CAN 2021 : nouvel horaire pour ce quart de finale !!    Tunisie : Land Cruiser séries 70 disponible à la commande chez BSB Toyota    BCT : Les crédits douteux des particuliers augmentent    Ligue 1 Pro : un nouveau bureau directeur nommé dans ce grand club    Grosses pressions sur les banquiers pour financer le budget    L'étrange "évasion" d'Abdelkoddous Saâdaoui, qui en plus nargue sa patrie    Covid-19: Méfions-nous de l'optimisme    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    Selon 57,8% des familles tunisiennes, l'avenir de leurs enfants serait meilleur hors du pays    Elloumi: Le gouvernement de Bouden est le pire gouvernement depuis l'époque coloniale( Audio)    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    Côte d'Ivoire vs Egypte : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Match Côte d'Ivoire vs Egypte : Les chaines qui diffusent le match Choc de la CAN 2022 du 26 janvier    Land'Or obtient un nouveau prêt d'environ 4 millions $    Les salariés de Cactus prod menacent d'escalade    La vraie chambre noire, c'est le palais de Carthage !    Les salariés de Cactus prod menacent d'une grève de la faim    EN : un joueur testé négatif, deux autres encore positifs !!    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Indice de perception de la corruption : la Tunisie classée au 70ème rang mondial    Corruption : La Tunisie au 70e rang mondial    Tunisie Telecom en chiffres    Kasserine: Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur, pour corruption    Moody's évoque la Tunisie    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Prix au marché central de Tunis [Vidéo]    L'UGTT veut décréter le 26 janvier une journée nationale    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Tunisie : Grève générale à...    Tunisie – Coronavirus: 17 décès et plus de 9000 contaminations selon le dernier bilan    AS Soliman : l'Algérien Frifer Boumedyen engagé pour deux ans et demi    Entreprises publiques en difficulté | Crises en cascade    Kef: 117 nouvelles contaminations par le Covid-19    REMERCIEMENTS ET FARK : Mongi BEN AMOR    Groupe Chimique Tunisien à Mdhilla 2: Levée d'une grève entamée depuis 2 ans    Echo Afrique    CAN 2021 | Huitièmes de finale – Suite et fin – Côte d'Ivoire-Egypte : La guerre des étoiles    CAN 2021 | Une qualification significative : ls ont changé leur destin…    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    Dilou : Saied est en train de démanteler l'Etat Tunisien    Tunisie : Départ des vols depuis l'aéroport d'Istanbul via une seule piste    Le film documentaire "Angle mort" de Lotfi Achour primé au Fipadoc à Biarritz    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et si tout le monde était responsable ?
Affaire du nourrisson décédé à Sousse
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 02 - 2017

La polémique enfle de jour en jour à propos du décès du nourrisson à l'hôpital Farhat-Hached à Sousse. La femme-médecin accusée de négligence est libérée. Mais l'enquête se poursuit pour découvrir qui a fauté. Les blouses blanches en grève aujourd'hui en signe de protestation contre la campagne de dénigrement dont ils s'estiment l'objet
Que retenir de l'affaire de la mort du nourrisson à l'hôpital Farhat-Hached à Sousse : une femme-médecin arrêtée pour présomption d'erreur médicale puis remise en liberté provisoire en attendant la clôture définitive de l'enquête; le père du nourrisson décédé qui se déplace de plateau en plateau TV pour accuser tout le personnel de l'hôpital de négligence ayant causé la mort de son petit bébé et menacer de poursuivre tout le monde par-devant la justice; la ministre de la Santé, médecin elle aussi, qui donne une conférence de presse pour innocenter les médecins traitants et assurer que l'enquête a prouvé qu'il n'y a pas eu d'erreur médicale ou de négligence, mais elle conclut que «l'enquête va se poursuivre pour délimiter les responsabilités et sanctionner les fautifs»; des médecins exerçant dans les hôpitaux publics qui confirment sur le plateau de la TV n°1 du pays que «les bébés mort-nés ou décédés quelques heures après leur naissance sont, en effet, remis à leurs parents dans des cartons pour les enterrer». Et ils ajoutent: «C'est une pratique courante que nous combattons depuis des années sans que personne n'accorde de réponse à nos doléances».
Pour compléter le décor ainsi planté, les médecins, les dentistes, les pharmaciens hospitalo-universitaires décident une grève illimitée en signe de protestation contre l'arrestation de la femme-médecin à Sousse, et d'un autre praticien déjà emprisonné à Gabès.
Ainsi, le début de la semaine en cours remet-il sur le tapis, avec l'affaire du nourrisson décédé à Sousse, le dossier épineux de l'hôpital public qui souffre de difficultés récurrentes, difficultés que tous les ministres installés à Bab Saâdoun depuis la révolution n'ont pas réussi à affronter avec l'efficience requise et l'efficacité escomptée.
Les syndicalistes du secteur n'y vont pas par quatre chemins et déclarent crûment : «Il existe une volonté affirmée de tuer l'hôpital public et ouvrir la voie aux cliniques privées et en finir avec les soins gratuits. La situation dans laquelle se débattent les hôpitaux La Rabta, Aziza-Othmana dans la capitale et celle dans laquelle se trouve l'hôpital Habib-Bourguiba à Sfax montrent que la décision est déjà prise pour se débarrasser de l'hôpital public».
Qui a fauté, qui n'a pas fauté ?
Mais bien avant d'arriver aux conclusions exprimées par les syndicalistes, il faudrait voir comment les médecins ont réagi aux accusations portées à l'encontre de leurs deux collègues à Sousse et à Gabès.
Le Dr Habiba Mizouni, secrétaire général du Syndicat des médecins, pharmaciens et médecins-dentistes hospitalo-universitaires, s'indigne de «la défaillance administrative» constatée lors de la conservation du corps du bébé décédé. «Ça ne relève pas de la compétence du médecin résident», souligne-t-elle.
«Les praticiens, ajoute-t-elle, ont accompli au mieux leur travail. Et il n'est pas de leur faute si les corps des bébés décédés sont livrés à leurs parents dans des cartons».
Aujourd'hui, mercredi 8 février, les médecins protesteront, en portant leurs blouses blanches, devant le siège du gouvernement à La Kasbah et les sièges de gouvernorat dans les régions pour dénoncer vigoureusement «ce cadre juridique obsolète, archaïque et inadéquat au régime de la responsabilité médicale».
En plus clair, ce que les blouses blanches réclament, c'est bien de «définir clairement l'erreur médicale. La législation tunisienne ne l'a pas fait. Aujourd'hui, c'est au médecin de prouver qu'il n'a pas commis d'erreur médicale», fait savoir Me Saber Ben Ammar, avocat spécialisé dans les affaires de droit médical. Se pose, avec insistance, l'arrestation des deux médecins de Sousse et de Gabès.
«Personne n'est au-dessus de la loi. Le médecin n'est pas infaillible et il peut commettre des fautes comme tout le monde. Sauf qu'il peut être jugé en état de liberté», précise Faouzi Charfi, S.G. de l'Union des médecins spécialistes libéraux (Umsl).
Ce que Faouzi Charfi ne dit pas clairement, c'est qu'il est inacceptable d'envoyer en prison un médecin avant que sa culpabilité ne soit prouvée et quand il est libéré comme c'est le cas du Dr Abir Omrane, le médecin de Sousse, qui a été relâché lundi 6 février, sa crédibilité et son image se trouvent obligatoirement entachées devant ses patients et ses parents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.