Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une société à deux vitesses
Chronique du temps qui passe
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 10 - 2010


Par Hmida Ben Romdhane
Après plus de 62 ans d'existence, Israël est non seulement dépourvu de frontières fixes et reconnues, mais ne s'est toujours pas doté de Constitution. Ces deux incongruités font de lui un pays singulier avec un statut particulier dans le monde, un statut qui ne semble pas déranger outre mesure les citoyens israéliens et qui, de toute évidence, arrange bien les politiciens d'Israël, toutes tendances confondues.
Les frontières, Israël ne les fixera jamais de son propre chef en ayant pour référence la résolution 181 de l'ONU du 29 novembre 1947, dite résolution de partage. Les droites laïque et religieuse, largement majoritaires, défendent toutes deux le concept irrationnel d' «Eretz Israël» selon lequel, en Palestine, il y a bien des territoires occupés, mais ce sont des territoires israéliens occupés par les Arabes. En Palestine, il y a bien une injustice, mais c'est une injustice subie par les Israéliens, empêchés d'hériter la terre de leurs ancêtres dont le titre de propriété est vieux de quelque 4000 ans.
Ce concept d' «Eretz Israël», n'est pas nouveau et n'est pas né avec l'Etat israélien, mais il lui est antérieur. Déjà dans les années 1930-1940, des groupes politiques juifs en Palestine nourrissaient des projets grandioses. Les « Canaanites » souhaitaient établir un « Pays Hébreu » avec pour frontières naturelles la Méditerranée à l'ouest et l'Euphrate à l'Est. D'autres groupes de droite, dirigés par des activistes du genre Ben-Zion Netanyahu, le père de Benyamin, avaient pour objectif d'établir un «Royaume d'Israël» avec des frontières s'étendant du Nil à l'Euphrate
Il est à rappeler ici que Ben-Zion Netanyahu, aujourd'hui âgé de 100 ans est «en pleine possession de ses facultés mentales». Apparemment, il n'est pas très content de son fils à cause des «concessions» que celui-ci ne cesse de faire aux Palestiniens… En 1947, Ben-Zion Netanyahu avait rédigé une pétition, publiée dans le New York Times, dans laquelle il dénonçait, dans les termes les plus virulents, la résolution du partage de la Palestine. Benyamin est bel et bien le fils de son père. Il a enterré les accords d'Oslo, se dresse aujourd'hui comme un barrage contre tout traité de paix qui amènerait Israël à évacuer la Cisjordanie et Jérusalem-Est, et ne rate pas une occasion pour rappeler l' «ingratitude» des Arabes qui, bien qu'Israël ait «renoncé à son droit sur la Jordanie», continuent de réclamer d'autres territoires.
Tout ça pour dire que, sans l'intervention d'une force étrangère contraignante, Israël continuera à refuser tout tracé de frontières qui écarterait de ses considérations le concept irrationnel de la terre promise et les titres de propriété bibliques.
Mais Israël n'a pas de Constitution non plus, ce qui ouvre la voie à toutes sortes d'abus législatifs. N'importe quel parti peut proposer n'importe quoi sous forme de projet de loi, et s'il a le soutien de 61 membres de la Knesset, ce n'importe quoi pourra devenir une loi. C'est le cas du projet de loi adopté par le gouvernement Netanyahu et qui sera discuté bientôt par la Knesset avant d'être soumis au vote. Selon ce projet, toute personne désirant obtenir la nationalité israélienne sera tenue de prêter un serment d'allégeance à «l'Etat d'Israël, l'Etat-nation du peuple juif».
Mais ce projet n'est rien par rapport à ce que prépare Avigdor Lieberman et son parti russe Israël Beitenou. Depuis des mois, ils font campagne pour un projet de loi qui exigerait un serment d'allégeance à l'«Etat-nation du peuple juif» que prêteraient les citoyens israéliens eux-mêmes. Il est bien évident que personne en Israël, y compris Lieberman, le chef d'orchestre de cette campagne, n'osera jamais exiger un tel serment des citoyens juifs, et encore moins des extrémistes religieux qui abhorrent l'Etat laïc israélien, même s'ils bénéficient de ses services, de sa protection et de ses subventions. Il est clair que les vraies cibles de ce projet en gestation sont le million et demi d'Arabes israéliens.
L'absence de Constitution en Israël a d'autres conséquences plus graves encore : elle rend possible l'instauration d'un système administratif et judiciaire à deux vitesses, avantageant les Juifs et désavantageant les autres citoyens de confession musulmane et chrétienne. Ces avantages pour les uns et désavantages pour les autres embrassent tous les secteurs d'activité économique et sociale en Israël et s'étendent aux droits les plus élémentaires tels ceux à l'emploi, à l'éducation, à la propriété et, bien sûr, à l'égalité devant la loi.
Les absurdités juridiques en Israël sont telles aujourd'hui que l'attribution de la nationalité, par exemple, est régie par deux lois différentes : une loi pour les Juifs, dite «la loi du Retour», et une autre pour les non Juifs. «La loi du Retour» donne droit à tout Juif de quelque nationalité et de quelque origine qu'il soit de bénéficier automatiquement et sans restriction aucune de la nationalité israélienne et du droit de s'établir et de travailler en Israël. L'autre loi, déjà très draconienne, s'apprête à s'alourdir de nouvelles difficultés, comme celles qui consistent pour le postulant à prêter serment pour l' «Etat-nation du peuple juif».
Israël n'a pas de Constitution, mais a un document qu'il fête chaque année avec fanfare : la «Déclaration d'indépendance». Dans ce document, on peut lire notamment qu' Israël «veillera au développement du pays au bénéfice de tous ses habitants ; il sera fondé sur les principes de liberté, de justice et de paix ainsi que cela avait été conçu par les prophètes d'Israël ; il assurera une complète égalité sociale et politique à tous ses citoyens, sans distinction de religion, de race ou de sexe ; il garantira la liberté de culte, de conscience, d'éducation et de culture ; il assurera la protection des Lieux saints de toutes les religions, et respectera les principes de la Charte des Nations unies.» Difficile de trouver une dichotomie aussi absolue entre le texte fondateur d'un Etat et la pratique de ce même Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.