Ligue des champions de l'UEFA : Voici les résultats de ce mercredi 21 octobre 2020    COVID-19 Sousse, situation au 21 octobre: 164 nouveaux cas et 4 nouveaux décès    Décès d'un Brésilien lors des essais du vaccin d'Astrazeneca contre le Covid    Tunisie : Réorientation du programme "Irada", huit gouvernorats concernés    CORONAVIRUS NEWS : La Tunisie a enregistré 1442 nouveaux cas et 29 morts le 20 Octobre    ARP-HCDH : Volonté commune de renforcer la coopération    Dixième anniversaire de radio Express FM : 10 ans, et l'aventure continue !    La Foire internationale du livre Tunis n'aura pas lieu en mois de novembre prochain    A la télé, Méchichi déçoit son monde : « Rien de nouveau sous le soleil ! »    L'Etat fragilisé    La Tunisie séduit les Français pour les vacances de fin d'année !    Les obus éclipsent la peur du coronavirus    Couvre-feu de 24 heures dans la capitale    Exemption de visas entre Israël et les Emirats    Des militaires libyens des camps au conflit s'accordent sur l'ouverture des routes et la reprise des vols entre les villes    Le projet de la loi de Finances va causer notre faillite, déclare Mohamed Ammar    Ooredoo Tunisie soutient les héros dans leurs combats contre la pandémie Covid-19    8 nouveaux décès à la Manouba    La STEG exporte son expertise au Rowanda    بو شماوي أم الجريء ؟ الترجي يعلن موقفه    Tournoi Ostrava : Ons Jabeur s'est qualifiée en huitièmes de finale    Le PLF2021 prévoit près de 218 MDT pour les bourses et prêts universitaires    Gilles Kepel : «La loi contre le séparatisme doit traiter les causes et non les seules conséquences»    L'espace d'art B7L9 abrite l'exposition "Culture Solidaire", des œuvres créées durant le confinement    OXAHOST, le premier Hébergeur web Tunisien avec un support 24H/7J    La violence contre la femme existe aussi dans la vie politique, déclare Karim Krifa    Le "Tunisia Africa E-business Meetings " se tiendra en ligne en novembre 2020    Diffusion et débat live autour du film "Lettres du contient" sur la page Fb de l'association l'Art Rue    Tunisie : Le vaccin antigrippal, désormais, sur ordonnance    Le projet du budget de l'Etat au titre de 2021 prévoit le recrutement de 16500 personnes    La HAICA s'inquiète pour la liberté d'expression en Tunisie    Cellcom : Augmentation du chiffre d'affaires de 45% (30 09 2020)    Billet : Hausse des exportations alimentaires    BT : Un PNB de 269.803 mille dinars ( 30 09 2020)    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 21 Octobre 2020 à 11H00    Tunisie: Ministère du commerce: Le zgougou actuellement disponible sur le marché est celui de l'année dernière    Point de vue : Seul contre tous !    Conférence de presse digitale de L' « Open Art Week 2020 » : La création explorée autrement    «La voie normale» d'Erige Sehiri : Sortie française    Europe Créative Tunisie : Session d'information en ligne sur les sous-programmes "Culture" et "Média"    Tunisie: Kais Saied réitére son engagement à garantir la liberté des médias    Tourisme : Dora Miled élue à la tête de la FTH    Météo : vents forts sur les côtes nord    Racisme : Disney ajoute des avertissements à certains classiques    USA : Les micros de Donald Trump et Joe Biden seront plus souvent coupés lors du prochain débat    Découverte d'illustrations de piment sur un sol en mosaïque romaine à Borj El Amri    Israël et les EAU signent un accord d'exemption de visa    Exercice naval tuniso-français au large des côtes françaises (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réconciliation ?
Billet
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 05 - 2017


Par Jalel MESTIRI
Et si le classico pouvait servir à la réconciliation ? Au-delà des suppositions et des pronostics, il y a la certitude qu'on peut être mieux, qu'on pourrait mériter mieux. Et c'est bien à ce sentiment que nous espérons que tous les acteurs se laissent aller, sans calcul, sans remords. Et surtout sans rancune...
