la question suivante : la série de grèves sectorielles (Steg, télécommunications, distributeurs de gaz, agents municipaux, etc.) est-elle à saisir comme l'annonce officielle que les syndicalistes menaçaient de déclarer au gouvernement depuis quelques semaines, dans le sillage de la concrétisation des revendications contenues dans les motions votées lors du congrès de Sfax tenu les 16, 17 et 18 février dernier ou s'agit-il d'une manœuvre visant à renforcer ses atouts lors des négociations que l'Ugtt aura à tenir avec le gouvernement et aussi lors de la participation des syndicalistes au dialogue national évoqué par Kaïs Saïed dans son discours du 20 mars ?
Le peuple, otage de la surenchère
Et si les observateurs et les analystes politiques examinent quotidiennement à la loupe les petites phrases de Kaïs Saïed, les envolées lyriques de Noureddine Taboubi et aussi les révélations à caractère secret produites par certains chroniqueurs dans l'objectif d'éclairer les Tunisiens sur les dessous de ces grèves à répétition et de «ce torchon qui brûle le matin pour s'éteindre le soir», les citoyens lambda ont d'autres questions à soulever et ils le font savoir clairement : pourquoi sommes-nous devenus les otages entre les mains des grévistes qui décident à tout moment de débrayer, mettant en danger nos intérêts, d'une part, et les autorités publiques, d'autre part, qui ne daignent même pas nous informer, à temps, que les bureaux de la poste ou de la Steg ne seront pas ouverts au public, tel ou tel jour, pour au moins nous éviter les déplacements et les dépenses inutiles ?
Quand les employés de la Steg décident une grève de deux jours (mercredi 23 et jeudi 24 mars), quand les agents de la poste baissent les rideaux dans toutes les antennes à travers la République pendant trois jours (23, 24 et 25 mars) et quand les distributeurs des bouteilles de gaz domestique font de même, personne ne peut comprendre ou soutenir ce mouvement de grève même si les revendications peuvent apparaître comme légitimes ou acceptables, surtout en cette période de difficultés économiques et de détérioration continue du pouvoir d'achat du citoyen.
En plus clair, les Tunisiens qui souffrent déjà des pratiques malsaines et inadmissibles utilisées par les spéculateurs et les trafiquants, au vu et au su de tout le monde, en dépit de la guerre antispéculation lancée ces derniers jours, peuvent-ils admettre que les bureaux de poste où ils ont l'habitude de percevoir leurs salaires et primes (surtout les retraités et les citoyens bénéficiaires des primes d'assistance sociale) vont fermer pendant les jours où leurs primes sont généralement versées.
Ce qui revient à dire qu'ils seront dans l'impossibilité d'honorer leurs engagements dans les délais prévus et aussi qu'ils ne pourront pas faire leurs emplettes en prévision du mois saint de Ramadan ?
Toutes ces interrogations bénéficient-elles de l'écho requis auprès de ceux qui décident d'observer les grèves en question et qui ne se soucient pas souvent des répercussions sociales que ces débrayages provoquent?
On s'interroge et on espère recevoir une réponse convaincante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.