Zied ghanney : Il faut légaliser le cannabis    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'indice des prix de l'immobilier se hisse de 10,9% au terme de 2020    L'Europe renonce à son projet de résolution contre l'Iran    Le prix du carburant flambe et attise la colère populaire    Les manifestants pleurent la jeune Kyal Sin et défient la junte    Tunisie Valeurs présente son portefeuille type dans lequel figure une dizaine de valeurs    a quoi ressemble super congélateur où est conservé vaccin anti covid?    Eléments pour une histoire sainte    Semaine Boursière : Le marché affiche une tendance résolument haussière    Les prix de l'immobilier ont augmenté de 11% durant le 4e trimestre de 2020 (INS)    Tunisie-Imed Boukhris : La position de Kais Saied par rapport au remaniement ministériel était basée sur des données de l'INLUCC    Entretien au Caire entre le chef de la diplomatie tunisienne et le directeur général de l'OADA    L'Union interparlementaire s'est saisie de la plainte de Abir Moussi    Analyse statistique : La Tunisie est le dernier pays au monde à vacciner sa population...    Coronavirus: Allègement du couvre-feu du 22h à 05h du matin    Tunisie-Ligue 2 : Les arbitres de la 6ème journée    Une campagne sans logo, le pari osé de l'opérateur Ooredoo Tunisie (Photos)    Tunisie : Une conférence de presse sur les nouvelles mesures sanitaire [Vidéo]    Loi ESS: le 30 juin, date limite pour publier les textes réglementaires    L'ANSI appelle les chefs d'entreprises à faire preuve de vigilance face aux menaces cybernétiques    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 05 MARS 2021 à 11H00    Abdellatif Mekki appelle Hichem Mechichi à rendre les vaccins aux Emiratis    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    Abir Moussi est un danger pour la Tunisie, selon Samia Abbou    CONDOLEANCES : M. Tarak Karoui    Rached Ghannouchi : Il faut protéger Seifeddine Makhlouf    Al Ahly d'Egypte : l'international tunisien Ali Maaloul récupère bien de sa blessure au ischio-jambiers    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Personnes malvoyantes | Ecriture braille : Une nouvelle invention voit le jour    Ce soir au théâtre des jeunes créateurs : «Don Quichotte, céder le passage» de Chedli Arfaoui    Boxe | En marge du tournoi de Bulgarie : Prestation encourageante de Khouloud Halimi    CAN U20 | Match de classement pour la 3e place – Gambie-Tunisie (Ce soir à 21h00) : Sur une note positive !…    Ligue 1 | 15e journée – CAB-ST (1-0) : La victoire du cran !    Commission mixte 5+5 entre l'Utap et le gouvernement : Un accord sur divers domaines d'activités    La poésie en questions | Le prisme des herméneutes    Vient de paraître | « Les siestes du grand-père, récit d'inceste » de Monia Ben Jémia : La banalité du mal    Appel à projets 2021 du Fonds d'aide à la coproduction cinématographique tuniso-français    FC Barcelone : touché au genou, Piqué incertain face au PSG en Ligue des champions    Covid-19 : 32 décès et 635 nouvelles contaminations recensés le 3 mars 2021    Noureddine Taboubi : La démission de Hichem Mechichi est une condition pour le début du dialogue national !    Météo: Prévisions pour vendredi 05 mars 2021    Sortie officielle du film documentaire : Je suis ma propre république    Ocres patines du temps fugace    «Om Layoun» un film documentaire tendre et sans compromis        Tunisie: Daily brief du 4 Mars 2021    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Notre trésor national
La Presse Femme : Dr Tawhida Ben Cheïkh, première médecin musulmane en Tunisie et dans le monde arabe
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 08 - 2010


• Une panoplie de records dans plein de domaines
Qui parmi nous n'a pas rêvé un jour d'avoir pour mère, grand-mère ou arrière-grand-mère une femme telle que Tawhida Ben Cheïkh, première bachelière tunisienne musulmane, première médecin musulmane, en Tunisie et dans le monde arabe, première gynécologue femme, première chef de service de gynécologie femme, première Tunisienne membre du Conseil de l'Ordre des médecins de Tunisie, première responsable de la première structure publique de planification familiale, première rédactrice en chef du premier magazine féminin tunisien et femme plus que centenaire…?
Tout le monde, sans doute, car avoir ce statut exceptionnel et exemplaire, à plus d'un titre, c'est entrer dans l'histoire par la grande porte. Même son prénom Tawhida, version du concept «unicité», participe sans le vouloir à ce parcours hors du commun.
Née le 2 janvier 1909 à Tunis, d'une famille originaire de Ras Jebel (gouvernorat de Bizerte), Tawhida Ben Cheïkh perd son père précocement et est élevée par sa mère.
Elle poursuit ses études primaires à l'école de la rue du Pacha et y obtient son certificat d'études primaires en 1922. Elle intègre alors le lycée de la rue de Russie (ex-Armand Fallières) pour devenir en 1928 première bachelière tunisienne musulmane.