Il y a de ces rendez-vous, de ces épreuves qui marquent de leur empreinte le paysage sportif, qui laissent des souvenirs et qui incarnent à la fois le présent et l'avenir.
Un classico, un match au sommet, témoignent de l'expression naturelle et de la passion que l'on éprouve pour le foot, pour le jeu, pour le spectacle. Autant de sentiments et de conscience dans un contexte qui n'est pas cependant des plus favorables. Enjeux ou pas, le match EST-ESS transporte dans le temps. Il est difficile à freiner. L'environnement du football actuel n'est pas cependant enchanteur. Des actes d'absolution et de décharge commis par les supporters impliquent des causes, des enjeux et des degrés de gravité très variés. Le stade est devenu de ce fait la seule place où les jeunes peuvent s'exprimer et extérioriser leur désarroi. Le fait est cependant là : quand le supporter a une vision ambiguë du sport, la violence devient une vision assumée. Une confusion qui trahit une méconnaissance de l'amour du club, de la définition du sport.
On assiste aujourd'hui à un genre de «supportérisme» exclusivement orienté vers la contestation, la révocation, le doute et le manque de confiance. Beaucoup de supporters, notamment les jeunes, associent avec imprécision le football à la violence et s'en font un prétexte, voire des fois une raison, pour se battre contre les adversaires du jour. Le profil du supporter d'aujourd'hui est très complexe. Il a une vision assez spéciale du football. Il consacre une grande partie de sa vie à son groupe et à son club. Ses principales motivations sont l'ambiance dans les gradins, le soutien indéfectible et inconditionnel à son équipe. Cela a fini par engendrer et intégrer une notion de territoire, avec des droits et des libertés, et surtout le recours automatique à la violence.
Dans ce contexte assez particulier, les joueurs, les entraîneurs et les responsables ont un rôle déterminant à jouer. L'ambiance générale dans le stade et tout ce qui en découle dépendent de leur mode de comportement, de leur réaction, de leur prise de position, de leur discours et de leurs gestes. On ne doit pas oublier que les bonnes volontés et les bonnes initiatives marquent les grands événements. Les rencontres EST-ESS ont de tout temps pris forme dans un modèle d'épanouissement, de plénitude et de jubilation. Là où tout se mérite plus que ça ne se revendique, le rêve devient chaque fois réalité. Une date, un rendez-vous, des matches qui ne se ratent pas et qui d'une année à l'autre ne s'oublient jamais.
Dans le classico de cet après-midi qui tranchera sur le nom du nouveau champion de Tunisie, dans un duel particulièrement innovant, on sent d'ores et déjà que l'effort y compte beaucoup plus qu'ailleurs. Pour détenir cette volonté, il faut en avoir envie et savoir aller au-delà de soi-même. Une chose est sûre: les émotions dopent le mental des joueurs et les emportent vers des considérations qui transcendent et permettent l'accomplissement de soi. EST-ESS est tout sauf un match ordinaire. On ne se défausse pas. La motivation peut aller plus loin qu'on ne peut le penser. Mais qu'en est-il de l'exemplarité et de l'image que les joueurs et toutes les parties prenantes doivent donner du football tunisien ? Personne n'en est exempt. Au-delà de l'exploit, de la victoire et de la consécration, au-delà aussi des déceptions et des frustrations, c'est la vocation, le statut et l'emblème de notre football qui doivent prévaloir. Il faut montrer un autre visage. Après tout, il y a et il y aura toujours des matches porteurs de certaines assurances... Et tant pis pour la mauvaise foi et les mauvaises volontés.
Et si le classico pouvait servir à la réconciliation ? Au-delà des suppositions et des pronostics, il y a la certitude qu'on peut être mieux, qu'on pourrait mériter mieux. Et c'est bien à ce sentiment que nous espérons que tous les acteurs se laissent aller, sans calcul, sans remords. Et surtout sans rancune...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.