Chris Murphy : Kaïs Saïed ne tient pas ses engagements    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Abir Moussi : La définition de Kaïs Saïed de l'Etat civil se croise avec celle d'Al-Qaradhawi    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Flat6Labs, une levée de fonds de 30 MDT pour l'Anava Seed Fund et accueil d'un nouvel investisseur    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Il y'a 23 ans, naissait Google, rappelle le Google Doodle du jour    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Infrastructures : Doublement de la route reliant Zarzis à Djerba    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    ONU-Habitat : Les cinq lauréats tunisiens recevront leur prix le 29 septembre    Tunisie – météo: Cellules orageuses et températures seront en légère baisse    Abdellatif Mekki appelle les députés à agir pour réclamer le retour du Parlement    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    CJD Business Awards 2021 - Le prix du Meilleur Jeune Dirigeant décerné à Marouan Ariane    Dernière minute-Coronavirus: 11 décès et 381 nouvelles contaminations, Bilan du 25 septembre 2021    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie confirme et dément !
Création par l'OTAN d'un centre de fusionnement du renseignement en Tunisie
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 07 - 2016

Encore une fois, c'est la confusion des genres. La communication gouvernementale s'avère contre-productive. Quoique, dans le cas d'espèce, il s'agisse initialement d'une non-communication embarrassée, voire coupable
C'est ainsi que le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a annoncé au cours d'une conférence de presse, samedi à Varsovie, que l'Alliance atlantique compte établir un centre de fusionnement du renseignement en Tunisie. Il avait lié cela à une plus grande implication de l'Otan au Moyen-Orient, notamment en Irak et en Afghanistan, en Afrique du Nord et en Méditerranée.
Le secrétaire général de l'Otan a légitimé cela parce que, à l'en croire, la Tunisie est «un pays de recrutement majeur du groupe Etat islamique (Daech)». Il a indiqué en même temps que l'Otan compte mettre en place une mission d'entraînement et de construction des capacités des forces armées irakiennes, du fait qu'il considère ce pays comme étant «central dans la lutte contre le groupe Etat islamique».
L'annonce faite samedi est demeurée quasi-inexistante aux yeux des officiels tunisiens. Une manière d'y souscrire en quelque sorte. Il a fallu que certains commentateurs montent au créneau pour que le ministère de la Défense daigne réagir hier en fin de matinée. Et de quelle manière !
Ainsi, dans un communiqué, le ministère de la Défense dément catégoriquement «les informations relayées concernant la création, par l'Alliance atlantique (Otan), d'un centre de fusionnement du renseignement en Tunisie». Mais, précise le même communiqué, «le centre de fusionnement du renseignement existe depuis 2014 au sein du ministère de la Défense et il est financé par des investissements tunisiens et dirigé par des compétences militaires tunisiennes». Toutefois, le ministère précise que «dans le cadre de la coopération bilatérale et multilatérale, les experts de l'Otan assurent la formation des militaires en se basant sur des techniques et des programmes de pointe ainsi que sur les normes en vigueur en matière de collecte, d'analyse et de publications d'informations relatives à la lutte contre le terrorisme».
Pour être plus brouillon et contradictoire, assurer la chose et son contraire, il faut se lever tôt. Un manuel de ce qu'il ne faut pas faire en somme.
En fait, lesdits centres de fusion du renseignement ont vu le jour d'abord aux Etats-Unis d'Amérique, au lendemain des attentats terroristes du 11 septembre 2001, avant d'être généralisés dans certaines aires d'intervention de l'Otan. Véritables bases opérationnelles au niveau de la collecte d'informations, de l'espionnage et du renseignement, ils ont tôt fait de devenir tristement célèbres. Ils sont intimement liés aux sales aspects de la guerre en général et des violations des droits civiques et humains en particulier.
Renseignements pris, le centre de fusionnement du renseignement en Tunisie, tel que conçu par l'Otan, déborde sur toute la région. Il est nécessairement impliqué dans les affaires intérieures libyennes, algériennes, maliennes et subsahariennes.
D'ailleurs, lors du Sommet de Varsovie, les alliés de l'Otan ont décidé d'accorder un soutien militaire accru aux pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, notamment via l'utilisation d'avions de surveillance de l'Alliance atlantique. Ils ont décidé aussi de lancer une nouvelle mission navale en mer Méditerranée appelée opération Sea Guardian. Le président américain Barack Obama a été on ne peut plus explicite à ce propos : «Nous sommes en voie de procéder au renforcement le plus important de notre défense collective depuis la guerre froide», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la fin du Sommet de l'Otan en Pologne.
En somme, le ministère de la Défense dément pour la galerie et confirme pour les alliés. Certains vont jusqu'à dire que les membres de l'Otan ne s'embarrassent guère de l'opinion de nos responsables. Ils se contentent d'en imposer sans soucis de scrupules ou états d'âme.
Dès lors, les questions fusent. Qui a fait quoi ? Par quels canaux spéciaux la décision a-t-elle été diligentée ? En vertu de quel mandat les responsables tunisiens se sont-ils engagés dans ce processus particulièrement sensible auprès de larges franges de l'opinion ? L'assujettissement à l'Otan semble d'ailleurs le complément nécessaire de notre mise au pas financière par la Banque mondiale et le FMI. Qu'en pense M. Béji Caïd Essebsi, chef de l'Etat et chef suprême des forces armées ? Nos relations avec l'Algérie voisine en pâtissent, nécessairement. Est-ce dans notre intérêt ? Sommes-nous en mesure d'en supporter les conséquences ?
Et voilà où nous en sommes. Obligés de naviguer à vue, à reculons et à rebrousse-poil de l'intérêt supérieur du pays. Faiblesse de nos dirigeants oblige. Compromissions inavouées aussi. L'opinion réclame des explications franches et non un semblant de communiqué contradictoire, à mi-chemin entre le canular et la schizophrénie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.