Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte    Mercato : Un attaquant ghanéen tout proche de l'Espérance de Tunis    La LTDH préoccupée par les conditions de détention des personnes arrêtées    Covid-19| »Toutes les mesures ont été prises pour garantir une rentrée scolaire sécurisée, lundi prochain »    Les mouvements des grosses capitalisations marquent l'activité boursière de la semaine    Ligue 1 : Le CS Sfaxien freiné par le CA Bizertin, l'US Ben Guerdane 2ème    Mondial des clubs au Qatar : test négatif au Covid-19 obligatoire pour les supporters    Un nouveau record de décès dus au coronavirus enregistré le 21 janvier 2021 : 100 morts en une journée    La Tunisie et le Maroc, meilleurs pays en termes de digitalisation à des fins économiques en Afrique du nord    Signature d'une convention pour appuyer à la dépollution des îles Kerkennah des déchets plastiques    Tunisie-dernière minute: Poursuite des cours scolaires    Programme TV du samedi 23 janvier    CONDOLEANCES : Om Kalthoum KANOUN    Tribune | Un peuple heureux ne se saborde pas...    DECES : Maître Slim CHELLI    Déficit et entreprises publiques : La mise en garde du FMI à la Tunisie    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    «200 Meters» de Amine Nayfeh : Un thriller réussi    JSK : L'incertitude qui désole !    ST : Absences de taille !    Tunisie – Conférence de presse du ministre de la Santé : Décalage Horaire    Covid-19 : 2389 nouvelles contaminations et 103 décès recensés le 21 janvier 2021    Météo : Des pluies éparses le matin et températures en baisse    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    CAB : Le moral en hausse !    Vers un second mandat pour la Tunisie à la tête de l'initiative MENA-OCDE    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    [TRIBUNE] Olfa Hamdi (PDG de Tunisair) : La forme et le fond !    CAN-U21 : tirage au sort lundi prochain à Yaoundé (CAF)    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Tunisie : Le juge Mekki Ben Ammar, libéré    Le musée national du Bardo : Cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015    Donner sa chance à la chanson tunisienne ?    Présentation du livre de Khaled Derouiche : «Le dernier texte», traduction de M. Mohamed Baligh Turki    Le film "Fathallah TV,10 ans et 1 révolution plus tard" disponible en ligne sur le site de la FCAPA    Selon L'UTICA, l'arrestation de Nabil Karoui n'est pas la solution    La présidence a-t-elle arrêté le dialogue national ?    Exposition personnelle «Des moments de peinture» de Qays Rostom à la galerie Saladin: Des actions de création    [ ETUDE ] – Tunisie : comment la crise sanitaire rebat les cartes du recrutement    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sans contrats ni couverture sociale
Sit-in des ouvriers de chantier à la place de la Kasbah
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 03 - 2017


Les revendications sont nombreuses
Se trouvant dans une situation précaire depuis 2011, des milliers d'ouvriers de chantier, qui exercent dans des établissements publics, n'ont toujours pas été titularisés. Plus de deux cents agents originaires de plusieurs régions du pays ont effectué jeudi un sit-in sur la Place de la Kasbah pour faire entendre leur voix et exiger la régularisation de leur situation. Hanane Manaï fait partie de ces nombreux sit-inneurs qui se sentent lésés. Venue du Kef, cette femme, qui effectue des travaux de ménage dans un établissement scolaire de la région depuis 7 ans, revendique son droit à la titularisation. Le salaire de 300 dinars qu'elle reçoit chaque mois ne lui suffit pas pour subvenir aux besoins de sa famille, nombreuse ! Cette dernière réclame aussi son droit à la couverture sociale, à l'assurance maladie, aux congés annuels...
Najet Bouhani, qui travaille depuis 2011 à la municipalité de Ben Arous, opine de la tête. Il est urgent, selon elle, de régulariser le plus tôt possible la situation de 40 mille ouvriers de chantiers qui travaillent plus de dix heures par jour et qui appartiennent à une catégorie sociale très fragilisée. «Notre situation est précaire ! Nos droits ne sont pas assurés! Nous avons un carnet de soins provisoire! Il est temps aujourd'hui de régulariser notre situation! Nous voulons faire parvenir notre voix au gouvernement !».
Un regard dévalorisé
Originaire de Makhtar, Chaker, gardien dans un centre de formation professionnelle, critique le fait que les ouvriers reçoivent un salaire «mensuel» qui varie finalement en fonction du nombre de jours! Parce que le mois de février compte 28 jours, les ouvriers ont reçu une paie inférieure à un salaire mensuel moyen. Cela suppose qu'ils ont été rémunérés à la journée et que les jours fériés n'ont pas été comptabilisés ! Ce jeune homme, qui, d'après ses dires, a une licence appliquée en logistique, appelle en toute urgence à la régularisation des dossiers des ouvriers de chantiers, dont l'augmentation des salaires, le droit à la couverture sociale...
«Ils nous payent 300 dinars par mois, une somme d'argent qui est au-dessous du seuil du Smig, estimé à 408 dinars par mois ! Cela ne nous ne suffit même pas pour payer le loyer!», s'indigne l'un des sit-inneurs.
Trois jeunes femmes, qui travaillent dans un lycée situé à Borj-Cédria, soulignent que leur situation empire jour après jour. Selon l'une d'elles, elles perçoivent un salaire forfaitaire, « ce qui est inadmissible» !
«La société porte un regard dévalorisant sur les personnes qui ont un statut comme le nôtre! Non seulement nous sommes mal payés, mais nos supérieurs nous exploitent sans pour autant être reconnaissants pour les efforts que nous fournissons, d'autant plus que certains agents d'exécution doivent être disponibles 24 heures sur 24!», a affirmé un ouvrier de chantier, d'un certain âge, exerçant comme chauffeur.
Le porte-parole du mouvement, qui s'est exprimé par haut-parleur, a mis l'accent , de son côté, sur le fait que les ouvriers de chantiers exercent sans contrats ni couverture sociale et qu'ils perçoivent uniquement des primes de montants divers qui ne suffisent pas à subvenir à leurs besoins, ajoutant, par ailleurs, que le gouvernement d'Union nationale est appelé à mettre fin à toutes les formes d'emploi précaire.
Les sit-inneurs prévoient d'installer leurs tentes et de camper sur la Place de la Kasbah jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.