CINQ nouveaux cas importés de Coronavirus enregistrés à l'Ariana, Ben Arous, Sfax et Tataouine    Abir Moussi : « l'agenda des Frères a été élaboré de manière à pousser les institutions publiques vers la faillite »    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Fermeture des frontières et Covid-19 : Chute des recettes touristiques de 47%, à fin juin 2020    Telnet Holding : Paiement des dividendes à partir du 15 juillet 2020    Théâtre : Candidatures ouvertes pour les JTC 2020    Pandémie de Covid-19 : Le secteur du cuir et de la chaussure touché de plein fouet    Financement des partis politiques : Les multiples failles d'un système de contrôle défaillant    Un numéro vert pour aider les candidats au bac    Tunisie – Alerte météo en rapport avec des vents forts    Projets de partenariat entre la DRV allemande et la FTAV    20 Saoudiens jugés par contumace en Turquie    «USMO-ESR», choc des demi-finales de la Coupe    Retour de l'aigle sur les nouveaux maillots de l'Equipe nationale    Demain face à l'Etoile, pour terminer le stage    Crédulité et perversion : Au nom du sacré....    Les enfants font leur festival    Entre K-pop et buchaechum, tout un éventail...    Tunisie : Le ministère de l'agriculture met en garde contre la consommation des palourdes vivantes    Les pertes de la CPG ont atteint 480 MD en 2019    CONDOLEANCES    DECES : Mounira ZID    Etoile du Sahel : La situation financière est très difficile, selon Ridha Charfeddine    Tunisie: L'INLUCC a remis 122 dossiers relatifs à la corruption à la justice    "Bassamet" : un programme d'appui à la diversité culturelle et artistique en 5 phases    Le marché boursier termine la semaine en dents de scie    Lotfi Zitoune annonce la transformation de la Caisse des collectivités locales en une institution financière    Athlétisme | En prévision des compétitions internationales : Mahfoudhi, Chehata et Mejri en stage    Tunisie: Nouvelles dispositions pour rapatrier les citoyens bloqués en Libye    Le CSHL à pied d'œuvre à Aïn Draham : La mise au «Vert»    Comprendre les attaques informatiques !    Le rafistolage a ses limites    Transferts des joueurs tunisiens | Montants TUS : Un sujet tabou !    Foot-Europe: le programme du jour    Nouvelle classification par la Banque Mondiale des pays en fonction de leur revenu : 2020-2021    Incendie maîtrisé à Djebel Nahli    Seules 33 des 74 des promesses contenues dans l'accord d'El Kamour ont été respectées    Vers un renforcement du partenariat dans les ER entre la Tunisie et l'Inde    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intégrité institutionnelle au cœur d'un monde perdu
Pharmacie Centrale — Epuisement des stocks, cumul des dettes et suspicion de corruption
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 03 - 2018

Le personnel de la Pharmacie centrale de Tunisie a tiré au cours de cette semaine la sonnette d'alarme en raison de la baisse des stocks de médicaments et du non-remboursement des dettes qui s'élèvent à plus de 800 MD par les établissements hospitaliers et la Cnam. Les dépenses en produits pharmaceutiques en 2016 demeurent élevées et représentent 28% des dépenses courantes en santé.
Epuisement des stocks de médicaments, cumul des dettes, suspicion de corruption et de vol, la Pharmacie centrale de Tunisie passe par une période bien difficile à gérer. Et pourtant un plan d'action et une stratégie en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption ont été dévoilé, à l'occasion de la tenue du 1er colloque international sur «La bonne gouvernance et la lutte contre la corruption dans le secteur de la santé». (Lire notre article publié le 30/11/2017 sous le titre « Rien ne sera plus comme avant à la Pharmacie centrale »).
