Justice-Clan Ben Ali: Six ans de prison ferme à l'encontre de Leila Trabelsi et Nessrine Ben Ali    Tunisie-Maroc: Tunisair lance un programme de rapatriement des tunisiens bloqués au Maroc    Tournoi de Charleston 2 : Ons Jabeur se qualifie en finale    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Les lieux de culte qui ne respecteront pas le protocole sanitaire seront fermés    Covid-19 : Tous les chiffres de la situation sanitaire en Tunisie    Covid -19 : Suspension des cours et autres mesures annoncées    Covid-19 : Interdiction de circulation aux voitures, motos et transport urbain    Athletic Bilbao – FC Barcelone : sur quelle chaîne voir le match ?    Ligue 1 française : Wahbi Khazri égale Pauleta    384.6 millions de dinars d'investissements agricoles déclarés, à fin mars 2021    L'ANSI recommande l'installation de YouTube Kids    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    Groupe QNB : Résultats Financiers du premier trimestre 2021    Coupe du monde Qatar 2022: Qatar veut vacciner tous les visiteurs contre le Covid-19    MEMOIRE : Lilia AOUIJ    L'athlète tunisienne Raouaa Tlili remporte la médaille d'or au tournoi de Jesolo en Italie    CONDOLEANCES : Mohamed Aziz Ben DHAHRI    CONDOLEANCES : Feu Wassila CHARFEDDINE    Hausse des services de la dette extérieure cumulés de 10%    Covid-19 : une conférence, samedi, pour annoncer de nouvelles mesures    La balance commerciale alimentaire déficitaire de 251,7 MD à fin mars 2021    Foot-Europe: le programme du jour    L'UTAP réclame un tirage au sort pour l'octroi de permis de pêche du thon rouge    La Tunisie ne respecte pas les normes internationales de détention, accuse Fathi Jarray    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Clôture des candidatures aux élections municipales partielles de Sakiet Eddaier à Sfax    Covid-19 : 86 nouveaux décès et 2401 nouvelles contaminations enregistrés le 15 avril 2021    Météo : Temps pluvieux et températures en baisse    AMEN BANK 2020 : solidité et résilience    Habib Mellakh - Tunisie : La vaccination contre la covid-19 telle que je l'ai vécue    Othman Kechrid, une école (Album photos)    Tunisie-Enseignement : La Fédération Générale des Surveillants appelle à la suspension immédiate des cours    Tunisie – Les priorités du plan du gouvernement pour une sortie de crise !    FTDES -Immigration clandestine: Augmentation du nombre de cadavres retrouvés après le naufrage d'un bateau    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie – Projets d'attentats terroristes et d'assassinats politiques pendant Ramadan    Tataouine, le nouveau roman de Fawzi Mellah: la description des péripéties d'une randonnée dans le grand sud tunisien sans tomber dans le piège de l'orientalisme    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    Europa League : Les résultats des quarts de finale retour et les qualifiés    Vers l'inscription des sites d'el Magtaa et Sbeïtla au patrimoine mondial de l'UNESCO    Décès d'un citoyen dans l'explosion d'une mine à Kasserine    L'Agora abrite l'expo-vente Ramadan'ART By le collectif des créateurs    Zellige, l'un des piliers de l'artiste Slim Gharbi    400 éditeurs tiendront en septembre 2021 à Tunis les états généraux du livre francophone    Appel à des mesures efficaces en faveur des professionnels des arts dramatiques    L'entreprise autrement | Processus grippé, rêve brisé (*)    Militant des droits de l'homme et farouche critique des états unis, Ramsey Clark est mort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'insoutenable fragilité de l'âme
«Harmonium» du japonais Kôji Fukuda
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 09 - 2017

Loin de faire dans le thriller sensationnel, Kôji Fukuda nous bouleverse avec un récit, au rythme lent, sinistre, intemporel et métaphorique qui décortique les relations humaines.
Les deux salles Ciné Mad'Art à Carthage et Ciné Amilcar proposent pour cette rentrée culturelle le film «Harmonium» du Japonais Kôji Fukuda. Prix du Jury dans la section «Un certain regard» du Festival de Cannes 2016, ce huis clos sonde les profondeurs de l'âme humaine en partant d'un drame familial.
«Harmonium» (dont le titre original signifie «Au bord du gouffre») est le 5e long-métrage de Kôji Fukuda (né en 1980) dont il signe, également, le scénario. Récompensé lors de la 69e edition de Cannes, ce dernier a déjà été reconnu lors de la 35e édition du Festival des Trois continents de Nantes, en 2013, où il a raflé la Montgolfière d'Or pour «Au revoir l'été».
«Harmonium» fait dans le thriller psychologique, mais avec une grande subtilité dans l'écriture, réfutant tout manichéisme. C'est l'histoire bouleversante de la famille Suzuoka qui habite dans une discrète banlieue de Tokyo. Toshio, le père, dirige une petite usine de façonnage de métal, intégrée au foyer, Akié, la mère, s'occupe du ménage et s'adonne à des activités caritatives au sein de son église (protestante). Le couple mène une vie en apparence paisible avec leur fille Hotaru. Jusqu'au jour où apparaît dans leur vie Yasaka, un vieil ami de Toshio. Un matin, comme venu de nulle part, il se présente à son atelier, après une décennie en prison. Il avait commis un meurtre avec Toshio, mais il n'a pas dénoncé celui-ci. Pour rembourser sa dette, Toshio lui offre emploi et logis. Peu à peu, ce dernier s'immisce dans la vie familiale, apprend l'harmonium à la fillette, et se rapproche doucement d'Akié. L'«intrus» prend une place importante dans la famille, et la mère tombe sous le charme de cet homme attentionné différent de son mari insensible et froid. La bienveillance de l'homme gagne également la confiance de leur fille.
D'emblée et dans un premier plan, la couleur est annoncée, une atmosphère sombre s'installe. La fille, assise de dos, jouant de l'harmonium. Sa mère l'appelle pour prendre son petit-déjeuner. La musique s'arrête, mais le métronome continue de battre d'une manière angoissante...La narration est traitée en ellipse, fragmentée avec des éléments-clés pour suggérer, sans les expliciter, les événements tragiques qui se sont produits. L'amabilité de Yasaka laisse place à un comportement imprévisible oscillant entre calme et impulsivité. Des pulsions sexuelles surgissent, dirigées vers la mère qui résiste vivement. Huit années plus tard, on retrouve une famille anéantie, la mère est psychiquement brisée et la fille, devenue adolescente, est clouée sur un fauteuil roulant. Le visage sans expression et les traits figés, sa transformation physique en dit long sur la violence du drame qui s'est produit.
Loin de faire dans le thriller sensationnel, Kôji Fukuda nous bouleverse avec un récit, au rythme lent, sinistre, intemporel et métaphorique qui décortique les relations humaines. Les sentiments de culpabilité et de sacrifice sont, fortement, soulignés, faisant du passé le 5e protagoniste du film, un passé assassin qui ne cessera de hanter la vie de cette famille. Le réalisateur nous livre des clés à nous de les placer, à nous d'écrire. Il ne fait pas dans la demi-mesure et cultive jusqu'à la fin de son film une vision froide, sombre et tragique des connexions humaines. A découvrir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.