Tunisie – Anis Oueslati, le nouveau gouverneur de Sfax : Du gros calibre !    Tunisie – Tahya Tounes forme ses cadres en matière de techniques de campagne    Développement durable – éco-tourisme tourisme vert – tourisme sportif – les Foulées des Flamants Roses s'engagent    Finale coupe de Tunisie : la formation probable de l'Etoile Sportive du Sahel    Ce que la Tunisie peut enseigner aux Etats-Unis sur l'égalité des femmes    Démarrage des travaux de construction de «L'Académie Béji Caïd Essebsi pour la Diplomatie et les Relations internationales»    Les listes des députés parraineurs bientôt publiées    Les Nuits du Fort de Kélibia: 3ème édition du 17 au 28 août 2019 (Programme)    Finale Coupe de Tunisie : le Classique s'annonce impressionnant    Tunisie – météo : temps peu nuageux et température en légère hausse le weekend du 17 et 18 août 2019    Finale coupe de Tunisie : la formation probable du Club Sportif Sfaxien    Inquiétante amplification du trafic d'objets archéologique en Tunisie    Qui peut devenir Président de la République ?    ATIDE demande à l'ISIE la liste des députés parraineurs    LE monde dresse le portrait de Lotfi Abdelli    Tunisie: Election présidentiel, 11 recours déposés devant le tribunal administratif    Tunisie [Photos]: Lancement des travaux de construction du siège de l'Académie diplomatique Béji Caid Essebsi    Finale CSS – ESS : Important communiqué de la Direction de la circulation    Lettre au pilier des marathons et des joggers tunisiens… Lettre à Moncef, mon ami, Felli mon assureur    Vol d'une ambulance toute équipée à Sousse    Huawei lance le nouveau système d'exploitation harmonyOS    L'ATTT entame les opérations de remise immédiate des cartes grises et des permis de conduire    Real Madrid : Eden Hazard blessé et forfait à Vigo    Tunisie: Le taux de chômage se stabilise à à 15. 3 % au deuxième trimestre 2019    Forum de la Jeunesse dans la Région Arabe à Tunis du 20 au 22 août 2019    Tunisie- Le producteur Nejib Ayed n'est plus !    Tunisie : Samsung lance le Galaxy Note 10 en précommande du 8 août au 1er septembre    Décès du producteur tunisien et directeur des JCC Nejib Ayed    Programme TV du vendredi 16 août    Grève dans les champs pétroliers à Tataouine    Rast Angela 2019 : Festival de la musique alternative du 22 au 25 août à Bizerte    Braquage d'El Omrane : Arrestation du principal auteur qui avoue l'implication d'un employé de la banque    Très beau geste de l'Etoile envers Roger Lemerre    Amélioration des réserves en devises    L'APIP recrute    Concours du neuvième, Résultats de l'orientation des élèves ayant obtenu plus de 15/20 de moyenne, aujourd'hui    Les candidatures pour les prestigieuses bourses Chevening du gouvernement britannique sont ouvertes maintenant !    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    Migrants, La justice italienne désavoue Salvini et autorise l'Open Arms    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    Atterrissage d'urgence d'un Airbus en Russie, pas de blessés    Annulation du spectacle NOUBA de Samir Agrebi prévu à l'ouverture du Festival « Thuburbo Majus » au Fahs    L'Italie expulse un Tunisien soupçonné d'appartenir à Daech    Trump renouvelle sa menace de quitter l'Organisation mondiale du commerce    Retour sur la venue en Tunisie de la Star du cinéma italien « Monica Bellucci » dans le cadre du tournage du film de la Tunisienne Kaouther Ben Hnia    HEND SABRI membre du Jury du Festival du film de Venise    Liquidation de 2 terroristes à Jebal Orbata dans le gouvernorat de Gafsa    Echange de tirs entre une patrouille militaire et un groupe de terroristes à Ghardimaou : 1 soldat légèrement blessé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intégrité institutionnelle au cœur d'un monde perdu
Pharmacie Centrale — Epuisement des stocks, cumul des dettes et suspicion de corruption
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 03 - 2018

Le personnel de la Pharmacie centrale de Tunisie a tiré au cours de cette semaine la sonnette d'alarme en raison de la baisse des stocks de médicaments et du non-remboursement des dettes qui s'élèvent à plus de 800 MD par les établissements hospitaliers et la Cnam. Les dépenses en produits pharmaceutiques en 2016 demeurent élevées et représentent 28% des dépenses courantes en santé.
