Législatives, FMI, PDL… Les 5 infos de la journée    L'UBCI partenaire officiel de l'Extended sessions de « Jazz à Carthage »    Jasmin Open Monastir : Résultats de mardi et liste des qualifiées pour les 1/8    Tunisie – Découverte d'autres grandes sommes d'argent dans les comptes bancaires d'un syndicat de police    Le "devoir" de casser la rigueur budgétaire, 1100 recrutements et une explication hallucinante    L'école MedTech de la SMU rejoint un groupe d'élite d'écoles d'ingénieurs prestigieuses dans le monde    Etude Epson: sur fond de conflits et de crise économique, l'attention mondiale se concentre sur le changement climatique    Monde-Daily brief du 04 octobre 2022: Guerre en Ukraine : Kiev garde l'initiative militaire    FMI: Plus de 20 pays pourraient avoir besoin d'une aide d'urgence face à la crise alimentaire    Cherche-t-on à achever Tunisair ?    Abdelkader Boudriga recommande de moderniser les lois contre les chèques sans provision    Issam chebbi: Les restrictions excessives aux partis confirment l'illégitimité des prochaines législatives    Tunisie-coronavirus : Nouveau bilan    Tunisie : Incendie au siège de la société des chemins de fer    British Council mise sur de nouveaux modes d'apprentissage et de connexions    Photo du jour : "grand ménage" au Palais de justice de Tunis    Le FMI a dit oui à la Tunisie ?    Tunisie: Recrutement de 1100 assistants universitaires    Réouverture de l'inscription à distance pour les élèves des écoles privées    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'académie française de médecine    Maroc : Le paradis des fonctionnaires fantômes, plus de 90 000 dans le public    L'ile du pardon: Le dernier chef-d'œuvre mondial de Ridha Béhi    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Les Tunisiens de France rapportent à l'Etat 3807.9 MD    Ce qu'a dit le Ministère de l'Infrastructure de l'Ukraine sur la Tunisie    Moncef Dhouib : quel sort réserve-t-on à l'église de Sfax après l'arrêt des travaux ?    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    Des héros anonymes    DECES : Leïla DEHAIMI    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 08 - 2022

Le président d'Ennahdha répand un discours complètement coupé des réalités imposées par le processus du 25 juillet.
«Les propos de Ghannouchi obéissent à une stratégie fondée sur le mensonge, l'intox et la manipulation», estiment beaucoup d'observateurs
Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et président du parlement dissous, est-il conscient que la dynamique du 25 juillet 2021 et le référendum du 25 juillet 2022 sur la nouvelle Constitution ont introduit une métamorphose, à plusieurs dimensions, sur le paysage politique national, ont ouvert la voie à un nouveau discours politique qui a rompu totalement avec «les constantes et les certitudes dites révolutionnaires» de la période d'avant-25 juillet et ont amené les Tunisiens, y compris les partisans les plus fervents du parti de Montplaisir, à adopter un nouveau comportement à l'égard de la classe politique, plus particulièrement celle qui a dirigé le pays durant les années considérées comme la décennie noire ? Un comportement et une attitude qui se résument, le plus simplement du monde, en le refus catégorique et énergique de voir les politiciens et aussi les politiciennes de l'époque fin 2011 jusqu'au 25 juillet 2021 réintégrer la vie politique nationale, retrouver l'arène où ils officiaient auparavant et reproduire les discours qu'ils ont professés durant plus de dix ans, lesquels discours et approches ont sécrété les catastrophes et les crises sans fin dans laquelle la Tunisie se morfond depuis des années.
On se pose la question le plus légitimement du monde et on attend une réponse qui ne viendra sûrement jamais, à la lumière des dernières apparitions médiatiques, sur des supports étrangers, du président d'Ennahdha qui donne l'impression, voire justifie la thèse selon laquelle on affirme dans plusieurs milieux qu'il vit, depuis le 25 juillet 2021, en dehors de l'histoire et qu'il n'a pas réussi à saisir les nouvelles réalités imposées par le processus du 25 juillet.
Un discours destiné à l'étranger
C'est ainsi que les observateurs et les analystes des déclarations de Ghannouchi — qu'ils considèrent destinées principalement à l'étranger — n'hésitent pas à affirmer que le président d'Ennahdha cultive un véritable déni de la vérité quand il prétend et s'octroie le droit de parler au nom des Tunisiens et prétendre que «ces derniers espèrent revivre une seule journée des années où Ennahdha dirigeait le pays ou participait au pouvoir».
Ghannouchi développe, en effet, le discours rituel soutenu par les opposants au processus du 25 juillet 2021, estimant que les multiples mesures exceptionnelles prises par le Président Kaïs Saïed et couronnées par le référendum du 25 juillet 2022 sur la nouvelle Constitution, en attendant les législatives anticipées prévues le 17 décembre prochain, n'ont eu pour effet que de baliser la voie à «l'établissement d'une dictature naissante et à la réinstauration de la répression des voix libres comme à l'époque révolue du parti unique».
Ce discours professé sur la chaîne France 24 face à un intervieweur paraissant hautement informé de ce qui se passe en Tunisie et n'hésitant pas à contrecarrer les fausses déclarations de Ghannouchi, habitué à des interlocuteurs complaisants et avalant aveuglément ses propos, a-t-il encore la possibilité de convaincre les Tunisiens qui savent, désormais, que la stratégie nahdhaouie est fondée essentiellement sur le mensonge, la manipulation, les fausses informations présentés comme des réalités absolues et la recherche du soutien du public étranger n'ayant pas accès aux vérités.
Pour revenir «aux vérités distillées» par Rached Ghannouchi au public qu'il croit acquis à ses thèses dans la mesure où ce même public ne suit pas régulièrement le développement des événements en Tunisie, ou séduit par ce que proposent les chaînes TV pro-Ennahdha qui font tout pour diaboliser «le régime putshiste qui ne croit ni au pluralisme ni à la démocratie», comme le souligne le président nahdhaoui, l'on peut dire qu'il prêche dans le désert dans la mesure où ceux qui critiquent en Europe et aux Etats-Unis la démarche suivie par le Président Kaïs Saïed appellent effectivement à la réinstauration d'une vie démocratique ordinaire. Toutefois, ils n'ont jamais exigé le retour de l'ancien parlement dont ils ont, maintes fois, dénoncé les dépassements et les dérives qui ont ouvert largement la voie à l'avènement du processus du 25 juillet.
Ghannouchi a beau crier que son parti a confiance en la justice, qu'Ennahdha «n'a rien à voir avec les opérations terroristes et les assassinats politiques» et que «le parti est habité par de réelles craintes d'être disssous» pour être privé de participer aux élections anticipées du 17 décembre prochain, ses propos et ses affirmations qu'il prend pour des vérités absolues ne semblent pas convaincre encore beaucoup de Tunisiens, y compris parmi les adhérents au parti qui expriment, de jour en jour, leur désaprobation des choix de leur président, de plus en plus, lui aussi isolé à Montplaisir même si certains caciques sont encore là mais sélectionnent les moments pour s'exprimer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.