Parlement européen : La plénière du 19 octobre se penchera sur la situation en Tunisie    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Habib Torkhani- Une enquête judiciaire a été ouverte contre Moncef Marzouki    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]        Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Kaïs Saïed commémore le 58ème anniversaire de la fête de l'évacuation à Bizerte    Coronavirus: 3 décès et 220 nouvelles contaminations, Bilan du 13 octobre 2021    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Fête de l'évacuation- Yassine Azaza: La Tunisie se libère des mercenaires et des traîtres    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Notation : La Tunisie classée dans la case "obligation spéculative de très mauvaise qualité"    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Le ministère de la santé baisse le nombre des jours de confinement    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    L'argentin Hernan Crespo limogé du poste d'entraîneur de Sao Paulo    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    JCC 2021 sous le slogan "Rêvons, Vivons": Nouveautés et films en compétition de la 32e édition    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Monde- Daily brief du 12 octobre 2021: Le gouvernement norvégien démissionne    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Stade s'en remettra-t-il ?
Inquiétudes et position désobligeante
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 06 - 2016

Après avoir pleinement vécu, joliment chanté, séduit et enflammé, le Stade pose un genou à terre et il lui faudra beaucoup de ressources pour éviter d'y mettre le second et de sombrer...
C'est vraiment frustrant. On ne retient ces derniers temps que des choses négatives au Stade Tunisien. Une habitude? Certainement. Mais une habitude qui devient au fil du temps une réalité.
C'est dire comment le ST est devenu une source d'inquiétudes, des décisions surprenantes, le plus souvent désobligeantes.
Le Stade, véritable bastion du football tunisien, ne mérite pas le traitement que lui infligent ses hommes, ni l'excès d'indignité dont il est la victime de la plupart d'entre eux.
Au vu de ses limites, à la fois sportives, administratives et financières, le bureau directeur qui a pris la charge de diriger le club s'est trouvé incapable de s'acheter une conduite. Par leurs attitudes, ses membres, et notamment ceux qui se sont érigés curieusement en décisionnaires et aux postes de responsabilité, ont participé au développement d'un véritable marasme au sein du club. Un marasme ponctué par la relégation en Ligue 2.
Nous sommes conscients du fait que le football engendre forcément des heureux et des déçus, mais cela ne peut constituer une excuse à autant de dérives et de déviations. Porteurs d'images et de valeurs pour toutes les composantes de la famille stadiste, ces responsables parachutés avaient pourtant des devoirs à ne pas manquer.
Il faut dire que dans le contexte actuel, plusieurs clubs ont subi les manquements de leurs responsables. La vie n'est plus simple pour certains clubs, mais davantage pour le ST dont l'enlisement semble plus que jamais collectif.
Aujourd'hui et indépendamment de ce qui a été gâché, le ST ne devrait pas se démonter. Il n'a pas le choix. Il est ainsi dans l'obligation de chercher son salut sans relâche.
Le sport en général, et le football en particulier, sont une perpétuelle remise en question. Souvent, ce qui est fait est fait, en bien ou en mal. Il faut toujours voir devant et avoir une conscience au quotidien.
Au fait, tout devrait commencer pour les uns au moment où tout semble finir pour les autres. Mais l'on ne sait pas encore si l'actuel président a encore l'intention de rester. Une chose est cependant sûre: quelle que soit la décision qu'il va prendre, l'entourage ne sera plus le même. Un profil bien déterminé de responsables sera exigé. Il devrait servir à rompre et à mettre fin à la médiocrité. Ceux qui ont profité de la victoire aux élections de l'actuel bureau directeur n'ont pas seulement failli à leurs tâches, mais ils ont aussi porté préjudice au club.
Les principes qui se diluent
Attention, ceux qui viendront ne seront pas là pour la relève, mais plutôt pour remettre de l'ordre dans un club qui s'est égaré. Tout cela devrait servir à enjoliver une construction collective. Les possibilités et les limites des Stadistes sont en eux. Comme toujours, elles se tiennent dans l'adaptation aux contingences et dans l'aptitude à les exploiter à bon profit. Ordre et progrès, ce sera la devise des personnes qui sont animés de la volonté de redorer le blason du club.
Il faut dire que le club du Bardo était, ces derniers temps, sujet à un accroissement de déficits, de défaillances et de dérives. Des irrégularités dans la gestion quotidienne et à long terme. Les responsables des temps modernes étaient incapables de comprendre et de réaliser que le Stade est plus qu'un club. Le dérèglement s'est installé au moment où le dévouement pour le club était bafoué. L'incompétence faisait des ravages et la médiocrité était déclarée. Les faiblesses conjoncturelles s'ajoutaient aux insuffisances congénitales, les mauvais choix se multipliaient, les décisions fantaisistes s'accumulaient, les principes se diluaient, la cohérence s'évanouissait...
Dans la foulée, on devrait aujourd'hui éviter d'attribuer les raisons de cette décadence à la chance ou à des facteurs extérieurs, comme les sanctions et la radiation à vie de certains joueurs. Le parcours de l'équipe et le mode d'emploi des responsables, on ne les voit pas seulement comme défaillants, mais surtout comme une déviance constituée et entretenue.
Dans le monde «merveilleux» de ces pseudo-responsables, personne ne s'y retrouvait. Car plus personne n'était convaincu de la présence et des raisons des choix des uns et des autres. Leur impact était négligeable et leurs rôles sonnaient faux. Pas dans le ton, pas dans les matches. Pas bien dans leur peau aussi. Et trop tournés vers eux-même. Résultat: le club ne cessait d'avancer insensiblement au-devant d'un échec que l'on croyait inimaginable. Après avoir pleinement vécu, joliment chanté, séduit et enflammé, le Stade pose un genou à terre et il lui faudra beaucoup de ressources pour éviter d'y mettre le second et de sombrer...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.