Il est temps de descendre de son piédestal
Dans l'une de ses déclarations précédentes à l'occasion de ce colloque, le président-directeur général de la Pharmacie centrale de Tunisie, Moez Mokaddem, a révélé que les risques de corruption se situent au niveau de l'approvisionnement, du stockage et de la distribution (rotation des stocks, contrebande). Parmi les actions préventives qui figurent dans son plan d'action qu'il avait présenté, il a cité la mise en place durant le premier semestre 2018 d'un manuel de procédures et d'un règlement intérieur pour la commission d'achat des médicaments.
L'informatisation de la gestion du stock national des médicaments et du système de facturation afin de permettre une traçabilité parfaite des médicaments de la PCT jusqu'aux officines, ainsi que l'utilisation de la plateforme d'achats en ligne «Tuneps» figurent parmi la panoplie de mesures annoncées et visant à lutter contre la contrebande des médicaments et l'identification des responsables.
Quelques mois après l'annonce de ces mesures, la situation n'a fait qu'empirer davantage. Le ministre de la Santé n'a pas hésité de son côté à transférer certains dossiers de suspicion de vol de médicaments à la justice, ce qui témoigne de la gravité de ce fléau qui gangrène ce secteur. Ce n'est pas un hasard si parmi les 125 recommandations issues du rapport final de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), 50 sont consacrées au secteur de la santé. Les dépassements liés au trafic des médicaments coûtent à l'Etat près de 400MD par an, selon Chawki Tabib, président de l'INLUCC.
C'est toujours le même scénario, les responsables parlent d'un « avenir meilleur » pour ce secteur, de plans d'action, de stratégie visant l'accroissement de la transparence, la responsabilisation et les pratiques éthiques quand la crise prend de l'ampleur et le débat s'enfle autour de ce secteur. Aujourd'hui, il est urgent de se démarquer des discours évasifs qui tentent d'éluder les difficultés, de descendre de son piédestal et de travailler plus sur le terrain. Il est question de prendre le taureau par les cornes et sévir en appliquant vigoureusement la loi et en renforçant l'intégrité institutionnelle du secteur des médicaments.
L'urgence de la réformedes caisses sociales
Joint par téléphone, M.Kamel Idir, expert de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et ancien directeur de la Direction de la pharmacie et du médicament (DPM), a souligné que la situation financière difficile par laquelle passe actuellement la PCT est causée par plusieurs facteurs, dont le non-paiement des sommes dues par les structures hospitalières publiques estimées à plus de 800 MD. La Pharmacie Centrale est en train de fournir les médicaments sans qu'elle soit payée en contrepartie.
C'est impossible de se relever quand il y a autant de défaillances, fait-il remarquer. Il faut que les structures hospitalières s'acquittent de leurs dettes à l'égard de la Pharmacie Centrale pour que cette dernière puisse continuer à leur fournir les médicaments. Il faut que la PCT évite la politique de l'auto-compensation qu'elle est en train de suivre et qu'elle fasse preuve de plus de vigilance. Les solutions sont à chercher du côté de la réforme des caisses sociales qui tarde à se concrétiser, puisqu'on vit aujourd'hui dans un cercle vicieux. « Il faut faire vite au niveau des réformes » pour éviter le pire, souligne-t-il.
Certes d'autres causes d'ordre structurel ont accentué cette crise au sein de la Pharmacie Centrale et qui touchent en général le secteur de la santé. L'instabilité observée à la tête de ce ministère avec la nomination de plus de neuf ministres en quelques années, n'a fait que compliquer, perturber et contrecarrer la mise en œuvre des plans de travail, conclut Kamel Idir.
On rappelle que le personnel de la Pharmacie centrale de Tunisie a tiré au cours de cette semaine la sonnette d'alarme en raison de la baisse des stocks de médicaments et le non-remboursement des dettes qui s'élèvent à plus de 800 MD par les établissements hospitaliers et la Cnam au profit de la PCT. Il est aussi à signaler que les dépenses en produits pharmaceutiques en 2016 demeurent élevées et représentent 28% des dépenses courantes en santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.