Epuisement des stocks de médicaments, cumul des dettes, suspicion de corruption et de vol, la Pharmacie centrale de Tunisie passe par une période bien difficile à gérer. Et pourtant un plan d'action et une stratégie en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption ont été dévoilé, à l'occasion de la tenue du 1er colloque international sur «La bonne gouvernance et la lutte contre la corruption dans le secteur de la santé». (Lire notre article publié le 30/11/2017 sous le titre « Rien ne sera plus comme avant à la Pharmacie centrale »).
Il est temps de descendre de son piédestal
Dans l'une de ses déclarations précédentes à l'occasion de ce colloque, le président-directeur général de la Pharmacie centrale de Tunisie, Moez Mokaddem, a révélé que les risques de corruption se situent au niveau de l'approvisionnement, du stockage et de la distribution (rotation des stocks, contrebande). Parmi les actions préventives qui figurent dans son plan d'action qu'il avait présenté, il a cité la mise en place durant le premier semestre 2018 d'un manuel de procédures et d'un règlement intérieur pour la commission d'achat des médicaments.
L'informatisation de la gestion du stock national des médicaments et du système de facturation afin de permettre une traçabilité parfaite des médicaments de la PCT jusqu'aux officines, ainsi que l'utilisation de la plateforme d'achats en ligne «Tuneps» figurent parmi la panoplie de mesures annoncées et visant à lutter contre la contrebande des médicaments et l'identification des responsables.
Quelques mois après l'annonce de ces mesures, la situation n'a fait qu'empirer davantage. Le ministre de la Santé n'a pas hésité de son côté à transférer certains dossiers de suspicion de vol de médicaments à la justice, ce qui témoigne de la gravité de ce fléau qui gangrène ce secteur. Ce n'est pas un hasard si parmi les 125 recommandations issues du rapport final de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), 50 sont consacrées au secteur de la santé. Les dépassements liés au trafic des médicaments coûtent à l'Etat près de 400MD par an, selon Chawki Tabib, président de l'INLUCC.
C'est toujours le même scénario, les responsables parlent d'un « avenir meilleur » pour ce secteur, de plans d'action, de stratégie visant l'accroissement de la transparence, la responsabilisation et les pratiques éthiques quand la crise prend de l'ampleur et le débat s'enfle autour de ce secteur. Aujourd'hui, il est urgent de se démarquer des discours évasifs qui tentent d'éluder les difficultés, de descendre de son piédestal et de travailler plus sur le terrain. Il est question de prendre le taureau par les cornes et sévir en appliquant vigoureusement la loi et en renforçant l'intégrité institutionnelle du secteur des médicaments.
L'urgence de la réformedes caisses sociales
Joint par téléphone, M.Kamel Idir, expert de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et ancien directeur de la Direction de la pharmacie et du médicament (DPM), a souligné que la situation financière difficile par laquelle passe actuellement la PCT est causée par plusieurs facteurs, dont le non-paiement des sommes dues par les structures hospitalières publiques estimées à plus de 800 MD. La Pharmacie Centrale est en train de fournir les médicaments sans qu'elle soit payée en contrepartie.
C'est impossible de se relever quand il y a autant de défaillances, fait-il remarquer. Il faut que les structures hospitalières s'acquittent de leurs dettes à l'égard de la Pharmacie Centrale pour que cette dernière puisse continuer à leur fournir les médicaments. Il faut que la PCT évite la politique de l'auto-compensation qu'elle est en train de suivre et qu'elle fasse preuve de plus de vigilance. Les solutions sont à chercher du côté de la réforme des caisses sociales qui tarde à se concrétiser, puisqu'on vit aujourd'hui dans un cercle vicieux. « Il faut faire vite au niveau des réformes » pour éviter le pire, souligne-t-il.
Certes d'autres causes d'ordre structurel ont accentué cette crise au sein de la Pharmacie Centrale et qui touchent en général le secteur de la santé. L'instabilité observée à la tête de ce ministère avec la nomination de plus de neuf ministres en quelques années, n'a fait que compliquer, perturber et contrecarrer la mise en œuvre des plans de travail, conclut Kamel Idir.
On rappelle que le personnel de la Pharmacie centrale de Tunisie a tiré au cours de cette semaine la sonnette d'alarme en raison de la baisse des stocks de médicaments et le non-remboursement des dettes qui s'élèvent à plus de 800 MD par les établissements hospitaliers et la Cnam au profit de la PCT. Il est aussi à signaler que les dépenses en produits pharmaceutiques en 2016 demeurent élevées et représentent 28% des dépenses courantes en santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.