Tunisie – Qu'attend le ministre de l'éducation pour imposer le respect du protocole sanitaire ?    France : Détection de huit cas possibles d'infection au variant Omicron du covid    Mehdi Ben Gharbia poursuit sa grève de la faim pour la quatrième semaine    La Tunisie ou la fâcheuse manie de vouloir arracher de l'argent à ceux qui n'en ont pas !    Le PDL dénonce « le retour aux nominations obéissant aux principes d'allégeance et de favoritisme »    Mandat de dépôt contre le maire d'Essouassi pour viol et violation de données personnelles    Noureddine Tabboubi menacé de mort à deux reprises    Covid-19 – Variant Omicron : Le Maroc ferme ses frontières pour deux semaines    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Note – Economie bleue : La Tunisie subit un taux d'érosion côtière de 10 fois la moyenne mondiale    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Houcine Abassi: La solution à la crise politique est entre les mains de Kaïs Saïed    Inclusion des personnes porteuses de handicap: un défi majeur pour la municipalité de M'saken    Echaâb pour le dialogue avec les jeunes mais...    Secteur de l'assurance en Tunisie : Reprise du rythme de croissance    Omicron: Bien qu'inhabituels, les symptômes sont légers!    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    8ème anniversaire des événements de Siliana: Le parti des Travailleurs appelle à poursuivre ces responsables en justice    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    La profession du conseiller fiscal    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    Aviron – Championnat arabe de plage : 15 médailles pour la Tunisie    Omicron: Est-il plus dangereux que les autres variants?    NEWS: Doublé de Issam Jebali    Ligue 1 : St Etienne – PSG, les compos probables    Tennis-Coupe Davis: Bel exploit des Tunisiens !    Météo de ce dimanche    Appel à la prudence face au nouveau variant de Covid-19    MEMOIRE: Docteur Hind CHOUIHI, ep. OUESLATI    Exposition « Tourments » de l'artiste Hope Mokded à Nîmes: Exposition engagée    Arts plastiques:TGM galerie ouvre ses portes    Cérémonie d'ouverture du « Focus Japon » à la Cité de la Culture: Immersion dans la culture japonaise    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«El M'nara», un feuilleton différent
Entretien du Lundi avec Atef Belhassine
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 05 - 2017

Atef Belhassine donne les dernières touches à son feuilleton «El M'nara». Un feuilleton où il est pour la première fois derrière la caméra pour réaliser une œuvre pour la télévision. Nous l'avons rencontré pour vous.
«El M'nara» est le feuilleton que vous êtes en train de réaliser et qui sera diffusé pendant la deuxième quinzaine du mois de Ramadan sur Al Hiwar Ettounsi...
Effectivement, le feuilleton est produit par la société «Nawaret Tounes». Le scénario est écrit depuis un moment, mais il a été revisité dans un atelier d'écriture où on retrouve des noms comme Hatem Maroub et Mehdi, plus connu dans les milieux du rap sous le nom de DJ Costa. Le casting réunit beaucoup de vedettes tunisiennes comme Fethi Haddaoui, Leila Toubel, Slah Msadek, Chakra Rammeh, Meriem Belhaj Ahmed, Khaled Kouka et Mohamed Hedi Moumen qui vivent en France et qui sont ressortissants de l'Isad, Jamila Chihi, Oumaïma Ben Hafsia. On verra pour la première fois Akram Mag qui est de formation théâtrale. On assistera également au retour de Salwa Mohamed à l'écran.
Un drame social ?
Je ne veux pas dévoiler le contenu tout de suite, mais je peux vous dire qu'il s'agit d'un conflit entre trois espaces, trois décors : la cité, le monde rural et les quartiers populaires, c'est-à-dire l'underground de la ville. Ces trois espaces contiennent des histoires qui vont conduire le feuilleton. C'est une histoire qui a un traitement différent selon une nouvelle vision qui veut que la ville est en train d'être «ruralisée» et que le monde rural est en train de devenir urbain dans tout ce qui touche aux rapports sociaux, à l'amour, à la haine entre autres. Ce feuilleton est également traversé par un axe positif pour donner un peu d'espoir au spectateur, car malgré tout ce que notre pays traverse, il y a une minorité qui continue à fournir des efforts et à travailler honnêtement.
Ce feuilleton a également vécu une mésaventure dans sa production au début...
Oui, au départ, on a filmé quelque trente minutes qu'on a proposées à la Télévision nationale, malheureusement nous ne sommes pas arrivés à un accord avec son administration. Le nouveau président-directeur général de la télévision n'était pas assez réceptif et n'avait pas assez de confiance en lui-même pour se lancer dans une aventure de cette envergure. Sincèrement, on s'attendait à plus de courage de la part d'une personne jeune et ambitieuse à la tête d'une institution comme la Télévision nationale... L'administration finit souvent par engloutir les tendances artistiques. Je reviendrai plus tard sur ce sujet... Cela dit, la production a été relancée grâce à beaucoup de sponsors et à des hommes d'affaires qui ont eu confiance en nous et en notre projet. Grâce aux placements de produits et aux publicités, le feuilleton verra le jour enfin. Il a aussi acquis un caractère culturel et je remercie le ministre des Affaires culturelles qui nous a délivré une attestation pour le caractère culturel de ce projet.
C'est votre première expérience derrière la caméra...
J'ai réalisé déjà un court métrage mais en tant que réalisateur de feuilleton pour la télévision, il s'agit de ma première expérience. C'est une expérience que j'ai vécue dans la sérénité parce que je suis riche de mon expérience dans la direction d'acteurs. Cela m'a permis d'être très proche de la réalisation et du cadre. C'est une expérience qui a commencé avec Sami Fehri et Mahdi Nasra dans «Njoum Ellil 4».
Vous n'êtes pas inquiet de la concurrence de «Awled Moufida» qui passe sur la même chaîne ?
Tant qu'on est sur la même chaîne, il n'y a pas de concurrence au sens classique du terme. Sur le plan artistique, il y a bien sûr concurrence, mais il s'agit d'une concurrence positive...
Vous avez effectué un passage au ministère de la Culture en tant que conseiller...
C'est une expérience qui m'a appris à maîtriser mes nerfs... Je dis cela parce que j'ai remarqué à quel point c'est difficile de changer les choses en Tunisie... Une grande majorité de nos artistes et créateurs ne veulent pas que les choses changent...
Parlez-nous de votre mission dans le cadre de la Cité de la culture
Dans ce grand projet, je me trouve du côté des arts scéniques. Nous sommes chargés de préparer un programme pour l'ouverture de la cité en question. Déjà l'architecture de la cité nous pousse à être à la hauteur... D'ici là, on a prévu plusieurs choses que ce soit pour le cinéma, la danse, le théâtre, la peinture, etc. Maintenant, c'est aux artistes de défendre leur présence dans la Cité de la culture.
Vous venez du théâtre et aujourd'hui vous en êtes très loin...
Effectivement, je me suis éloigné du théâtre, et pour cause ! Avec quels moyens je vais faire du théâtre ? Le problème, c'est qu'au sein de l'administration du théâtre, au ministère, il y a des lois éculées et qui ne facilitent ni la production théâtrale ni la distribution. Le jour où ces lois seront révisées et remises à jour, je referai du théâtre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.