Législatives, FMI, PDL… Les 5 infos de la journée    L'UBCI partenaire officiel de l'Extended sessions de « Jazz à Carthage »    Jasmin Open Monastir : Résultats de mardi et liste des qualifiées pour les 1/8    Tunisie – Découverte d'autres grandes sommes d'argent dans les comptes bancaires d'un syndicat de police    Le "devoir" de casser la rigueur budgétaire, 1100 recrutements et une explication hallucinante    L'école MedTech de la SMU rejoint un groupe d'élite d'écoles d'ingénieurs prestigieuses dans le monde    Etude Epson: sur fond de conflits et de crise économique, l'attention mondiale se concentre sur le changement climatique    Monde-Daily brief du 04 octobre 2022: Guerre en Ukraine : Kiev garde l'initiative militaire    FMI: Plus de 20 pays pourraient avoir besoin d'une aide d'urgence face à la crise alimentaire    Cherche-t-on à achever Tunisair ?    Abdelkader Boudriga recommande de moderniser les lois contre les chèques sans provision    Issam chebbi: Les restrictions excessives aux partis confirment l'illégitimité des prochaines législatives    Tunisie-coronavirus : Nouveau bilan    Tunisie : Incendie au siège de la société des chemins de fer    British Council mise sur de nouveaux modes d'apprentissage et de connexions    Photo du jour : "grand ménage" au Palais de justice de Tunis    Le FMI a dit oui à la Tunisie ?    Tunisie: Recrutement de 1100 assistants universitaires    Réouverture de l'inscription à distance pour les élèves des écoles privées    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'académie française de médecine    Maroc : Le paradis des fonctionnaires fantômes, plus de 90 000 dans le public    L'ile du pardon: Le dernier chef-d'œuvre mondial de Ridha Béhi    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Les Tunisiens de France rapportent à l'Etat 3807.9 MD    Ce qu'a dit le Ministère de l'Infrastructure de l'Ukraine sur la Tunisie    Moncef Dhouib : quel sort réserve-t-on à l'église de Sfax après l'arrêt des travaux ?    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    Des héros anonymes    DECES : Leïla DEHAIMI    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Après le report du verdict de la commission nationale d'appel au 6 septembre : La fuite en avant
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 08 - 2022

L'organe juridictionnel de deuxième instance semble se dérober et vouloir gagner du temps avant de prendre une décision qui sera lourde de conséquences.
Le temps, c'est de l'argent. Il est déplorable que même au niveau de la Commission nationale d'appel, on n'en est pas assez conscient. Le Bureau fédéral a pris l'engagement de rester les bras croisés et de ne décider du sort des équipes qui contestent leur rélégation, de la composition des divisions, de la formule du championnat, du calendrier qu' après le verdict de cette commission. Celle-ci paraît ne pas apprécier cette distinction et l'estime comme un cadeau empoisonné. Et même comme un traquenard qu'elle fait tout pour contourner, voire pour s'en débarrasser. Ce sont les clubs qui vont payer, en fin de compte, la lourde facture de ce renvoi de l'ascenseur. Wadii Jary, qui avait tant attendu une perche juridique pour élaborer un plan rapide de sortie de crise et sauver la face, est ainsi mis dos au mur, tellement ce report d'un mois va compliquer davantage sa tâche et va faire monter de plus en plus la grogne dans le camp des clubs pros et amateurs.
Gros dilemme
Restera-t-il les mains liées jusqu'à la date du 6 septembre? La réponse est non. Pourquoi ? Eh bien, parce qu'il va être confronté à un gros dilemme. La note circulaire que la FTF vient d'adresser aux clubs précise que la date limite du dépôt du dossier d'engagement des clubs pour la saison 2022/ 2023 est le 31 août, soit 6 jours avant le verdict du 6 septembre. Tout club qui ne respecte pas cette date sera exclu de la compétition. Est-ce normal, logique et sensé ? Bien sûr que non ! Pour une raison toute simple : les frais et les conditions d'engagement diffèrent entre les clubs de la Ligue 1 et ceux de la Ligue 2. Sur quelles bases des clubs, comme l'OB, l'ESHS, l'ESZ et l'ESM, dont le sort est tributaire de la décision du 6 septembre vont-ils déposer leurs dossiers d'engagement le 31 août ? Comme des clubs appartenant à la Ligue 1 ou comme des clubs de Ligue 2 ? Une nouvelle impasse que la FTF aurait dû éviter pour ne pas donner cette fâcheuse impression qu'elle manque de visibilité, de lisibilité et de cohérence dans les décisions qu'elle prend à la sauvette et à l'aveuglette pour découvrir après qu'elles sont en contradiction avec la réalité et le contexte du moment. Outre la date butoir du dépôt du dossier d'engagement qui pose problème et qui n'est pas sensée, va se poser le problème des contrats des joueurs recrutés et des clauses qu'ils vont contenir. La grille des salaires et des différentes rémunérations plafonnés n'est pas la même pour les joueurs de Ligue 1 et les joueurs de Ligue 2. Contrairement aux joueurs de Ligue 1, dont les salaires et prime de rendement sont volumineuses, le salaire d'un joueur de la Ligue 2 ne doit pas dépasser 3 fois le Smig horaire (1.300 dinars environ ) et sa prime de rendement ne doit pas franchir le seuil de neuf mille dinars par saison. Les frais de qualification des joueurs des deux Ligues n'obéissent pas aux mêmes règles et barèmes (frais d'inscription, contribution au fonds de solidarité qui est de 5% du montant total des salaires pour les joueurs de la Première Ligue contre 2% pour ceux de la Ligue 2, etc). Le mercato d'été à ouvert le 9 juillet et sa clôture est fixée au 30 septembre. Jusqu'au 6 septembre, les clubs, dont le sort est inconnu, resteront figés et ne pourront pas signer de contrat pour les nouvelles recrues ni renouveler les licences de leurs joueurs encore sous contrat. Ils seront lésés par rapport à ceux qui ne sont pas concernés par la date du 6 septembre et qui ont déjà commencé à étoffer et à enrichir leur effectif en réalisant les meilleures opérations de recrutement sur le marché des transferts . En outre , ces équipes n'ont pas encore repris les entraînements ni établi un programme de préparation et de stages, vu le flou qui plane encore sur leur avenir. Peut- on parler d'égalité des chances devant une telle incertitude sur la nature du championnat, le nombre des clubs, le calendrier ? Pas du tout.
Wadii Jary ne peut rester inactif ni impuissant devant de telles aberrations et, en tant que premier responsable de notre football, il est devant l'obligation de monter au créneau, d'apparaître sur le devant de la scène, d'assumer ses responsabilités et de prendre lui-même le taureau par les cornes.
La Commission nationale d'appel ne lui a pas fourni la perche de salut tant souhaitée et ne lui fera pas visiblement de cadeau. Il doit réagir et riposter au plus vite. ''Time is money '' et chaque jour de retard ne le fera que le rapprocher de plus en plus de la gueule du loup.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.