Statue de Chokri Belaïd, pluies torrentielles… Les 5 infos du weekend    Bouden : « La création d'un conseil supérieur de l'éducation et de l'enseignement, oeuvrera à redonner à l'école son rôle d'ascenseur social »    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Marouen Abassi reçoit le gouverneur de la Banque centrale libyenne    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet 2022    Alerte météo | Des cellules orageuses feront leur apparition ce soir    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Premier League : Mejbri absent et CR7 Remplaçant, Man Utd battu à domicile    La CAF recadre le président De Laurentiis pour les joueurs africains    Talbi avec Lorient, Khazri avec MHSC et Skhiri avec Köln, 3 tunisiens vainqueurs ce dimanche    Tunisie – La crise économique risque de se compliquer encore plus    La statue de Chokri Belaïd provoque un tollé sur la toile    USA : New Mexico : La police enquête sur les meurtres en série de quatre musulmans    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ben Arous : saisie de 91 quintaux de farine subventionnée utilisée pour fabriquer les pains spéciaux    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    255 migrants migrants clandestins secourus en une seule nuit entre la Tunisie et l'Italie    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Vers la couverture sociale pour les travailleurs agricoles et de la pêche    Repères historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers    Bizerte: 3 enfants se sont noyés à Ghar El-Melh    Noureddine Taboubi inaugure le mémorial de Chokri Belaid (Vidéo)    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Pourquoi | Répercussions en chaîne...    Vacances estivales et activités pour enfants : Privilégier le divertissement et l'apprentissage    Mohamed Hammadi JARRAYA, Expert en économie et Président de l'observatoire «Tunisia Progress» à La Presse : «La relance, remède aux maux économiques»    L'USBG s'active sur le marché des transferts : Un mercato actif    L'USM se prépare pour la nouvelle saison : Une équipe new-look !    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Météo du dimanche 7 août 2022    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Kaïs Saïed ordonne le retrait de son poster placardé sur un minaret    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité    Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé    Tennis | Tournoi San José : Ons Jabeur éliminée en quarts de finale    MEMOIRE : Abdelwaheb DAMAK    La Tunisie condamne les raids menés par Israël dans la bande de Gaza    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    L'efficacité de l'action    Un Tunisien tué à Montréal : les détails    Décès d'un tunisien dans une fusillade à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Patricia Caillé, directrice de l'ouvrage «A l'œuvre au cinéma» (*), à La Presse : «Les techniciennes ne figurent pas dans l'histoire des cinémas»
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 07 - 2022

Lorsque l'on parle de cinéma au féminin, ce sont les réalisatrices qui monopolisent l'image. Les techniciennes, créatrices, monteuses, maquilleuses ou scénaristes sont souvent oubliées. «A l'œuvre au cinéma» raconte les parcours singuliers de ces tisseuses du cinéma. Le livre est le fruit de plusieurs recherches sur l'Afrique et le Moyen-Orient. Il est dirigé par Patrica Caillé (Université de Strasbourg /Crem) et Raluca Calin (Université de Paris-Sorbonne nouvelle/Ircav). Patricia Caillé nous a accordé cet entretien.
Parlez-nous du réseau Escales dans lequel le livre a été concu. En 2016, lors d'un colloque au Maroc, nous avons décidé de créer le réseau «Escales, Histoire économie et sociologies des cinémas d'Afrique et du Moyen-Orient». Dans le cadre de ce réseau international et multidisciplinaire, on voulait explorer les différents cinémas d'Afrique et du Moyen-Orient à partir d'une meilleure compréhension du fonctionnement des secteurs d'activité. Nous avons donc commencé par une enquête sur le spectatorat, ensuite nous avons travaillé sur la question des femmes dans le cinéma. Il ne s'agit pas seulement des réalisatrices, mais aussi des techniciennes (monteuses et scénaristes). Dans ce réseau, on travaille sur différents terrains dans plusieurs pays. Dans chaque pays, il y a une équipe de chercheuses qui partent des travaux de terrain, ce qui nous permet d'aboutir à des approches comparatives.
Qu'est-ce qui caractérise ces métiers de techniciennes au cinéma ?
Personnellement, j'ai travaillé sur la place des réalisatrices en Tunisie, mais on voulait étendre avec ces réseaux nos recherches aux collaboratrices et aux techniciennes créatrices. C'est ce qui a donné naissance à cet ouvrage qui porte le titre de «A l'œuvre au cinéma, professionnelles en Afrique et au Moyen-Orient». L'idée est de comprendre ce que font les femmes, comment elles le font, mais aussi comment elles arrivent à participer et à s'intégrer au fonctionnement des secteurs cinématographiques. A travers ces études, nous nous sommes rendu compte que les femmes sont présentes depuis longtemps et qu'elles ont participé à la valorisation des productions locales en participant à l'organisation des festivals de cinéma et à l'enseignement par exemple. En Tunisie, la présence des femmes dans ce secteur d'activité ne date pas d'hier et il y a une première génération qui est assez présente.
Il y a eu des pionnières...
En effet, Il y avait des pionnières en Afrique et au Maghreb, par contre, une présence continue qui n'est pas seulement liée à la réalisation est quelque chose de récent. Nous avons organisé des tables rondes avec des techniciennes et c'était étonnant la façon dont elles racontaient leur présence, ce qu'elles faisaient alors qu'on ne les voit pas. Les femmes sont là, elles font quelque chose, mais elles ne sont pas retenues dans l'histoire des cinémas nationaux.
Quels sont les métiers de femmes les plus lésées par l'histoire du cinéma ?
Là encore cela va dépendre des pays. Par exemple, en travaillant sur le Liban, j'ai constaté qu'on oubliait les réalisatrices. Mais il y a des femmes oubliées et qui ont contribué à l'organisation d'événements qui valorisent les patrimoines.
Quand on parle de cinéma au féminin, on ne parle que des réalisatrices et on oublie les monteuses et tous les autres métiers liés à la production d'un film...
Tout à fait ! Même en tant que chercheuses intéressées par ces questions, nous avons du mal à penser au-delà des réalisatrices. Nous nous sommes rendu compte que dans les travaux qu'on a produits que les réalisatrices sont très présentes. C'est pour ça que nous sommes en train de travailler sur un autre projet consacré uniquement aux techniciennes créatrices. Là aussi nous n'avons pas assez de données générales sur la technique liée à la création des films, que ce soit sur les hommes ou sur les femmes. Nous avons décidé de travailler alors sur les techniciens et techniciennes à partir d'une approche genrée et générationnelle.
(*) Ont contribué à ce livre : Patricia Caillé (Introduction), et Hayne Srour (Liban), Raluca Calin (Ethiopie), Claude Forest, (Andrée Davanture, monteuse, France), Ons Kamoun (Kahena Attia, monteuse, Tunisie), Dennis-Brooke Prince Lotsu (Ghana), et Leïla Djansi, réalisatrice ), Emna Mrabet (Tunisie).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.