Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    Astrolabe : Naviguer en toute confiance vers des horizons professionnels    Warshmallows, 1er jeu-vidéo tunisien disponible sur Nintendo Switch en janvier 2022    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    17 décembre jour férié- Ce n'est pas à Kais Saied de réécrire l'histoire d'après Rym Mourali [Audio]    Kasserine: Atelier de formation sur le droit d'accès à la justice pour des femmes    Ce qui a été dit lors de la réunion entre Taboubi et Maghzaoui    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    DECES: Bernard Lasnier-Lachaise    Programme TV du vendredi 03 décembre    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Coupe arabe de la FIFA 2021-Syrie-Tunisie (Ce soir, 20h00): Gagner pour se projeter...    NBA : Triste record pour Oklahoma, la série se poursuit pour les Suns    CONDOLEANCES    Amira Chtourou : La BTS lance le produit leasing et la finance islamique    Revue de la semaine du 26 novembre au 3 décembre: Le dossier de la réforme des entreprises publiques    Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Yasser Mesbah limogé    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Danemark : Eriksen reprend l'entraînement    Nouveau variant Omicron: La course contre la montre    Pourquoi: Grève surprise    Violence enfantine, crimes et délinquance: L'élève-enfant: victime ou bourreau?    EXPRESS    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Des catamarans ''fabriqués en Tunisie'' interdits d'export, par la Tunisie    La Tunisie, Premier Producteur Mondial par Habitant de Jeans    Pour célébrer la fête de la Révolution et au lieu du 14 janvier: Kaïs Saïed décrète le 17 décembre jour férié    Masse salariale et risques budgétaires: L'Etat dos au mur !    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Le PDL accuse les instituts de sondage de tromperie : le patron d'Emrhod réagit    Tunisie : Marché festif au village artisanal d'Ezzahra    Taboubi présente ses excuses à Bouden    Tunisie-Météo: Temps froid et possible chute de grêle    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sans contrats ni couverture sociale
Sit-in des ouvriers de chantier à la place de la Kasbah
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 03 - 2017


Les revendications sont nombreuses
Se trouvant dans une situation précaire depuis 2011, des milliers d'ouvriers de chantier, qui exercent dans des établissements publics, n'ont toujours pas été titularisés. Plus de deux cents agents originaires de plusieurs régions du pays ont effectué jeudi un sit-in sur la Place de la Kasbah pour faire entendre leur voix et exiger la régularisation de leur situation. Hanane Manaï fait partie de ces nombreux sit-inneurs qui se sentent lésés. Venue du Kef, cette femme, qui effectue des travaux de ménage dans un établissement scolaire de la région depuis 7 ans, revendique son droit à la titularisation. Le salaire de 300 dinars qu'elle reçoit chaque mois ne lui suffit pas pour subvenir aux besoins de sa famille, nombreuse ! Cette dernière réclame aussi son droit à la couverture sociale, à l'assurance maladie, aux congés annuels...
Najet Bouhani, qui travaille depuis 2011 à la municipalité de Ben Arous, opine de la tête. Il est urgent, selon elle, de régulariser le plus tôt possible la situation de 40 mille ouvriers de chantiers qui travaillent plus de dix heures par jour et qui appartiennent à une catégorie sociale très fragilisée. «Notre situation est précaire ! Nos droits ne sont pas assurés! Nous avons un carnet de soins provisoire! Il est temps aujourd'hui de régulariser notre situation! Nous voulons faire parvenir notre voix au gouvernement !».
Un regard dévalorisé
Originaire de Makhtar, Chaker, gardien dans un centre de formation professionnelle, critique le fait que les ouvriers reçoivent un salaire «mensuel» qui varie finalement en fonction du nombre de jours! Parce que le mois de février compte 28 jours, les ouvriers ont reçu une paie inférieure à un salaire mensuel moyen. Cela suppose qu'ils ont été rémunérés à la journée et que les jours fériés n'ont pas été comptabilisés ! Ce jeune homme, qui, d'après ses dires, a une licence appliquée en logistique, appelle en toute urgence à la régularisation des dossiers des ouvriers de chantiers, dont l'augmentation des salaires, le droit à la couverture sociale...
«Ils nous payent 300 dinars par mois, une somme d'argent qui est au-dessous du seuil du Smig, estimé à 408 dinars par mois ! Cela ne nous ne suffit même pas pour payer le loyer!», s'indigne l'un des sit-inneurs.
Trois jeunes femmes, qui travaillent dans un lycée situé à Borj-Cédria, soulignent que leur situation empire jour après jour. Selon l'une d'elles, elles perçoivent un salaire forfaitaire, « ce qui est inadmissible» !
«La société porte un regard dévalorisant sur les personnes qui ont un statut comme le nôtre! Non seulement nous sommes mal payés, mais nos supérieurs nous exploitent sans pour autant être reconnaissants pour les efforts que nous fournissons, d'autant plus que certains agents d'exécution doivent être disponibles 24 heures sur 24!», a affirmé un ouvrier de chantier, d'un certain âge, exerçant comme chauffeur.
Le porte-parole du mouvement, qui s'est exprimé par haut-parleur, a mis l'accent , de son côté, sur le fait que les ouvriers de chantiers exercent sans contrats ni couverture sociale et qu'ils perçoivent uniquement des primes de montants divers qui ne suffisent pas à subvenir à leurs besoins, ajoutant, par ailleurs, que le gouvernement d'Union nationale est appelé à mettre fin à toutes les formes d'emploi précaire.
Les sit-inneurs prévoient d'installer leurs tentes et de camper sur la Place de la Kasbah jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.