Grâce aux encouragements du Dr Etienne Burnet (1873 Maurupt-France-1960 Tunis),directeur à partir de 1936 de l'Institut Pasteur de Tunis (après le décès de Charles-Nicolle), elle part en 1929 à Paris poursuivre ses études supérieures. Là et après trois bonnes années d'études, elle obtient le PCB (diplôme de physique, chimie et biologie) lui donnant ainsi droit à l'accès à la faculté de Médecine de Paris pour en sortir diplômée en 1936, après avoir soutenu avec brio, sa thèse de doctorat dont le thème est : « Contribution à l'étude du myxoedème chez le nourrisson» (voir : La Médecine en Tunisie (1881-1994) : Dr Mohamed Moncef Zitouna - Tunis, S.D : 480 p. Simpact). Elle devient ainsi la 31e parmi les cent premiers médecins tunisiens musulmans et ne sera rejointe qu'en 1950 par Hassiba Ghileb (née le 29 octobre 1916), diplômée de la faculté de Paris.
Entre-temps et au cours de son séjour à la Ville des Lumières, Tawhida Ben Cheikh adhère à l'Association des étudiants musulmans d'Afrique du Nord en France (1931).
En tant que membre de ladite association, elle est invitée à prononcer une allocution à la tribune du congrès de l'Union des femmes françaises (1931), discours dans lequel elle brosse un tableau sur la condition défavorable de la femme musulmane dans les colonies françaises.
Toujours lors de son séjour français, elle  participe également à la rédaction du bulletin de l'association en question (compte rendu de l'hommage rendu à Tawhida Ben Cheikh organisé à Ras Jebel le 4 novembre 2009 - Ach Chourouq du 8 novembre 2009).
Une carrière exemplaire
Ainsi auréolée, avec en plus le titre de «la plus jeune lauréate en médecine en France» (Abdelmajid Sahli - Le Renouveau du 22 février 2009), Tawhida Ben Cheikh s'installe à Tunis et commence sa carrière de médecin de libre pratique dans son cabinet, sis au 42, rue Bab Mnara (Leaders. com - 31 décembre 2008), les médecins tunisiens n'ayant pas à l'époque le droit d'exercer dans le secteur public.
En Tunisie, Tawhida Ben Cheikh milite pour une meilleure santé de ses compatriotes et s'oriente vers la gynécologie - obstétrique. En 1955, elle devient donc chef du service de ladite spécialité à l'hôpital Charles-Nicolle à Tunis, qu'elle dirigera jusqu'en 1964, date à laquelle elle prendra la tête du service de la même spécialité à l'hôpital Aziza-Othmana à Tunis.
Elle dirigera le service jusqu'en 1967, année au cours de laquelle elle fait valoir ses droits à la retraite.
Tawhida Ben Cheikh marque encore une fois l'histoire sanitaire de la Tunisie, en prenant en 1970 la tête de la direction de la planification familiale au ministère de la Santé publique, structure fraîchement créée afin de donner une politique déjà amorcée au milieu des années 60, mais assurée jusque-là par l'Association tunisienne du planning familial.
Tawhida Ben Cheikh devient aussi la première médecin femme à siéger au Conseil national de l'Ordre des médecins de Tunisie après l'Indépendance (bureau élu en 1959 sous la présidence du Dr Mahmoud El Materi).
En 1962, elle sera élue au poste de vice-président, afin de seconder le Dr El Materi. Ce dernier démissionne en 1963 de son poste pour des raisons personnelles, et Tawhida Ben Cheikh travaille donc avec le Dr Tahar Zaouche à la présidence du conseil. Elle gardera son poste jusqu'en 1988, et restera la seule femme dans cette structure jusqu'en juillet 1970 (voir‑: L'Ordre des médecins 1958-2008‑: le bilan. Tunis : publication de l'Ordre des médecins de Tunis 2008, 157 p).
Sur le plan extra-professionnel, Tawhida Ben Cheikh continue de militer pour améliorer la condition de ses compatriotes. Membre de l'Association des femmes musulmanes de Tunisie, elle devient ainsi en 1937 première rédactrice en chef du premier magazine féminin tunisien édité en langue française Leïla.
Elle milite aussi au sein du Croissant-Rouge tunisien (créé le 7 octobre 1956) pour devenir son vice-président.
«C'est une grande dame, affable, courtoise, attentionnée et affectueuse (matbouaâ ou bent hlel ou ness mleh)», nous confie M.S.K. 75 ans, ancienne patiente de la célèbre gynécologue obstétricienne à partir du milieu des années 50 à propos de Tawhida Ben Cheikh. Témoignage que nous avons recueilli et dont l'auteure qui a requis l'anonymat‑— parce que, d'après elle, ne voulant pas être associée à un honneur qu'elle ne mérite pas‑— l'a livré fortement émue.
Bonne santé et longue vie donc à notre chère médecin et militante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.