Le comité de défense de Hamadi Jebali monte au créneau    Convoqué par un groupe de 26 avocats Brahim Bouderbala crie au complot    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Covid-19 : un décès à Bizerte    Tribune | Hommage à l'Armée nationale à l'occasion de son 66e anniversaire (II)    Menaces sérieuses contre le président Kaïs Saïed : Qui veut semer le chaos dans le pays ?    Diplômés en technologie, ingénierie et mathématiques : La Tunisie, 2e pays au monde par le nombre    Bizerte : Saisie de 1,15 t de farine subventionnée    Pourquoi | Le bac, et après ?    Youssef Zied Elhechmi, Professeur agrégé en Médecine Intensive Réanimation et co-fondateur de la start-up HOPE HORIZON, à La Presse : «La solution d'ordonnance médicale SmartCare sera gratuite pour les patients, les médecins et les pharmaciens...»    Commentaire | Une étincelle dans la grisaille    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Exposition «Khémaïs Khayati, la passion de la photo» à la Cinémathèque Tunisienne : Du cœur avec beaucoup d'argentique    L'UGTT commémore le 55ème anniversaire du décès de Ahmed Tlili [Vidéo]    Classement CAF: Le Top 10 des meilleurs championnats africains    ESS – CA : pas de huis clos, mais avec 5000 tickets de plus pour le public étoilé    Météo de ce samedi    Sousse: Prix au marché municipal de Msaken [Vidéo]    Le titulaire de la meilleure moyenne à Gabès: Je contribuerai au développement de mon pays [Vidéo]    Rached Ghannouchi solidaire avec Hammadi Jebali    JORT: Mourad Saïdane, nouveau directeur général de la sûreté nationale    Huawei Tunisie obtient le ICT Industry and talent development Award    L'EST prend option sur le titre : Le flegme «sang et or»    Point de vue | Limite incontrôlable !    CSS : Objectif à moitié atteint    Ferid Belhadj :le groupe " la Banque mondiale "vient en rescousse à la Tunisie    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Pourquoi | A quoi sert la digitalisation?    Ons Jabeur rassure son public    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    Moncef Ben Moussa nommé directeur général par intérim du musée national d'art moderne et contemporain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dernier bastion du stambeli, menacé de disparition : Pourquoi il faut sauver Sidi Ali Lasmar
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 03 - 2022

Que faire pour préserver cet art, aujourd'hui en danger de disparition ? Car il y a péril en la demeure : la zaouia, dernier bastion du stambeli, risque d'être vendue à l'encan.
Au cœur de la Médina antique, légèrement en retrait du boulevard Bab Jedid, au fond d'une impasse, Zaouiat Sidi Ali Lasmar est le dernier sanctuaire consacré à la communauté du stambeli, héritage spirituel et culturel de la communauté noire de Tunisie.
Elles étaient nombreuses les « maisons » consacrées à cette communauté, à Tunis et ailleurs, protégées par le bey, intégrées au pays qui, le premier, avait aboli l'esclavage.
Aujourd'hui ne subsiste à Tunis que celle de Sidi Ali Lasmar.
Alors on se pose la question : que faire pour préserver cet art, aujourd'hui en danger de disparition ? Car il y a péril en la demeure : la zaouia, dernier bastion du stambeli, risque d'être vendue à l'encan. Là n'est pas la seule menace : les festivals et célébrations officielles regardent ailleurs quand on parle de stambeli. La relève, bien que passionnée, est difficile, faute de moyens. Et les jeunes y viennent difficilement, cependant que les anciens survivent vaille que vaille sans aucune reconnaissance sociale.
Et pourtant ! Cet art, pas toujours bien connu, mêlant danses, musiques, et rituels, fait partie de notre patrimoine spirituel et culturel.
Il constitue un pont et un lien entre notre identité maghrébine et notre africanité quelquefois fois occultée.
Riadh Ezzawech qui, très jeune, a intégré la communauté stambeli et s'en est fait le porte- parole, a bien cru trouver la solution en fondant une association culturelle qui en assurerait la pérennité et lui garantirait soutien et aides institutionnelles. A ce jour, cela ne s'est guère vérifié, mises à part l'amicale attention que lui avait assuré, à ses débuts, le festival de la médina.
Une conférence de presse a réuni l'autre jour les journalistes dans le patio du sanctuaire. C'est un véritable appel au secours que lançait l'Association pour la culture du stambeli Sidi Ali Lasmar qui menace de disparaître. Appel relayé par les représentants, invités des communautés stambeli des autres régions qui se réduisent comme peau de chagrin.
Cette Association a pour mission de protéger la mémoire, de transmettre le savoir des derniers initiés, et Sidi Ali Lasmar est le dernier lieu sacré de la Médina qui recueille cet art ancestral. L'Association, quant à elle, s'attache à remplir son rôle d'agent culturel et artistique et n'hésite pas à sortir de ses murs pour de nombreuses manifestations, battant le rappel des troupes de stambeli de tout le territoire mais aussi de différents pays comme le Maroc, le Niger, l'Algérie.
Seulement à l'impossible, nul n'est tenu : faute de moyens, et bientôt de lieu, le stambeli risque de n'être plus que souvenir.
Voilà pourquoi il faut sauver Sidi Ali Lasmar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.