Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Stambali en Tunisie: une animation conciliant patrimoine et tradition
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 04 - 2019

Dans tout le Maghreb, une tradition musicale s'est répandue par les routes tracées entre le Maghreb et l'Afrique subsaharienne. Appelé Gnawa au Maroc, Diwan en Algérie et Stambali en Tunisie, cet art témoigne de l'histoire commune de cette pratique ancestrale et de la richesse de notre patrimoine musical. Le Stambali est une cérémonie envoûtante où la musique et la danse nous entraînent dans l'univers du Gembri (instrument à 3 cordes) qui encense le public jusqu'à la danse.
A travers toute la Tunisie, quelques dernières maisons dédiées au Stambali font perdurer cette tradition en faisant découvrir au public des expressions artistiques qui trouvent leurs racines dans la mémoire du continent africain. L'histoire du Stambali raconte l'héritage spirituel de la communauté noire tunisienne. Ces troupes de Stambali nous proposent des spectacles à caractère festif qui allient, dans un même élan, le côté spirituel et les anciennes traditions.
Croyances et pratiques musulmanes
Ce rite a vu le jour parmi les populations originaires d'Afrique subsaharienne transférées vers la Tunisie dans le cadre de l'esclavage. Dans une démarche syncrétiste d'intégration dans la société tunisienne, il a assimilé des croyances et pratiques musulmanes comme le culte populaire des saints pratiqué dans l'ensemble du Maghreb, ce qui a conduit à la constitution d'un panthéon composé d'esprits africains et de saints musulmans.
Il peut être comparé aux rites des Gnawas du Maroc, du Diwan algérien et du Makeli libyen dans le sens où les adeptes du Stambali, parfois appelés «bilaliens», considèrent aussi Sidi Bilal, esclave noir affranchi par Mahomet et premier muezzin de l'islam, comme le fondateur de leur confrérie, un mythe destiné à légitimer leur présence au sein d'une société dominée par l'islam. La troupe de Stambali Sidi Ali Lasmar est l'une des troupes qui pratiquent, jusqu'à ce jour, ce type de rite musico-thérapeutique en Tunisie.
Sous l'œil de Riadh Ezzawech, maître-initié de la troupe, les joueurs du Gembri et des crotales en fer vous transporteront dans un univers magique et mystique où les danses et l'esprit des anciens, mythes des esclaves affranchis, se mêleront aux chants des cultes de l'islam populaire. La troupe comporte plusieurs membres qui participent aux spectacles rituels de Stambali : musiciens, danseuses et l'Arif vous proposent un spectacle aux ambiances tamisées de la Médina de Tunis où chants et danses s'entremêlent dans un espace intime.
La troupe de Stambali Sidi Ali Lasmar
Le spectacle comporte plusieurs parties, dont chacune détient sa propre particularité au niveau de la musique, des couleurs et des odeurs. Découvrant ainsi cette tradition qui prend ses racines en Afrique subsaharienne et dont la sève coule au Maghreb.
Pourquoi le Stambali ?
Parce que c'est un art 100% tunisien. C'est une culture incarnant nos racines, mais marginalisée. On aspire, en outre, à la sauvegarde et la valorisation du patrimoine immatériel du Stambali, actuellement en danger en Tunisie et en voie de disparition. C'est un spectacle festif à partager avec tous. On agit pour faire connaître la culture Stambali en Tunisie et à travers le monde et assurer la pérennisation de ces traditions. Il est important de créer une nouvelle dynamique suscitant la réflexion et l'action autour d'une partie importante du patrimoine musical et symbolique tunisien, une partie d'ores et déjà bien présente dans l'imaginaire collectif.
L'association de la Culture du Stambali «Sidi Ali Lasmar», fondée le 23 mai 2016 à Tunis, a pour but de contribuer à la préservation de la culture Stambali comme héritage culturel ancestral. L'association promet aussi les différents aspects de cet art, en disposant des cours d'instruments Stambali et les règles de cette danse. (Page Facebook: Association de la Culture du Stambali Tunisie « Sidi Ali Lasmar« )


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.